POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, informations, actualité, international, politique, relations, (...) > L’apostasie de Mariam au Soudan, une haine islamiste.

L’apostasie de Mariam au Soudan, une haine islamiste.

La théocratie soudanaise emprisonne son peuple dans la misère.

jeudi 26 juin 2014
par Rebel Kazimir


Les autorités soudanaises (nord) ont considéré une violation criminelle, les réactions de son voisin du sud qui a obtenu son autonomie, en 2011, et des Etats-Unis pour l’affaire de Mariam. Le ministère des Affaires étrangères soudanais a convoqué les ambassadeurs américains et sud-soudanais, pour Mariam Yahya Ibrahim qui a été libérée lundi, mais empêchée de quitter le pays après son enlèvement dans l’aéroport, le jour suivant.

Voir en ligne : SOUDAN : Jalila Khamis attend son exécution - SUJET SIMILAIRE.

La cour d’appel a annulé sa condamnation à mort pour s’être convertie de l’islam pour épouser la religion de la religion de son mari Christian, un chrétien du sud. Ceci n’est arrivé qu’après que le gouvernement est revenu sur ce jugement, sous ce qu’il appelle la pression internationale sans précédent.

Mariam Yahya Ibrahim a été de nouveau arrêté mardi, le lendemain de sa relaxation, pour avoir essayer d’utiliser des documents administratifs délivrés par l’ambassade du sud-Soudan afin de quitter Khartoum. Elle était avec son mari, ayant la double nationalité de soudanais du sud et d’américain, et leurs deux enfants.

Le Soudan ne lui reconnaît pas sa citoyenneté sud-soudanaise, parce que, malgré la levée de sa peine, il ne reconnaît pas son mariage avec un chrétien. Ce qui n’est pas permis en vertu des lois islamiques appliquées au Soudan, où la plupart des gens sont musulmans sunnites. A propos de sunnites, Al-Qaïda et ses différentes succursales ont la même tendance sectaire.

Le sud-Soudan, avec une population à majorité chrétienne, est devenu indépendant après un vote en 2011. Ce qui a eu pour premier impact positif : la fin de plusieurs années de guerre civile, entre les deux communautés qui disposent chacune de son Etat. Dans ce régime théocratie qui garde le Soudan dans une grande misère socio-économique, le mariage d’une musulmane avec un chrétien est une apostasie.

Selon son avocat, Mohamed Mostafa, a déclaré à Reuters, que Mariam Ibrahim est accusée d’avoir contrefait des documents de voyage. Un délit qui est passible de cinq ans de prison, ce qui l’attend pour cette nouvelle arrestation. Au mercredi, elle était toujours détenue au poste de police de Khartoum, où elle avait passé la nuit avec sa famille, qui a refusé d’aller sans elle, a précisé Mostafa.

Son cas a déclenché un tollé international, suivi de près par Washington et Londres, après que le mois dernier, quand elle a été condamnée, à la peine capitale, pour apostasie suite à la découverte de son mariage et sa conversion au christianisme. Exhorté à respecter ses obligations internationales en matière de liberté de religion ou de conviction, le Soudan a lâché du lest en la libérant.

Un porte-parole du gouvernement du Sud-Soudan a déclaré que son mari américain, Mr Ibrahim, était aussi un citoyen du Sud-Soudan. C’était la raison pour laquelle les documents de voyage de sa famille ont été délivrés par l’ambassade à Khartoum.

Les États-Unis ont imposé des sanctions économiques contre le Soudan depuis 1997, pour des violations présumées des droits de l’homme. Elle a intensifié les sanctions en 2006 pour les actions criminelles de Khartoum dans son conflit avec les rebelles dans la région occidentale du Darfour. Et maintenant un citoyen américain est cœur de cette nouvelle controverse.

Répondre à cet article