POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

Un papyrus ancien atteste que Jésus était marié !

D’autres recherches attendues sur la vie privée de Jésus et de la place des femmes

 

vendredi 18 avril 2014, par Hugo Mastréo

Un papyrus soumis aux scientifiques et aux théologiens, comme étant découvert sur un site archéologique égyptien, propose que Jésus était marié. Il a été suspecté d’être une contrefaçon, mais son ancienneté a été authentifiée. Cependant des questions sur sa signification, pour l’histoire du christianisme, font réfléchir. L’une taraude les esprits : Jésus était-il marié ? Les laïcs n’y voient aucune d’importance. Mais les religieux ont une réaction incroyable de ce qu’il met en lumière.

Un texte écrit sur papyrus égyptien, datant entre le sixième à neuvième siècle de notre ère, dit que Jésus était marié. Il contenait ces mots les mots : « Jésus cite ma femme ». Son contenu peut avoir été composé dès le deuxième à quatrième siècles.

Il aurait été donc composé beaucoup plus tard que les évangiles du Nouveau Testament, qui sont considérés comme les sources les plus justes, sur l’historique de la vie de Jésus. Ils sont les premiers et les plus fiables. Et sont silencieux sur cette question, d’autres recherches peuvent apporter des éclairages sur cette piste, si Jésus était marié ou pas ?

Selon un article, qui a été très attendu pour sa publication, le jeudi 17 avril 2014, dans la revue «  Révision Théologique » d’Harvard Divinity School, a fixé le débat. Le fragment ne saurait en aucun cas constituer une preuve que le Jésus historique était marié.

Plusieurs tests et contrôles ont été diligentés par les cercles religieux et scientifiques pour identifier la valeur archéologique et la véracité sur l’origine du papyrus. Ils sont unanimes, c’est un texte ancien et transcrit avec les moyens et sur les supports de l’époque où il revient. Les derniers et nouveaux tests scientifiques confirment qu’aucune preuve de falsification moderne n’a été faite sur le fragment découvert en Egypte pendant l’été 2011.

Deux tests au radiocarbone ont été menés pour déterminer la date du papyrus. Dans le premier test, cité ci-haut, la taille de l’échantillon est trop petite pour bien fixer la date, cependant elle a établi une date fiable. Un second test effectué par Noreen Tuross, à l’Université d’Harvard, en collaboration avec le Woods Hole Oceanographic Institute a produit une date aléatoire sur le morceau de papyrus, le situant entre 659 et 859 après jésus.

D’autres tests avec micro-spectroscopie FT-IR au Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont confirmé l’ancienneté de la composition et son homogénéité chimique. En examinant les modèles d’oxydation, le papyrus est un objet archéologique important.

Pendant ces deux dernières années, nombreuses analyses et essais ont été faits sur ce papyrus, ainsi que l’encre de carbone de l’écriture et même un travail sur la grammaire, indiquent que le fragment date de matériaux existants entre le sixième et neuvième siècle de notre ère. Et aucun des essais n’a révélé de preuve que le fragment est d’une fabrication récente ou a subi une falsification moderne.

Le document a été reçu en décembre 2011 à New York et en 2012, pour être examiné, il a été remis à Roger Bagnall, le directeur de l’Institut de l’Antiquité à l’Université new-yorkaise, pour son étude. Ce dernier a d’abord donné une première interprétation de son récit : « Le thème principal du fragment affirme que les femmes, qui sont des mères et des épouses, peuvent être des disciples de Jésus. Ce sujet, d’appartenance des femmes à la religion, a été vivement débattu dans le christianisme, comme la virginité et célibat sont devenus la grande valeur. »

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT