POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Connexion Membre - ou - Inscription

J. F. Kennedy : à la mémoire de ses victimes

Le conspirationnisme de l’idole aux mains sales.

 

vendredi 22 novembre 2013, par Rebel Kazimir

Le 50ème anniversaire du décès de John F. Kennedy nous rétablit un criminel en idole. Cette impudence scélérate qu’une campagne médiatique en 2013 reprend un banal produit, que la mort par un attentat vulgarise, de la domination des humbles dont des victimes naissent encore. Tous les drapeaux sont en berne aux USA, lors de cette commémoration qui délire sur le même mythe de la poussée impérialiste.

D’emblée, il y a un point capital à citer sur la reproduction que nous offre les médias sur la vie l’homme. La propagande actuelle nous ment avec sa naissance dans une famille pauvre, or son père était fortuné et même ambassadeur des Etats-Unis...

Depuis sa mort, le 22 novembre 1963, par un tueur qui a été lui-aussi abattu deux jours plus tard, le « conspirationnisme » s’est installé, semant la confusion dans la perception des enjeux réels de l’humanité. Cette théorie devint, tel que d’ailleurs l’est le personnage lui-même, un ensemble de croyances niant les vulnérables qui en paient les frais des faiseurs d’opinions.

L’instigateur d’une nouvelle ère de l’industrie de l’armement, ayant la conquête de l’espace comme intention déclarée, qui mit à portée des entités criminelles les arsenaux en voie d’obsolescence.

Elargissant l’emprise de l’impérialisme le plus primaire sur le Monde, J.F. Kennedy fut l’instigateur des pires crimes qui marquent la seconde moitié du 20ème siècle et ne cessent de se perpétuer sur les époques du 3ème millénaire. Dès son entrée en fonction en mars 1961, son programme d’armement fut la plus grande atteinte à la paix acquise après la seconde guerre et les grandes épopées de décolonisation.

Outre qu’il double le nombre de missiles nucléaires balistiques intercontinentaux, il augmente le nombre de bombardiers stratégiques et celui des autres missiles. Comme il quadruple les unités de lutte subversive dites « antiguérillas » visant le sud du continent américain qui eu à vivre les coups d’Etat, les tortures et tant d’autres malheurs.

Le conspirationnisme autour du personne, où l’effet inverse de cette vidéo.

L’intervention en nouvelle donne prolongeant le débarquement des alliés en Europe pendant la 2ème guerre mondiale.

A l’époque, en avril soit un mois son installation à la Maison Blanche, pour séduire les alliés des Etats-Unis les plus féroces qui présentaient la chute du Nazisme hitlérien comme leur œuvre avec les USA, il ordonne de renverser le gouvernement révolutionnaire de Fidel Castro. C’était mettre un frein à l’avancée progressiste de l’Amérique Latine qui, historiquement, accède de nos ères aux modèles choisis par les peuples.

Des bombardiers américains maquillés aux couleurs cubaines attaquent les bases aériennes de l’île et détruisent les appareils au sol. Tandis que des bâtiments de guerre appuient le débarquement sur l’île d’une troupe de 1.500 exilés cubains recrutés et entraînés aux États-Unis par la CIA. Cette « invasion de la baie des Cochons », perpétrée en violation flagrante de la légalité internationale, se solde fort heureusement par un échec cuisant des Etats-Unis et de leurs mercenaires. Le peuple cubain déplore 176 tués et 4.000 blessés.

A propos d’Israël , il est l’instigateur de l’engagement moral et national des States, premier à introduire le concept d’une « relation spéciale » entre les Etats-Unis et l’Etat hébreu, tel que l’a vénéré à plusieurs occasions Golda Meir. Kennedy a mis fin à l’embargo sur les armes que l’administration Eisenhower, puis celle de Truman, avait prescrit à Israël.

Cette malédiction qui ne cessera de mettre la région du Proche-Orient en poudrière où les populations civiles et désarmées subissent sans recul les effets d’un conflit sans paix. Au point qu’en 2014, Gaza pour ne citer que le plus grand bagne à ciel ouvert, sera finalement invivable.

Les armes chimiques feront des victimes encore pendant plusieurs siècles Vitenam.

Puis en août de la même année, l’opération Ranch Hand, la guerre chimique contre la population du Vietnam a répandu, sur les végétaux de forêts et de récoltes, le défoliant connu sous le nom d’agent orange. Cette agression caractérisée dura jusqu’en 1971. Quelques 80 millions de litres de cette redoutable arme chimique furent sans cesse déversés sur le Sud du Vietnam par avion des avions sur environ 2,5 millions d’hectares. La contamination des forêts et des terres sont visaient à mettre sous famine une population sans défenses.

L’agent orange contient de fortes proportions de dioxine, est mortel pour les êtres humains avant les arbres, les végétaux et les sols qui en garderont pendant des siècles des traces. Les personnes exposées verront des cancers de divers types, les femmes mettront au monde des enfants présentant des malformations rares et monstrueuses : absence partielle ou totale de membres, tête disproportionnée, tronc a deux têtes, absence de cerveau, etc.…

A ce jour des enfants continuent de naître, suite aux effets de l’agent orange, avec des mutations génétiques qui restent transmissibles aux descendances pendant plusieurs génération, sinon éternellement. Selon les autorités vietnamiennes, 800.000 personnes seraient encore malades du fait de leur exposition à la dioxine et 150.000 enfants souffriraient de malformations selon des chiffres récents.

Si des crimes de guerre peuvent dépasser ceux d’Hitler, dont l’entreprise IG Farben qui a fourni les produits utilisés dans les chambres à gaz a été condamnée, c’est bien les actes des dirigeants civils et militaires des Etats-Unis qui portent ces infractions. La responsabilité de l’épandage de l’agent orange sur le Vietnam, revient surtout à J-F Kennedy et non à un quelconque chef d’Etat ou officier militaire.

Répondre à cet article

UNE SERIE D'ARTICLES SUR LE MONDE DU TRAVAIL.

De notre rédacteur : T O U R E T.

Forum de discussion : Stress - Discrimination - Harcèlement et Suicide à cause du BOULOT