POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’Armée algérienne frappe en Libye



Pour la 1ère de son Histoire l’ANP mène une opération à l’étranger.


lundi 18 novembre 2013
par Damien Djamel Bouch’Raf


Pour la première fois dans son existence, l’ANP (l’Armée Nationale Populaire) algérienne a eu à intervenir à l’étranger. La constitution lui interdit, en période de paix, de mener des opérations au-delà des confins du pays. Une incursion a été menée le 24 octobre dernier par des forces combinées, aériennes et terrestres mécanisées, de l’armée algérienne en territoire libyen.

Cette fois les stratèges de l’armée algérienne ont su devancé les faits. Ils ont détruit une menace majeure contre la Libye, la Tunisie, l’Algérie et nombreux Etats de la région. Si l’ANP n’avait pas agi ainsi, elle aurait eu à riposter dans l’avenir... Sinon elle aurait été décimée sur ce flan.

Les frontières algériennes avec la Libye, longues d’un peu plus de 1000 km, sont actuellement fermées. Et suite à ce fait, une surveillance plus renforcée a été érigée. L’accueil qu’offrent les milices libyennes aux terroristes de tous acabits est dénoncé par nombreux Etats. Un chef d’Al-Qaïda a été arrêté en plein Tripoli par les Américains, une des milices a répliqué en kidnappant le 1er ministre libyen parce qu’il avait autorisé une telle interpellation.

Des avions de chasse et des hélicoptères d’assaut ont frappé par surprise un repaire d’islamo-terroristes basé en Libye. L’information n’a pas été donnée par les médias, l’hebdomadaire français le Nouvel-Obs. est parmi ceux qui l’ont rapportée dans non numéro de la première semaine de novembre.

Le fief ciblé est situé à un peu plus de 200 kilomètres du complexe gazier d’In-Amenas. Ce dernier a fait l’objet au début de l’année de l’attaque et de la prise d’otages généralisée. Il ne s’agit pas d’un point d’escales aux éléments terroristes qui rodent dans le Sahel, mais d’un vrai dépôt d’armements que l’armée a découvert.

Les hordes de criminelles ayant fui le Mali chercheraient à reprendre pieds dans la région. Les détachements de l’armée libyenne qui étaient présents dans ces territoires s’occupent des milices qui sèment le désordre en Libye. Ils ont été remplacés par l’une de ces milices libyennes que l’Algérie, à l’instar de tous les experts en sécurité, constatent la collusion avec les factions de l’AQMI et l’islamo-terrorisme.

Unité mécanisée de l'armée algérienne L’errance et la mobilité des islamo-terroristes délogés du Mali est remarquée dans tout les pays subsahariens, donc en conséquence ils sont menaçants. Les services secrets algériens ont réussi à intercepter des informations faisant état de la présence de l’existence de ce refuge. Il a été détruit parce que ses « djihadistes » projetaient de récidiver avec une attaque de grande ampleur sur le même site énergétique d’In-Amenas.

Si les arrestations d’individus ne peuvent être révélées, du fait des confidences qu’ils peuvent détenir quant à leurs liens et accointances avec la criminalité islamiste. Par contre les informations relatent que les arsenaux découverts dans les lieux font état d’une grande variété d’armements.

Des centaines de missiles de toutes catégories, plusieurs dizaines de mitrailleuses 12,7, des armes de poing, 500 kalachnikovs, 200 lance-roquettes, des centaines de pistolets mitrailleurs et quelques centaines de ceintures Kamikazes prêtes à l’emploi d’où l’idée d’une imminente attaque.

Répondre à cet article