POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Mali, la bataille d’Ifoghas Adrar



Les Kamikazes, les tribus et les otages : le scénario afghan


dimanche 10 février 2013
par Damien Djamel Bouch’Raf


Déloger les hordes d’islamistes du Mali est, après seulement un mois, maintenant d’une clarté et d’une simplicité toute faite. Le schéma afghan se redessine dans ce nord-ouest africain, et la moto ainsi que son pilote deviennent les supports de bombes...

Voir en ligne : Notre dossier : Mali et islamo-terrorisme

Certains spécialistes de la guérilla ont présumé des combats de corps-à-corps dans les zones montagneuses à l’extrême-nord, aux confins avec l’Algérie. Mais c’est plus au sud, vers Gao la première agglomération a avoir été récupérée par les forces maliennes, africaines et françaises, que le terrain s’avère être non encore nettoyé.

Troupes françaises au Nord Mali

Tout comme l’alliance Al-Qaïda-Tlibans en 2001, dans les montagnes de Tora Bora (Afghanistan) en décembre 2001, les militants islamistes sont, maintenant au Mali, cachés dans le paysage inhospitalier au relief accidenté, rocailleux et composé d’étendues sahariennes. Ils envoient aussi de jeunes Kamikazes se faire éclater sur les soldats maliens et ceux qui les soutiennent.

Expulser les criminels de Tombouctou et des autres villes du nord du Mali, les Français ont contribué que cela se réalise en un mois. Peut-être c’est la partie la plus facile. Mais reprendre tout le Mali, les responsables militaires et les analystes doutent de la simplicité des prochaines opérations. Des poches restent autour des villes de Gao et de Tombouctou, qui ne peuvent pas dominer mais frapperont avec des pièges et des candidats aux suicides...

L’attention concentrée sur les montagnes, plus dures et moins connues, les Ifoghas Adrar du nord, à elle seule est insuffisante. Les zones sahéliennes plus vastes peuvent abriter des groupes. Et certaines tribus, comme en Afghanistan, ont leurs ressortissants parmi les adeptes de l’application stricte de la charia islamique.

Ifoghas Adrar, nord du Mali

Pendant la première semaine de Février, soit la 4ème après le déclenchement des opérations de libération du nord-Mali de l’islamo-terrorisme, l’aviation française a bombardé plusieurs fois les montagnes d’Ifoghas Adrar. Alors qu’une colonne Tchadienne, ayant été à Kidal, s’y est déployée. Des camps d’entrainement et des caches (dépôts) d’armes ont été détruits.

Dans les monticules d’Ifoghas Adrar des grottes et des casemates ont été aménagées. Les français sont sûrs que les otages y sont détenus, avec des équipements, des armements et de la nourriture. Les terroristes ont eu suffisamment le temps de construire des installations et de les camoufler.