POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La chine militaire change de doctrine.

Les menaces, contre son économie et ses partenaires, ne peuvent demeurer

mardi 6 mars 2012
par N.E. Tatem


Le « péril jaune » est un vocable paru au 19ème siècle, à l’apogée de la révolution industrielle en occident, pour désigner que les peuples d’Asie constituent un danger pour le reste du Monde. Originellement elle visait les chinois, puis en 1904 il s’appliquait à l’archipel nippon en conséquence du conflit russo-japonais.

Il ya quelques mois nous avons publié un sujet sur la doctrine militaire chinoise où la paix dans le monde constituait la base des pensées du pays de la grande muraille. Avec une rapidité imprévisible, elle a promptement évolué, devenant celle de « gagner toute guerre locale ». Ce changement de ton s’est imposé, suite aux analyses fournies par les experts occidentaux qui utilisent ouvertement "LE PERIL JAUNE".

La Chine compte désormais affronter toute intervention susceptible d’enclaver son expansion économique et répondre à toute adversité, venant perturber son environnement géographique. Notamment à partir de la surveillance qui scrutent ses efforts industriels, ainsi que ses décisions souveraines en matière militaire.

Le gouvernement chinois vient de présenter lors du 1er dimanche de mars 2012 le budget, avec une augmentation de 11,6% des dépenses militaires. Annoncée par le porte-parole Li Zhaoxing, le porte-parole du parlement, l’information a fait de nombreux articles, débats, commentaires que l’agence Reuter a rapporté. Comme nombreux médias occidentaux qui se montrent en alerte et réactifs. Pourtant ce n’est déjà la bombe iranienne ou nord-coréenne !

Les chiffres sont alors suivis à la virgule près. L’Armée populaire de Libération (APL) est dotée de 670,3 milliards de yuans (110 milliards de dollars) pour 2012, après une hausse de 12,7 % l’an dernier et ces augmentations à deux chiffres datent de deux décennies. Ces données chiffrées sont encore inégales aux 525,4 milliards de dollarsdu Pentagone baissées de 5,1 milliards pour 2012, soit 5 fois ! Pour un pays d’un milliard et demi d’habitants et plus d’un million de soldats, ce débat est emblématique des clivages qui se dessinent dans l’avenir.

LA VIDEO DATE DE 5 ANS, elle démontre la surveillance de l’APL

Deux déclarations se sont succédées pour clarifier les choses à l’opinion mondiale. L’une révélant le budget de l’APL (Armée Populaire de Libération) pour l’exercice 2012. Et la seconde, par la voix du 1er secrétaire du parti, indique que la sécurité locale et régionale constitue la mission première de l’armée chinoise.

« Le péril jaune » redevient au goût du jour pour plusieurs données. La menace d’une attaque contre le nucléaire iranien, à l’origine d’un éventuel tarissement d’une source d’énergie, sinon la principale, qui fait tourner l’industrie. L’évolution de ce qui est le Printemps Arabe, avec l’affaire syrienne, qui met au devant la position de blocage russo-chinoise. Et enfin, la Corée du Nord qui traduit une ingérence dans les affaires d’un pays et d’une zone, voisin sur plusieurs plans…

Sur fond de crise qui gangrène une partie du monde et qui provoque la remise-en-cause de la prépondérance multiséculaire des pays occidentaux. Ces derniers en perte de terrain, sont dans la situation qui insère l’ambitieuse émergence d’une pléiade de nations téméraires propulsées par des jeunesses, ayant des « croqs » de loups en prise forte sur les essors économiques. Dans les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), la Chine sort du lot pour deux raisons essentiels : dirigée par un PC (Parti Communiste) et d’avoir une émergence économique fulgurante.

Le mur de Berlin tombé, les communistes jugés par l’Histoire n’ont plus de bloc et les vainqueurs qui se parent de démocratie sont face à de nouveaux ennemis. Nombreux pays gouvernés du sous-continent américain gouvernés par des partis de gauche, avec la Russie, l’Iran et auxquels la Chine est conviée sont en désaccord avec l’interventionnisme américain que soutiennent les occidents et européens.

Voilà trois décennies que la Chine a une croissance économique à deux chiffres, depuis la veille des pays occidentaux, en matière de sécurité et militaire, est à la haute vigilance. Si une nouvelle guerre froide ne peut pas avoir lieu, c’est en fait grâce à l’autarcie et l’indifférence des chinois aux menées agressives qui, sans cesse, les visent.