POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


4 modernisations en Chine que le capitalisme n’a pas créé avec le congé payé



Un modèle qui a fait des thèses du capital de Marx son dogme de science économique


jeudi 3 octobre 2019
par Rebel Kazimir


Ecouter l’article. Souvent des critiques questionnent les politiciens sur leur "conscience" communiste. La réponse est l’attachement à l’esprit scientifique du marxisme. Mais Staline est passé par là. Alors l’élite qui a la chance de répondre aux journalistes, pourtant armée de la notion des classes sociales, n’arrive pas à persuader sur la construction de la société. Mais toute la vision du Monde qui obéit à un programme, malgré l’éternelle crise du capitalisme, est mise en examen, accusée du malaise de non-respect des individualités...

Voir en ligne : Notre dossier CHINE

Il existe une autre histoire du communisme, celle de la Chine. Fournie par la propagande, elle est contestable, car soupçonnée d’être des autorités communistes. Elle est dénoncée avec un manque de confiance des jeunes, ce qui retire l’avenir du modèle préconisé. Le débat continue sur la voie suivie par l’immense nation asiatique, après l’effondrement de l’Union Soviétique.

1er octobre 2019, avec le 70ème anniversaire de la république communiste chinoise, moult grandeurs et très peu d’intrigues. C’est l’occasion d’un regard du point de vue des valeurs occidentales, car il est omniprésent cet inspecteur idéologique d’inspiration plus atlantiste que capitaliste. Ce moment est de tradition à l’autocritique. Et la nouvelle société convertie à la consommation s’y prête.

- Guerre commerciale au passage des nouvelles routes de la soie, duel Chine - USA. lundi 26 août 2019

Opposer le contrôle des institutions par une organisation politique unique qu’est le parti, aux libertés d’opinions, est l’angle d’attaque du modèle occidental. Il revendique l’origine d’une alternance au pouvoir, avec ce qu’est la démocratie pour des groupes idéologiques interférants par pluralisme. Cependant ça n’assure pas inéluctablement les droits de l’homme et la primauté du droit, qui sont une construction humaine.

Les disparités entre groupes de populations, est arrivée au suprématisme blanc. Ce qui est comptable des maux accumulés par des mémoires d’esclavage et de colonisations. C’est pour cela que les engagements avec le monde extérieur, qui ont transformé la Chine, selon des hauts et des bas bien sûr. Il a été décrypté par la revue « Nature », dont nous vous proposons notre lecture. Lire ICI la source.

Avec le même message, disant l’avenir nécessite l’internationalisme, ce qui a propulsé la montée en puissance de ce gigantesque pays au cours des 150 dernières années, soit lors du double de l’âge de la révolution. Le paradigme cher au communisme est la science. Inutile de reluire les aspirations du prolétariat, sans l’adoption du confucianisme. Ce qui consiste en un ensemble de nouveaux dogmes liés à l’intérêt de l’éducation.

Les 70 ans de la république communiste se traduisent avec un éveil économique. Il reste illisible pour ceux qui y voient un esclavage capitaliste, sans mesurer que les salaires ont été multipliés par 5 en un quart de siècle. La classe moyenne dans le pays de la grande muraille représente 65% de la population. Et à l’échelle de 1 milliards 200 millions d’âmes abreuvées toutes des espérances scientifiques, il n’y a aucune place pour l’illusion.

- La Chinoise de Huawei qui, aux yeux du Monde, décrypte la vieille hégémonie 10 décembre 2018

Certainement pour parler du colonialisme comme en Algérie ou bien de l’esclavagisme dans le Monde et particulièrement en Afrique, les vestiges parlent. Les lieux et leurs pierres portent à Beijing (Pékin), partout des traces de l’histoire de la science. Profondément ancrée dans la culture chinoise, la conviction que la science et la technologie améliorent la Chine se vérifie. Elle est visible dans les slogans dont raffole la politique. Le lien entre la science et l’ouverture aux influences et aux idées de l’étranger n’est pas reconnue mais pratiquée.

A l’est, sur le deuxième périphérique, se trouvent les instruments astronomiques jésuites, qui ont chevauché les turbulentes marées géopolitiques du XXe siècle. De l’autre côté de la ville, dans un coin tranquille du zoo, une petite pancarte indique l’endroit où, aux derniers jours de la dynastie Qing, en 1906, le ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce ouvrit la première station d’expérimentation agricole 70 hectares de terrain.

Voici les 4 domaines où la Chine a investi pour prétendre maintenant à être la 1ère économie du Monde. D’abord la mère de toutes les matières, une plaque-tournante de matières premières : l’agriculture. Bien sûr l’industrie, le 2è secteur, aucune civilisation ne saurait exister sans la fabrique. La nécessité de défense nationale est exigée par le contexte historique que traverse l’humanité. Et enfin les sciences en général et les technologies en particulier font l’ère des lumières qui éclairent l’avenir commun.

Le riz super hybride chinois pourrait donner 18 tonnes par hectare d’ici octobre, selon : Le Quotidien du Peuple du 09.09.2019.

La Chine a créé deux feuilles de coton sur la lune. L’équipe scientifique à l’origine de la sonde chinoise Chang’e-4 souhaitait également envoyer des tortues vers la face cachée de la lune.

Répondre à cet article