POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques

Accueil > Nations & sociétés > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde (...) > Sous le commandement des USA, Marocains et Algériens dans une manÅ“uvre (...)

Sous le commandement des USA, Marocains et Algériens dans une manÅ“uvre militaire

« Flintlock » est le second exercice de prévention contre les sanctuaires terroristes en Afrique

mardi 5 février 2019, par Damien Djamel Bouch’Raf

Actuellement c’est le Général Joseph Dunford qui, depuis le 25 septembre 2015, occupe la haute fonction de "chef d’État-Major des armées des États-Unis". Il a la charge, outre de conseiller le président locataire de la Maison Blanche, d’initier et de commander toutes les opérations ainsi que de présider les manÅ“uvres que l’armée américaine entreprend partout dans le Monde. Sous la même bannière, pour la seconde fois, les soldats algériens et marocains travaillent ensemble, dans un mouvement d’entraînement appelé « Flintlock ».

Le manœuvre militaire du 19 février 2019, appelée « Flintlock », regroupe, une seconde fois, le Maroc et l’Algérie sous le commandement des Etats-Unis. Le développement du terrorisme islamiste au Sahel n’est advenu qu’après le déploiement du GSPC, le dernier des groupes criminels algériens, de la lignée AIS et GIA, au sud saharien.

Après avoir été endigué au nord, par la volonté du peuple et le travail de l’ANP, Armée Nationale Populaire, les groupuscules issus du parti dissout "FIS" (Front Islamique du Salut), se sont réfugiés au Sahara. Mais de plus en plus astreints de descendre plus au sud, jusqu’à déguerpir au nord du Mali

- Afrique de l’ouest, dans la chronique du terrorisme, mise à jour d’un formatage !
5 mars 2018

Cet exercice, qui est programmé depuis une année, est une préparation, pour faire une coordination entre les acteurs régionaux d’Afrique. Afin de générer leur commune coopération et permettre, aux partenaires potentiels, sur le continent noir, des Etats-Unis qui en sont les initiateurs, on apprend sur le terrain.

Pour réduire les risques que des sanctuaires terroristes soient créé par les organisations extrémistes violentes, a décrit l’instance qui pilote ces sorties d’apprentissage en terrain réel. Le but de ces simulations de combats est de stabiliser les régions d’Afrique du Nord et de l’Ouest.

C’est une manœuvre militaire, annoncée en avril 2018, par Africom, le commandement des États-Unis pour l’Afrique, qui, selon quelques connaisseurs de la presse du Moyen-Orient, fait participer, pour la 1ère fois déjà dans le même cadre en 2014, l’armée algérienne aux côtés des USA et du Maroc. L’enjeu de la dispersion du terrorisme international, après l’échec de l’EI (Etat Islamique) en Irak et en Syrie, est périlleux.

Africom a été créé par le Département de la Défense des États-Unis en 2007. Une année plus tard, en 2018, il est devenu opérationnel, avec des contingents de plusieurs pays. Il est chargé des activités militaires et sécuritaires des États-Unis sur le continent, comme l’annonce son acronyme.

- L’Afrique prochain fief des terroristes, après le Moyen-Orient.
20 octobre 2017

Le rassemblement de soldats marocains et algériens efface un clivage perceptible quotidiennement. Dans les discours chicaniers entre les médias, les communautés et même les représentants politiques des deux pays, un esprit de guerre et de menaces d’invasions visible du côté marocain, plus expansionniste selon des faits historiques établis.

C’est en 2005 que la lutte antiterroriste en Afrique a vraiment intéressée les Etats-Unis. Auparavant, pour les questions sécuritaires c’étaient divers pays européens, généralement d’anciennes métropole coloniales, tenaient les rôles d’intermédiaires entre les Américains et les Africains. Et aucun exercice militaire n’était pas officiellement tenu.

Les prochains entraînements militaires auront lieu du 18 février au 1er mars, dans une zone située de la Mauritanie et au Burkina Faso, selon Africom. Baptisé « Flintlock », ils seront dirigés par le président du Joint Chiefs of Staff (CJCS = chef d’État-Major des armées des États-Unis) et parrainé par le US Africa Command. Ils devraient réunir plus de 2 000 soldats de 30 pays africains et occidentaux.

Map GSPC-fr.svg
Par Mapa_GSPC.svg : Original en:User:Orthuberra. Vector version Chabacano
derivative work : M0tty (talk) — Mapa_GSPC.svg, CC BY-SA 3.0, Lien

Liste des commandants de l’AFRICOM

Contre-amiral Robert T. Moeller (en) (intérimaire) 6 février 2007 septembre 2007
général William E. Ward (en) (1er commandant)10 septembre 2007 9 mars 2011
Général Carter Ham11 9 mars 2011 octobre 2012
Général David M. Rodriguez 18 octobre 2012 17 juillet 2016
Général Thomas D. Waldhauser (en) 18 juillet 2016


Voir en ligne : Notre dossier Afrique

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don