POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Régions, France, francophonie, département, Pays, actualité locale, localité, (...) > Débat du 5 Avril en France, la même pièce à deux faces : islam et (...)

Débat du 5 Avril en France, la même pièce à deux faces : islam et laïcité.

Tonitruante drague des électeurs d’une France apeurée...

lundi 21 mars 2011
par Hugo Mastréo


Le débat, prévu le 5 avril, sur l’islam et la laïcité trouble certains français. Par contre d’autres, le souhaitent vivement pour assouvir la volonté d’un nationalisme basé sur l’exclusion, celui de la priorité aux autochtones. Nombreux de ces derniers ne cachent pas, leurs choix électoraux, ainsi que leurs pratiques peu ouvertes aux noms, apparences et religions qu’ils haïssent.

L’UMP (Parti majoritaire en France) lance l’UFM... Pour s’occuper du débat sur la laïcité, les musulmans bien indiqués...


Par ailleurs, parmi ceux que cette « discussion nationale » inquiète, il y a non seulement les musulmans français qui se retrouvent sous les feux de la rampe médiatique alors qu’ils sont présentés envahissant, délinquants et fanatiques. Et ils trouvent à leurs côtés toute la gauche qui ne désire pas cette controverse, montée pour draguer un électorat attribué au Front National. Ce parti ne cesse d’engranger de nouvelles adhésions. Les citoyens préoccupés du vivre ensemble, jugent inadéquate cette idée du débat sur la laïcité qui a préalablement mis à l’indexe l’islam.

Le statut de sous-citoyen, réservé aux émigrants qui ne désirent pas aliéner leurs identités originelles, étant grandement ressenti par les jeunes qui quotidiennement, filles et garçons, sont exposés aux discriminations ordinaires. Ces dernières vont aux contrôles exagérés d’identité sur les lieux publics, aux exclusions de l’emploi et aux blocages pour l’accès au logement, jusqu’aux complots les incriminant quand ils font des géants efforts pour leurs insertions.

La France compterait 2,1 millions de "musulmans déclarés" de 18 à 50 ans, alors que les estimations avancées sur la place publique ont toujours présumé entre 5 et 6 millions. Selon l’enquête récente, début de l’année 2011, l’Institut national des études démographiques et l’Institut national de la statistique et des études économiques considère que l’ethnie musulmane vivant en France est, étonnamment en deçà des chiffres largement adoptés par tous les milieux car acquiescés sans retenue, ni mis-en-garde.

Cette surévaluation date des débuts des années 2000, sans qu’aucune expertise ne soit faite pour la démentir. Dans un sujet du quotidien « Le Figaro » de juin 2010, avec des détails concernant les pratiques et les lieux culte, il est insisté que la France bat le record du nombre de musulman en Europe. Les cercles de droite osent même, pour faire augmenter la phobie d’une prétendue invasion, avancer l’approximation de 8 à 10 millions.

Pourtant au pays d’accueil de ces populations à qui l’intégration, dans toutes ses dimensions, est proscrite, il est interdit d’établir des statistiques religieuses ou ethniques. Mais on rabâchait. Aucune modération n’est acquiescée quand il s’agit de ces musulmans moulinés par le voile, le niqab et même le terrorisme. Et en même temps, il est impossible de savoir qu’en est-il exactement pour d’autres communautés, notamment de leurs présences, à titre d’exemples dans les structures institutionnelles ou bien les médias.


Les incendies anti-Turcs en Alsace par Europe1fr

Ce débat s’apparente à une manœuvre électoraliste, susceptible de racoler les voix bien réelles pour leur ancrage dans l’écartement des musulmans de toutes assimilations. Le secrétaire général de l’UMP, Mr François Coppé recherchant une manière souple de baliser la laïcité, il invente l’Union des Français musulmans (UFM). Une organisation fondée par des musulmans adhérents ou proches du parti détenant la présidence de la république.

Les associations musulmanes de France, majoritaires dans l’encadrement de la communauté, sont ainsi contournées. Cette UFM soutiendrait donc le débat sur la laïcité et rejetterait l’idée d’une quelconque stigmatisation de l’Islam.

Au regard des résultats des dernières élections cantonales, une poussée du Front National. L’extrême-droite ne peut que s’en féliciter que ses idées soient reconnues à titre républicain, cet islam de France est son meilleur débat !

Le communiqué ci-après avait diffusé sur le site de l’UMP, puis retiré quelques heures après :

Ces dernières semaines, en effet, le débat sur la laïcité a été volontairement déformé à des fins électorales. Certains adversaires politiques ont essayé de faire croire à nos compatriotes Français musulmans que ce débat stigmatisait l’Islam C’est une manipulation politique qui consiste à laisser entendre que ces débats portant sur de vrais sujets de société, la laïcité, la sécurité, l’intégration seraient faits pour isoler le monde musulman de la communauté nationale. Aujourd’hui comme hier, la seule problématique réside dans la capacité des Français musulmans à s’intégrer dans la République en respectant, les droits, mais aussi les devoirs de tous les Français, ainsi que les valeurs que sont le respect de l’autre, la solidarité, la fraternité et la laïcité.

La convention du 5 avril permettra de trouver dans le cadre de la loi de 1905 des solutions à la fois à la pratique de notre culte et à notre intégration dans la République.

Voilà pourquoi l’Union des Français musulmans lance un appel pressant à tous nos compatriotes :

* pour affirmer la compatibilité entre l’Islam et la laïcité

* pour exhorter l’ensemble des musulmans de France sans distinction des pays d’origine à se mobiliser dans un processus de solidarité et d’intégration dans le respect des valeurs de la République

* pour demander à nos compatriotes musulmans de France de renouveler leur confiance au Président de la République, Nicolas SARKOZY, qui a eu notamment le mérite de créer le « Conseil français du culte musulman », de veiller à la présence de personnalités franco musulmanes dans les plus hautes instances de l’Etat ainsi qu’au Secrétaire Général de l’UMP, Jean-François COPE, et au Secrétaire National chargé des Français de la Diversité, Olivier STIRN.

L’U.F.M. rédigera dans les prochains jours un mémorandum résumant ses préoccupations économiques, sociales et culturelles. Elle se veut le trait d’union des Français musulmans issus de tous horizons.

Elle se fixe comme principal objectif le rassemblement des associations sociales, économiques, et culturelles, des leaders d’opinion, et des personnalités franco musulmanes pour :

* bâtir ensemble un vrai projet qui permettra de promouvoir l’intégration dans toutes ses dimensions

* veiller au respect de notre religion musulmane dans l’esprit de la laïcité qui préconise la reconnaissance mutuelle de toutes les religions

* défendre l’émancipation de nos jeunes générations dans le cadre de la solidarité nationale

* promouvoir le plein épanouissement des femmes Françaises musulmanes en conformité aux lois et aux valeurs de la République

Cette large adhésion à cette nouvelle Union traduit le besoin de la très grande majorité de nos compatriotes de contribuer à construire un réel « mieux vivre ensemble » au sein de cette grande Nation que nous avons tous le devoir d’aimer et de protéger".

Bureau provisoire

Dahmane MEBROUKI

Salim HASSAN AHMED

Ahlen KHEMAJA

Me Coumba DIOUKHANE

Me Siham RAHMOUNI

Chafeeq REHMAN

Me Samia BADAT

Hamidou TRAORE