POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques  Nos sujets : COVID-19.

Accueil > Humanité > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > diplomatie, présence, officiels, relations, échanges, politique (...) > Wikileaks fuite sur les armes chimiques à Douma en Syrie.

Wikileaks fuite sur les armes chimiques à Douma en Syrie.

Les déductions des pays hégémoniques sont de vrais complots.

lundi 30 décembre 2019, par Rebel Kazimir

Ecouter l’article.

Concernant l’utilisation d’armes chimiques en Syrie, notamment la toute dernière accusation, d’avril 2018, attribuée à l’armée affidée au despote Bashar, après confirmation, tombent les démentis. Mais aussi le retrait des traces des falsifications des preuves. Outre bien sûr, les témoignages de dénonciateurs qui indiquent une fabrication possible, d’une cabale sans fondements. Wikileaks a, depuis 3 jours, fuité aussi des documents accablants.

Les experts ont conclu qu’il n’y avait pas de corrélation entre les symptômes et l’exposition au chlore, dans l’attaque de Douma du mois d’avril 2018 en Syrie. D’emblée l’absence de chlore gazeux, le principal élément incriminé, fait unanimité par les constats des enquêteurs, mais Les politiciens et les médias occidentaux ont, à l’époque, cité la mort des dizaines de civils.

- La Chine rejoint la Russie pour l’enquête sur les armes chimiques en Syrie
jeudi 6 juillet 2017

L’attaque en question est la dernière d’une série, où les gouvernements occidentaux ont augmenté la pression sur le régime de Damas. Ce dernier reste à la tête du pays saccagé, malgré qu’il l’a ruiné. Et en l’absence de militaires loyaux à la société et aux contribuables qui paient leurs rémunérations, la moitié de la population est exilée. Et la crise fait 400 000 victimes.

L’inspecteur de l’OIAC a déclaré que les preuves au sol contredisaient le scénario de largage du ciel de fûts, ce qui attribuait l’acte à l’armée régulière syrienne. Même si aucune solution chimique n’a été trouvée, il fallait aussi expliquer que le produit serait placé au sol à la main, dans l’autre situation. Or les déclarations accusatrices insistaient des frappes par l’air.

En plus, la zone était sous le contrôle de forces antigouvernementales. Un autre paramètre décisif pour l’enquête. Le mémo diffusé, en fin de parcours de l’investigation des agents de l’ONU, accrédite la théorie selon laquelle les djihadistes auraient mis en scène, pour inciter les nations occidentales à attaquer leurs adversaires.

Ce vendredi, 27 décembre 2019, WikiLeaks publie davantage de documents, consulter ICI, internes de l’OIAC, concernant l’enquête sur cette attaque chimique restant présumée. Alors que les mises en scène des victimes, notamment des enfants en pleurs et ne pouvant respirer, ont été dispatchées sur le Web et même les médias corporatistes occidentaux.

L’un des documents est de courriers électroniques, daté des 27 et 28 février derniers. Un échange entre les membres de la mission d’enquête (FFM) déployée à Douma et les hauts fonctionnaires de l’OIAC. Sebastien Braha, chef de cabinet de l’OIAC, a émis un e-mail indiquant qu’un rapport d’ingénierie d’Ian Henderson doit être supprimé du registre sécurisé de l’organisation.

- Le Qatar usager direct d’armes chimiques en Syrie
mardi 25 juin 2013

Voilà la formulation exacte du courrier qui efface un travail b clé : «  Veuillez retirer ce document de DRA [Documents Registry Archive] ... Et veuillez supprimer toute trace, le cas échéant, de sa livraison / stockage / quoi que ce soit dans DRA  ».

Décrédibiliser des institutions internationales en matière d’armes chimiques, ou simplement quand un pays arabe est visé, vient donc d’être prononcée par ces révélations récentes. La direction de l’OIAC est accusée de ne pas exprimer d’opinions contraires au discours privilégié par l’Occident. Elle utilise un langage trompeur pour rapporter de ce que les inspecteurs ont vraiment trouvé sur le terrain.

L’OIAC a ouvert une enquête sur la fuite d’un document interne qui remettait en cause les conclusions de l’organisation sur cette attaque, de Douma. Le document a été relayé sur internet en mai 2019, par des médias syriens et russes. Il a été rédigé par un employé de l’OIAC, organisation basée à La Haye.

En effet, depuis le début de l’année qui se termine, nombreux journalistes creusaient ce sujet. L’état de l’organisation relevant de l’ONU basée à La Haye est devenu peu reluisant. Sous la responsabilité d’un directeur, quasiment derrière de fausses informations reproduites par la presse corporatiste, il tente même de ne pas montrer ses falsifications...


Voir en ligne : Notre dossier Syrie

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.

Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Soutenir par un don