POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Claude levi-strauss , un "humaniste" parmi Montaigne ou Erasme ?




lundi 11 janvier 2010
par salahbansarjournalisme


Portagros avait dit que “l’homme est la mesure de toute choses ”. L’humanisme est par définition un mouvement qui prend l’homme comme objet principal d’intérêt, il l’etudie afin d’améliorer ses conditions de vie terrestre.

AAinsi, pour des humanistes tel que Michel de Montaigne ou Erasme de Rotterdam, rien n’est plus admirable que l’homme comme modèle de perfection intellectuelle, morale et physique. Ils ont délivré un véritable souffle dans l’obscurantisme religieux qui régnait à l’époque ou l’Eglise, avec un grand “E”, car je parle de l’église qui est devenue dès le moyen-âge une institution plus que spirituelle mais aussi politique forte, a pris le dessus sur l’esprit humain qu’elle a conditionnée au point de créer un certain absolutisme scientifique : l’Europe était le centre du monde et l’atlantique ne représentaient que ténèbres et danger.

Dans un esprit de relativité et de sens critique, Erasme ou Montaigne, en recherche d’un certain équilibre ont critiqué, les coutumes et les institutions. Ce n’est pas ce qu’a fait Claude Levi Strauss pendant presqu’un demi siècle ?

L’humanisme de Claude Levi Strauss est un humanisme ”spéciale” Il est sans doute le dernier précurseur de la dernière pensée humaniste, faisant de Montaigne ou Erasme ces principaux Mentors : Pourrait-on alors considérer les deux derniers Erudits comme fondateur, comme l’avait dit Claude Levi Strauss lui-même dans une interview réalisée par Bernard Pivot de la “curiosité ethnographique” ?

Levi Strauss a étudié l’homme dans son aspects le plus spirituel et la société dans son aspect le plus intime et le plus reculé, il fait une étude centrée sur cet animal qu’est l’Homme en établissant au fil de ces études une étude anti-existentialiste et donc anti-sartrienne car il n’étudie pas l’homme dans son aspect le plus absurde, mais bien au contraire, il l’étudie dans toute sa grandeur et dans toute sa richesse et comme élément indissociable de la société. Rien n’est alors plus parfait qu’un animal comme l’homme afin de former une société proprement dite ce qui veut dire une société de la diversité des cultures, des mythes et des croyances tout en essayant de la critique.

Mais, “critiquer” est à prendre au sens que lui prête Claude Levi Strauss lui-même : “essayer de comprendre, d’analyser, de mettre au rapport d’autres mode vie d’autre mode de pensée”. N’est-ce pas un des traits humanistes du 16ème siècle ?

En effet Montaigne ou Erasme se sont aussi et ont essayé d’analyser le mode de vie antique afin d’étudier le mode de vie actuel, de l’époque. C’est ce que fait Levi Strauss, en faisant souvent une confrontation entre les tribus indigènes et les “tribus modernes ”. Claude Levi Strauss est donc un humaniste, sans doute le plus moderne et le dernier, qui a su mettre en avant le concept humaniste : mettre l’homme comme premier centre d’intérêt afin de comprendre la société.

Cependant, “l’humanisme de Claude Levi Strauss” est une approche beaucoup plus particulière qui prend l’homme non pas comme modèle de perfection morale suprême, mais comme modèle d’étude avec tout objectivité.

Claude Levi Strauss est-il un érudit alors au même niveau qu’Erasme ou Montaigne ? A vous de voir !