POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Règlement de compte au Fonds national de la recherche scientifique ?




mercredi 18 novembre 2009
par Francis


Mme Simoen, ancienne secrétaire générale du FNRS (Belgique), aurait commis des fautes de gestion au cours de son mandat.

Mme. Halloin, secrétaire générale du Fonds national de la recherche scientifique, veut régler ses comptes avec l’ancienne responsable de ce Fonds qui gère plus de 100 millions d’Euros par an venant principalement des pouvoirs publics. Elle porte en effet de graves accusations quant à la gestion passée du Fonds et de l’opération Télévie.

Elle prétend ainsi que Mme. Simoen, ancienne secrétaire générale, aurait commis des fautes de gestion au cours de son mandat. Mme. Simoen aurait ainsi abusé très largement des facilités de payement que lui offrait les cartes de crédit du FNRS. Le FNRS aurait par ailleurs pris en charge certains frais de rénovation dans le logement personnel de l’ancienne secrétaire générale du Fonds. Enfin, une partie importante des fonds de l’opération Télévie aurait été utilisée à des fins bien différentes de la recherche contre le cancer et la leucémie. Mme. Simoen aurait d’ailleurs passé un accord avec le groupe privé RTL-TVI pour que celui-ci récupère à son propre bénéfice une partie des sommes versées dans le cadre de l’opération du Télévie ! Est-ce pour cela qu’aucun organe de la presse officielle n’a encore jugé utile d’en informer l’opinion public et les bonnes volontés qui, chaque année, se démènent bénévolement au profit d’une cause qu’il pensait désintéressée ?

Ces accusations très graves portées à l’encontre de l’ancienne secrétaire générale du FNRS n’ont pour l’instant donné lieu à aucune démonstration objective. Il est regrettable que des faits aussi graves soient dénoncés dans le cadre d’un règlement de compte malsain accompagnant un changement de hiérarchie au sein du Fonds. Il n’est pas impossible que Mme. Halloin souhaite porter l’opprobre sur son prédécesseur afin de mieux se mettre en valeur. Il reste que si ces suspicions devaient se vérifier, elles ouvriraient la porte à un véritable fnrsgate et poseraient enfin la question du contrôle démocratique du financement de la recherche au centre des débats de la société civile belge.