POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Syrte, dernière ville de Libye d’où les terroristes ont été délogés



Plus de 300 cadavres visibles en décembre, dans une bataille commencée en mai


jeudi 8 décembre 2016
par Azouz Benhocine


La situation en Libye reste volatile et les civils sont les premières victimes de la violence armée, en conséquence la situation humanitaire difficile n’est pas tellement médiatisée et prise et compte pour ce pays, alors que les soins de santé primaires et de médicaments essentiels se fait ressentir depuis des mois. Les résidents de Syrte, déplacés depuis des mois, font face aux besoins urgents dans l’indifférence. La libération de la ville permet à quelques milliers de familles de retourner dans leurs foyers, mais certaines sont un dénouement complet.

Voir en ligne : Notre dossier : LIBYE

Fin de parcours pour l’islamo-terrorisme en Libye, ceux qui prédisaient des années de guerre sont démentis. Daesh ne contrôlait plus aucune zone résidentielle en Libye, comme les villes, cependant il n’est pas exclu que la présence des « despérados » est possible dans les zones désertiques du pays, selon plusieurs expertises exprimées ce jeudi 8 décembre 2016. Resteraient certainement des attaques suicides sporadiques, imprévisibles comme ailleurs.


- L’appel de la Libye à ses citoyens et aux diplomaties étrangères 14 mars 2016

La situation sécuritaire s’améliore considérablement en cette fin d’année 2016 en Libye, la reprise de la ville de Syrte, par l’armée régulière, commandée le général Khalifa Haftar, en est le point d’orgue des dernières victoires antiterroristes. Frank Poccia, un canadien de 52 ans enlevé le 19 Septembre avec 2 Italiens dans la ville libyenne sud-ouest de Ghat, a été libéré avec ses 2 compagnons et est déjà revenu parmi les siens en Amérique du nord. Ils travaillaient avec le groupe italien ENI.

La chute de Kadhafi a plongé le pays dans une déstabilisation où le terrorisme s’est implanté avec l’aide des islamistes locaux. Si on essaie de mettre un label d’identité sur les groupes armés qui opèrent au nom de l’EI (Etat Islamique) à l’est de l’Afrique du Nord, nous n’hésiterons de les désigner ainsi : « Alliance des islamistes et combattants tribaux ».


- Irréductibles à Syrte & avancée du dialogue inter-libyen 5 octobre 2016

Les factions terroristes de Libye adoptent diverses appellations, dont Les Brigades de Défense de Benghazi qui ont attaqué la ville littorale de Ben Jawad, située au « croissant du pétrole », d’où les forces pro-gouvernementales les ont chassées de quatre terminaux d’exportation en Septembre. Lors de cette opération, du matériel a été saisi et des prisonniers ont été arrêtés.

À Syrte, la ville natale du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, l’armée régulière a réussi à évincer cette semaine l’Etat islamique, après une bataille de sept mois, depuis le mois de mai. C’était son fief le plus consolidé, situé entre Tripoli et le croissant du pétrole. Les combattants d’ISIS sont sortis la nuit dernière, mardi 7 décembre, laissant plus de 300 cadavres de leurs hommes. Là la reddition de la milice dite de Misrata qui était leur allié, s’est éparpillée dans la région et se fait traquée par les militaires libyens.


- Les chancelleries qui activent pour juguler la crise de Libye 22 avril 2016

Le porte-parole du Pentagone, le capitaine de marine Jeff Davi, a déclaré que la recherche d’engins explosifs improvisés est la mission à laquelle s’adonnent maintenant les hommes sous le commandement du général Haftar, aidés par des experts étrangers. Comme c’est seule source qui communique actuellement sur la situation libyenne, il a précisé que neuf combattants, ainsi que 10 femmes et enfants, les accompagnants se sont rendus.

Des centaines de combattants restent actifs dans la région, d’autres se cachaient dans la ville, des attaques suicides sont redoutées. A la veille de cette évolution jugée rapide, le 6 Décembre le représentant spécial du Secrétaire général, Martin Kobler, a reçu le soutien des membres du Conseil de sécurité. Ce dernier a émis des préoccupations pour la polarisation politique qui entraîne la détérioration de la sécurité, de l’économie et des conditions de vie des population qui sur le plan humanitaire est oubliée.


- L’Algérie suspend les vols vers la Libye... 27 janvier 2016

© UNHCR photo

Répondre à cet article