POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


SNCF : les quais étroits de l’exclusion d’un zonard

Condamné à n’être jamais un cheminot, un citoyen fait une grève ultime.

mardi 3 juin 2014
par Hugo Mastréo


Dans l’indifférence Yacine Zahraoui a entamé, au 31 mai 2014, son 20ème jour de sa grève de la faim. Installé sur une chaise, non loin de l’Elysée, ce jeune beur est de cette génération refoulée. Licencié abusivement de son travail à la SNCF, il ne sait plus où donner de la tête, donc il s’adresse directement au 1èr magistrat de France.

Page Facebook pour soutenir Yacine Zahroui


In Twitter : #YacineZahraoui

Sur le site Internet de la SNCF : la promotion de la mixité et de l’égalité professionnelle, elle annonce une politique de l’emploi qui ne se vérifie pas.

D’emblée, il faut se poser la question assez commune du rôle des institutions, notamment de sa hiérarchie d’abord ainsi que des associations ou ONG comme SOS-Racisme ou bien les syndicats. Une indifférence inexplicable envers un désarmé de sa citoyenneté ! Feu Dominique Baudis, le défenseur des droits, a déjà dénoncé la SNCF, citant ce cas, mais une forme de discipline intransigeante règne au sein de l’entreprise publique.

Yacine dément qu’il a été viré de la SNCF pour son comportement, mais pour ses origines ou bien son appartenance à une communauté différenciée. Un cas de discrimination qui se trouve doublé, d’un français descendant de l’immigration maghrébine et d’un ressortissant des zones urbaines dites « sensibles ». Habitant Creil, une lointaine banlieue de la capitale, ce profil de français, « black-listée » selon une typologie, s’est en vain exprimé lors d’une protestation, aujourd’hui détournée, datant de 1983.

Cette situation déjà soulevée, avec un autre cas, sur nombreux qui se sont multipliés. Depuis, lundi 12 mai, qu’il a commencé une grève de la faim pour dénoncer son « licenciement abusif » par la SNCF, il s’est installé rue Duras, près de l’Élysée à Paris, sur une modeste chaise et sans les flashs des photographes ou des journalistes.

Sinon que devait-il plus faire pour se faire entendre dans une France s’avérant peu secouée, mais taraudée, de scandales pouvant montrer une ministre en chimpanzé. Et que représenterait donc ce jeune en désespoir ? Puisque le bizutage au sein de la SNCF a été mainte fois mis à l’indexe, et n’a lever le regard d’un débat au sein de l’assemblée nationale, sollicité par des députés de gauche.

La SNCF s‘est faite médiatisée dernièrement avec une commande de wagons plus larges que ses quais. Affaire mise en sourdine. Puisque le rabotage, des bords des plateformes pour usages, constitue un investissement et peut même être perçu comme une modernisation des équipements. Son personnel a bougé lors de…

… La journée de protestation des salariés, du 21 mai, soulevant la réforme ferroviaire qui se desssine. Un texte qui sera examiné les 17 et 18 juin par l’Assemblée nationale, vise à regrouper en un seul grand groupe public la SNCF et Réseau ferré de France (RFF). Les principaux syndicats ont appelé au rassemblement pour s’opposer au projet du gouvernement.

Mais, du côté social aussi, les controverses jugées marginales sont impossibles à prendre en charge. Elles ont même trait à l’ambiance où s’exerce le métier de cheminot, où comme pour la poste et autres institutions économiques collectives, l’employé n’est-il pas distinctif des fondamentaux d’être au service du citoyen ? Et Yacine se trouve, dans ces autres manquements du service public, les secondaires et les tares, le moins loti.

Une pétition datant de 2011, s’intitule « SNCF : Sanctionnez les auteurs d’actes de racisme et de discrimination », assume pleinement de mettre à l’indexe la nauséabonde atmosphère de l’exercice d’une profession au sein des rouages de l’Etat. Celui même, qui se targue aux yeux du Monde, de précurseur des droits de l’homme, n’est pas si enjoué.

Dans une telle pression que subissent certains employés de la SNCF, ce jeune français, qui attend le procès auprès du tribunal des prud’hommes en 2015, est dans une veulerie d’un autre découpage sociale, bien réel… revenant à des responsabilités ! Celles qui ne répondent jamais quand on évoque Yacine Zahraoui.

Quelques sujets sur la persistance du racisme, mais ils sont plus nombreux et répétés.

Racisme ordinaire : la SNCF accusée de nonchalance

Ligue des droits de l’homme : Face au racisme ordinaire, la SNCF laisse faire

Suspicion envers les employés d’origine africaine et maghrébine, à la gare du Nord de Paris, lors de la visite du président israélien Shimon Pérés

À LA SNCF, LE RACISME, C’EST POSSIBLE

A la SNCF, le racisme en toute impunité

Page Facebook pour soutenir Yacine Zahroui

Répondre à cet article