POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Ghardaïa : 4ème victime depuis le début de l’année

L’Algérie tribale redouble de férocité !

vendredi 7 février 2014
par Damien Djamel Bouch’Raf


La 4ème victime, depuis le début de l’année, des affrontements communautaires à Ghardaïa, l’étudiant Baba-Ousmail Azzedine, est aussi de confession ibadite. Enlevé et lynché dans un lieu lugubre, qu’est le cimetière, par un groupe de délinquants cagoulés, ce jeune a perdu la vie sous les coups d’une sauvagerie qui détermine réellement le climat d’insécurité en Algérie ?

Nos précédents sujet :

Ghardaïa, quand la territorialité est méprisée par les présidentiables !

Algérie : l’idéologie du régime et les émeutes de Ghardaïa


Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Ce qui se passe dans cette localité qui était la perle et la porte du tourisme saharien, pour les Algériens et les amoureux des grands sables, est une démonstration de détérioration sociologique où traditions et religion, devenues les repères, causent des guerres de gangs...

Encore moins politique et bien plus bas que la délinquance qui accompagne l’humanité, la gratuité de la violence à Ghardaïa est un relent du tribalisme où la religion est une malédiction. En effet l’interprétation des rites de l’islam dans cette ville contribue dans le clivage, et le rend aussi assez obscur !

Les malikites et les ibadites dans cette région du Maghreb, comme les sunnites et chiites au Moyen-Orient, s’adonnent d’abord à la surenchère théologique. Et quand en toile de fond, l’islamisme est élu comme la culture qui a chassé le théâtre, le livre et le cinéma... A quoi s’attendre dans un vide où même le sport est décadent !

Le désœuvrement de larges catégories de la jeunesse algérienne a explosé avec l’islamo-terrorisme de la décennie noire (années 90). Une génération a semé ce que l’humanité considère, les pires atrocités de l’Histoire contemporaine.

Alors que la violence structurée avec l’AQMI se fait chaque jour juguler, notamment au nord du pays (une dizaine de terroristes ont été éliminés depuis depuis décembre), cette nouvelle barbarie surgit !

L’absence de l’Etat et l’impunité des criminels, à l’image d’une république devenue douar !

Le climat de haine qui s’est installé dans cette ville algérienne est largement dû à l’absence des services de sécurité, sinon de leur collusion avec les meurtriers. A se demander, pourquoi pour les 3 précédents assassinats, il n’y a eu aucune arrestation ?

Avec la séquence vidéo, filmé par des défenseurs des droits de l’homme présents pendant les faits, ce qu’a subi le jeune Baba-Ousmaïl Azzedine est insoutenable.

Si avec de telles images les identifications ne sont pas faites, l’épouvantable se propagera dans la même définition des crimes, leurs légalité ! Dans une république où les institutions sont opérationnelles et la justice à la hauteur de sa mission, l’impunité ne devait perdurer.

Ce lynchage restera dans la mémoire de cette cité, il hantera encore les esprits notamment les familles et témoins de ce malheur. Est-ce un prélude de lendemains aux relents d’injustice et d’insécurité...

Nos précédents sujet :

Ghardaïa, quand la territorialité est méprisée par les présidentiables !

Algérie : l’idéologie du régime et les émeutes de Ghardaïa

Répondre à cet article