POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Boycott de l’apartheid est la solution de paix



John Kerry où l’illusion de négociations maintes fois brisées !


dimanche 2 février 2014
par Azouz Benhocine


Le Secrétaire d’Etat américain John Kerry promet, dès le 1er trimestre 2014, une feuille de route comportant des points minimums, pour la reprise des négociations entre Palestiniens et Israéliens. Les Etats-Unis sont devant une population israélienne colonialiste qui, au détriment des textes internationaux, est aveuglée par l’exaltation de la spoliation d’une terre à ses occupants. La majorité des israéliens ont leur responsabilité engagée dans des crises mondiales et sont derrière un apartheid de plus en plus isolé.

Voir en ligne : Notre Dossier : Israël et apartheid

Soutenu par les puissances qui souvent s’arrogent la représentation de la communauté internationale, le dernier colonialisme de peuplement est non seulement arrogant mais intériorise aussi des guerres criminelles dont la dernière est « Plomb Durci » contre la population désarmée de Gaza, qui a fait 600 enfants massacrés sur 1500 victimes. L’échéance du 30 avril 2014, sera aussi sonnée comme toutes les autres tentatives… Les négociations israélo-palestiniennes sont vaines, si elles ne sont pas accompagnées d’un boycott actif.

A se demander d’emblée, si les démarches américaines ont une infime chance d’aboutir, non pas à leur fin, à mettre autour d’une même table les parties en conflit ? Alors que le déchaînement, de la droite et des sionistes religieux, est sur le point de briser l’autorité actuelle de l’Etat hébreu. Toute idée de paix s’amenuise quand ils activent pour cela.

Lors de la conférence annuelle de Munich sur la sécurité, samedi 1er février 2014, le chef de la diplomatie américaine s’est dit optimiste, alors que des turbulences « sionistes » sont excitées pour clore ses pseudo-efforts qui datent de juillet 2013.

Les israéliens croient que le soutien au mythe du grand Israël est un droit, on peut plus divin, qui leur est dû par l’humanité, au détriment d’un autre peuple ! Telle est l’entité, dont les desseins, jalonnés d’une criminalité de guerre, pratiquent l’illégalité.

L’extrémisme au pouvoir en Israël fait l’affront à ses alliés et à la communauté internationale, au nom de colons aussi fascistes que fanatiques. La gauche israélienne a été laminée depuis très longtemps. Et la population vote, non pas comme population homogénéisée, à droite pour croyance hégémonique.

Le poids de la mémoire religieuse dans le sionisme, l’idéologie basée originellement sur la quête d’une patrie qui mette fin à l’errance, fait que la droite en Israël est aussi extrémiste et colonialiste que les pieux qui ont l’impunité concentrée au créationnisme qui les anime. Potentiellement droite et religion battent l’athéisme et l’égalité sociale que la gauche, la laïcité ou bien le matérialisme scientifique qui défendent de vraies valeurs.

Comment sont avortées toutes les négociations israélo-palestiniennes ?

Combien de fois l’Etat hébreu se dit devant l’éclatement de sa coalition gouvernementale pour, surtout cesser de négocier puis, organiser des élections internes ? Capoter les efforts onusiens ou américains qui tentent de mettre fin au conflit israélo-palestinien passe par un tel ralenti.

John Kerry lui-même a déjà attendu, pendant des mois, pour que des élections se tiennent, afin qu’Israël présente ses responsables légitimes. Il se prépare, aussi pour une seconde fois mais plus sérieusement, au retour à la case départ.

Par le passé la déception de désespérance des colonisés, les Palestiniens, dès lors que les négociations sont en désuétude ou s’arrêtent. Ce qui les poussait aux actes de violence, leur légitime lutte armée. Et que le colonialisme, avec la complicité des puissances atlantistes, désigne en terrorisme.

Maintenant les palestiniens mettent au devant la résistance non-violente, le « sommmoud », qui leur arroge une présence diplomatique comparable à la voie de Mandela et Gandhi. Les colonies ouvertes depuis 1967 restent illégales et sont de plus en plus boycottées. Les produits qui y sont fabriqués sont mis à l’indexe.

L’actuelle chamboulement du Monde arabe qui se trouve piégé par son « islamo-terrorisme » endogène et les diverses formes de dictatures, féodales et bureaucratiques, est l’une des imprévisibles révolutions de l’époque. Elle est encore active, alors que qu’Israël gagne du temps dans de telles circonstances de précipitations de l’Histoire.

Même si les concentrations de la diplomatie ont créé un échec aux israéliens, ces derniers colonisent encore et quand il n’y aura plus rien à discuter, la mission de John Kerry s’arrêtera !

Répondre à cet article