POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Abbas et Netanyahou en même temps en Chine

Sans se croiser, dans le ballet diplomatique mondial

lundi 6 mai 2013
par Damien Djamel Bouch’Raf


Successivement les leaders palestinien et israélien se relayent en Chine, pendant la première semaine de mai, sans se croiser. Le Proche-Orient n’est pas assez assujetti à la présence chinoise, comme d’autres contrées du Monde.

Le premier doit rester 3 jours et rentrer mardi. Le second arrive dimanche pour 5 jours. Ils ont tout fait pour ne pas se croiser.

L’Europe et les USA dominent, notamment par la présence économique, cette région où leurs stratégies sont impliquées dans un conflit qui dure. La Russie a hérité de l’ancienne guerre froide des relations avec des alliés qu’elle ménage encore.

La Chine a toujours entretenu une réserve dans ces rapports avec l’étranger. Le pays de la grande muraille ne se préoccupe pas de refourguer, à titre d’exemple, la pseudo-démocratie avec sa marchandise. Ou bien de dicter une quelconque direction...

Mais ce ne sont pas que ces deux visiteurs parmi nombreux qui paradent, ces derniers jours, à Pékin. Dans un vaste ballet diplomatique international convoitant les bonnes relations avec les nouvelles autorités du parti et du pays, plusieurs pays ont les regards tournés vers cet extrême-orient.

La nouvelle puissance asiatique, faisant aussi locomotive des "BRICS", est en effet lorgnée de toutes parts. Elle est plus sollicitée par l’étranger maintenant, que comme aux premières années de son ouverture sur le Monde où elle quêtait des marchés, des partenaires et des rencontres.

Les nouvelles autorités dessinent d’autres politiques

Avec une diplomatie moins contraignante, le pays de Mao est devenu incontournable, voire assez imposant sur la scène internationale pour être ignoré. Les chinois s’en passent de regarder les choix de leurs partenaires, sont depuis toujours préoccupés par l’économie.

Les chinois ont opéré dernièrement le transfert du témoin de leur gouvernement en recomposant le pouvoir central. Les nouvelles autorités sont en phase d’élaborer des politiques, et cela n’échappe aux yeux de toutes les nations.

Ces visites qui tombent en même temps, semblent obéir à un planning chinois qui termine ceux qui demandent à être reçus. Mahmoud Abbas doit arriver à Beijing dimanche et la quitter mardi soir. Alors que Benyamine Netanyahou se rendra d’abord à Shanghai, et n’arrive à Pékin seulement le mercredi.

Lorsqu’on lui a demandé lors d’une conférence de presse vendredi sur une éventuelle réunion, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que « si les dirigeants de la Palestine et d’Israël ont la volonté de se réunir en Chine, la Chine est prête à offrir l’assistance nécessaire. »