POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Bouteflika : une santé qui disqualifie le 4ème mandat



Un syncope qui questionne sur les capacités du raïs au douteux 3ème...


dimanche 28 avril 2013
par Azouz Benhocine


La dépêche de l’APS -Algérie Presse Service- est tombée à 20h 30mn, alors que l’attaque, ischémique transitoire, subie par le président algérien, 75 ans, est indiquée avoir eu lieu dans la journée du samedi 27 avril à 12h 30mn. Le professeur Rachid Bougherbal, du Centre national de la médecine sportive, a fait l’annonce rapportée par l’agence officielle.

Voir en ligne : Notre dossier : ALGERIE

Le praticien a déclaré : "Les premières investigations ont été déjà entamées et son excellence le président de la République doit observer un repos pour poursuivre ses examens" , il a ajouté que son état de santé "n’occasionne aucune inquiétude" .

Parmi les premières réactions, aussi reproduite par Algérie Presse Service, celle du premier ministre qui était en visite à Bejaïa, capitale de ce qui est désigné par la "Petite Kabylie". Le chef de l’exécutif était avec des représentants de la société civile, quand il rassuré sur l’état de santé du président Abdelaziz Bouteflika.

L’AIT, accident ischémique transitoire, communément désignée par "attaque cérébrale" ne peut être dite que si des symptômes apparaissent. Une mauvaise irrigation du cerveau est signalée par des signes : des défaillances dans les gestes, ou dans l’expression vocale ou bien dans les capacités de concentration du sujet.

Le pays s’apprête à amender sa constitution et à élire un nouveau président en 2014. La succession à Bouteflika est posée, alors que ce genre d’informations sur son état de santé, vient couper les espoirs à une 4ème mandature. Tout en suscitant comment il gouvernait, puisque son absence et son immobilité étaient fortement remarquées.

BOUTEFLIKA ET 3 PRESIDENTS

Les 3 seuls présidents en vie que recevait Bouteflika, à savoir Ahmed Benbella puis Chadli Bendjedid et enfin Ali Kafi viennent de décéder successivement dans leur ordre de règne. Le discret Liamine Zeroual, encore en très bonne santé a ouvertement boycotté les rencontres organisées par Bouteflika à ses prédécesseurs.

Liamine Zeroual a été nommé Chef de l’Etat, le 30 janvier 1994, quand Ali Kafi, le dernier des défunts (mort en Suisse il y a quelques jours) reprenant le poste à la mort de Mohamed Boudiaf, s’est montré peu enclin à organiser des élections et continuer le processus démocratique.

Liamine Zeroual

Alors que l’armée luttait contre la déferlante monstrueuse de l’islamo-terrorisme, Liamine Zeroual a organisé des élections locales, communales et départementales "APC et APW". Qui ont été suivies des votes des deux chambres, l’assemblée nationale et le Sénat. Il avait amendé la constitution en limitant les mandats présidentiels à deux.

Chose que Bouteflika n’a pas respecté... Zeroual a appelé aux élections présidentielles, avant l’arrivée à terme de son second mandat pour lequel il a été élu à 61,80%... Le convalescent qui a été donné rétabli, de sa pathologie d’estomac soignée en France et lors de son apparition dans une reluisante santé en accueillant François Hollande, avait pris un 3ème mandat...