POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Harry Roselmack en investigation chez les islamistes marseillais, avec son émission "Immersion"



Sur TF1 le 13 avril, plongée dans l’islam intégriste de France. - Investigation journalistique -


dimanche 11 avril 2010
par Gros Emile


Harry Roselmack dont le professionnalisme n’est plus à confirmer, continue ses travaux médiatiques haletants et très instructifs. Bien de ses prospections auprès des petits peuples, dont « Immersion », sont d’une facture dispensant aux larges publics quelques réponses à des curiosités véritablement vivantes et quotidiennes. Des matières que la vulgarisation permet d’assouvir les esprits épris de mieux connaître leurs prochains et concitoyens.

Tel au microscope, les agrandissements des mutations sociologiques de la France, à l’orée du nouveau millénaire, que tente Harry sont comme des médiations intervenants lors de questionnements qui taraudent des consciences éprises de mieux comprendre.

Mais l’angélisme à l’égard d’une plateforme idéologique, l’islamisme, qui secrète profondément des relents « subversifs » (qui eux ne sont pas à plaindre), constitue un risque de dédouaner le versant violent d’une montagne volcanique. Ainsi le projet « sociétal » théocratique qui a déjà existé et a été déjà dépassé par les connaissances et le savoir humain, et n’ayant que le repli pour se préserver et la brutalité pour se faire entendre, ne peut être réhabilité en le dissociant de toutes les pensées affreusement criminelles qui le génèrent. Qui des français n’aurait pas entendu parler des récentes 200 000 victimes algériennes ? Pour ne citer que cette communauté très présente en hexagone.

Avant même sa diffusion, sa nouvelle enquête a créé nombreux remous. Les polémistes qui ne sont pas tous et toujours haineux, surnagent devant un peu candide défouloir excitant des passions. Et pas souvent jovialement, pour certains communicants autour de l’islam français. Mais aussi des mordus intéressements sont attachés de savoir les recoins où évolue la France, sur le plan de la recomposition de sa population héritière des mémoires partagées avec des ailleurs et de lointaines contrées par le passé annexées. Et encore différentes sphères et plusieurs milieux : médiatiques, politiques et scientifiques auront cette fois aussi la substance, au menu de leurs programmes télévisuels, celle qu’ils désirent juger quand elle leur est transmise. Tant la crédibilité des réalisations de ce journaliste dégage une forte vision des choses « de société » et une qualité informative des plus recherchées, elle apporte d’utiles éclairages.

« En immersion » avec le sujet des fondamentalistes musulmans, sera diffusée sur TF1 le 13 avril, en troisième partie de soirée vers 23H30. Harry Roselmack a côtoyé pendant trois semaines des salafistes musulmans de la ville Marseille qui est une cité à forte population de confession musulmane. Il propose, d’après les premières impressions croisées sur le Web sur son émission, une appréhension logiquement affinée par l’écoute des « salafistes » eux-mêmes que d’autres journalistes ou bien les tenants d’une pseudo-tradition française, chère au président du groupe UMP du sénat, ne sous-estiment pas tant.

Le professionnel face au polémiste de tradition française et de bon teint


Zemmour face à Harry Roselmack
envoyé par prince_de_conde. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Après celle qui a concerné la cité dite « sensible » de Villiers-Le-Bel (Val-d’Oise), dont la réputation s’est faite avec de violentes émeutes qui avaient éclaté en novembre 2007, après la mort de deux adolescents. Le journaliste qui a marqué les esprits d’un large public avec la pratique musulmane du sacrifice du mouton de l’Aïd, en tentant de vérifier s’il était possible de procéder à un abattage à domicile «  le fameux mouton dans la salle de bain », ne change pas d’orientation que sa chaîne lui certainement commandée. Il continue sur le même registre mais avec un nouveau thème. Toutes modesties et retenues associées, il compte faire une présentation d’une communauté souvent masquée d’une nébulosité relevant de sa propre nature.

Selon la dépêche de l’AFP, TF1 avait comme projet une présentation, par Harry, des pratiques « radicales » des grandes religions monothéistes : l’islam, le judaïsme et le christianisme. Son choix s’est finalement porté sur la religion qui fait débat avec des histoires de foulard qui est devenue, au fil des ans, une escalade avec l’apparition de la burqa comme nouveau accoutrement des femmes dont l’intégrisme est souvent, par étroitesse, attribué à la misogynie ou le machisme. La chaîne jugea que traiter des trois religions, même deux heures d’émission ne suffiraient pas. Le premier numéro de cette émission, dont le concept est basé sur l’investigation sur des univers inconnus ou renommés inaccessibles aux médias, avait été diffusé en novembre 2009.

« Il ne s’agit pas de donner une tribune aux salafistes mais de découvrir leur milieu, leurs pratiques, pour ensuite les faire connaître aux téléspectateurs » , explique-t-il selon l’article de l’AFP. Avouant par la même occasion qu’il ne connaissait pas grand chose à cette communauté, et donc vient d’apprendre... A-t-il saisi la portée des discours posés ces divins qui ont cautionné depuis la condamnation de Selamn Rushdi jusqu’aux actes du 11 septembre 2001. Et argumentant sa découverte, il propose son point de vue qui reproduit celui qui se dit : « différent de celui de nos sociétés occidentalisées et matérialistes » .

Sur Skyrock Harry : un militant qui vous veut du bien

« Quand un jeune homme de 24 ans explique que sa préoccupation principale est sa vie future au paradis, et que toutes ses actions ont pour but de l’y préparer, nous réalisons à quel point nous sommes différents » , relève Harry Roselmack. De quoi relativiser cet irrationnel comportement avec le contexte où le créationnisme et toutes les religiosités sont à la fois soutenus par les décideurs sous la pression de leurs électorats, mais aussi supportés favorablement par des idéologies aux manipulations opiacées et sans contrôle devant les ferments de moult dérives.

Il fait abstraction des dessous théoriques de la politique des islamistes, qui ne traduit en rien celle de l’ensemble des musulmans. Quand il propose : que la majorité des salafistes français n’avait pas une interprétation « belliqueuse » et « menaçante » de l’Islam. Elle est fondamentalement obscurantiste et réduit tous les éclairages des acquis scientifiques humains à néant, devant les préceptes d’ailleurs trop généralistes et archaïques sortis du livre qui guide la dernière grande religion monothéiste qu’à rencontré l’humanité avec le messager Mohamed.