POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Jeannette Bougrab à la tête de la Halde...



Après le beur Malek Boutih, une BEURETTE à la tête de la HALDE... Gerard devrait être exclu de son parti, comme Georges Frêche du PS.


mercredi 24 mars 2010
par jaco


Fin de l’ouverture à gauche oblige, le baisé de l’araignée terminé après avoir acquis et absorbé les transfuges de service de la plateforme PS. Jeannette Bougrab, juriste, membre de l’UMP et fille de harki, a été nommée par le président Sarkozy à la tête de la HALDE Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité. Malek Boutih restera chargé de la Com. pour le 1èr parti de l’opposition.

Après le beur Malek Boutih, une BEURETTE à la tête de la HALDE... Gerard Longuet devrait être exclu de son parti, comme Georges Frêche du PS.


La décision, annoncée mardi 23 mars 2010 par l’Elysée et met fin à des tractations que des cercles d’influences portaient sans moindre étique. Loin d’être une controverse, mais plus la réelle pensée de nombreux français, d’ailleurs de tous les bords, pratiquant toutes genres de discriminations. Les propos du patron des sénateurs UMP Gérard Longuet reflètent ce que pensent vraiment bien les porteurs des exclusions. Ce monsieur repenti de la redoutable organisation d’extrême-droite, Occident, où son militantisme a été partagé avec Patrick Devedjian et Brice Hortefeux membres de non-moindre importance de l’UMP, n’avait dit ce que croient et pratiquent quotidiennement bien une majorité...

D’origine algérienne, elle est née, le 26 août 1973, à Déols (Indre), près de Châteauroux, d’un père ouvrier et harki. Elle est maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris et l’a été aussi à l’université de Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Son parcours ne se limite pas à sa présence dans l’UMP et à son cursus acquis d’universitaire. De ses études de droit à Orléans, elle obtient un DEA (1997) puis un doctorat (2002) en droit public à la Sorbonne.


Débat Edgar Morin-Jeannette Bougrab
envoyé par jeannettebougrab. - Les derniers test hi-tech en vidéo.

- Elle est maître de requêtes au Conseil d’Etat.

- Elle a été juriste au Conseil constitutionnel, alors présidé par Pierre Mazeaud, devenu son mentor.

- Elle a ensuite été membre du Haut Conseil à l’Intégration.

- Et est encore membre du conseil d’administration de l’Institut du monde arabe.

- Comme elle est membre actif de l’observatoire de la diversité du Conseil supérieur de l’Audiovisuel.

SOS Racisme et le Conseil représentatif des Associations noires (Cran) ont salué cette nomination. SOS racisme, créée par les socialistes a insisté que cette désignation constitue un démenti pour les dires du chef de file des sénateurs UMP,"qu’il valait mieux nommer quelqu’un du "corps français traditionnel".. Rajoutant "Longuet n’a pas eu gain de cause" et relevant aussi que "Mme Bougrab est une femme d’expérience qui a des compétences manifestes à faire valoir".

A propos de son prénom Jeannette alias Djenate

Les propos de Gérard Longuet ont été assumés et même répétés par leur auteur, quand le nom de Malek Boutih circulait en remplacement de Louis Schweitzer. A l’époque, par trop lointaine, la dénonciation, par certains cadres et militants du parti de la majorité, de la politique d’ouverture n’avait aucun écho dans les choix du président de la république. Les élections régionales marquant l’évolution des faits, cette militante de la droite arrive à point nommé !

Jeannette Bougrab, 36 ans, est spécialiste des questions de discrimination, mais recèle un profil ancré dans la droite. Se déclarant héritière du gaullisme social, Elle est passée par SOS Racisme alors qu’elle n’était que lycéenne. Puis s’est engagée en 2002 à l’UMP. Où elle a été secrétaire nationale chargée des nouvelles adhésions. Elle s’était présentée aux élections législatives, du 10 - 17 juin 2007, dans la dix-huitième circonscription de Paris qui est un fief largement acquis à la gauche.

Une forte communauté immigrée y réside, à Barbès, Jeannette Bougrab avait été de loin battue par le député socialiste sortant Christophe Caresche. Malgré les soutiens des sportifs Lilian Thuram et David Douillet, des intellectuels Luc Ferry et Alexandre Adler et des anciens ministres Michel Barnier et Philippe Douste-Blazy. Après cet échec, elle a déclaré son insatisfaction refusant le rôle « d’animateur de réunions communautaires » pour Nicolas Sarkozy. Annonçant aussi vouloir, depuis, s’éloigner de la politique partisane pour se consacrer à l’écriture

Sa connaissance du dossier ne fait aucun doute, malgré un léger éloignement après l’aventure électorale. Elle auteur d’un rapport sur "les discriminations dans l’accès au marché de l’emploi". Elle a été nommée le 10 janvier 2010 présidente du conseil d’administration de l’Agence pour la Cohésion sociale et l’Egalité (Acse), par décret présidentiel. Institution dont la mission est de renforcer l’action de l’Etat en faveur des 2.213 quartiers de la politique de la ville.

La-voilà, quelques jours plus tard, en ce 23 mars 2010, à la tête de la HALDE