POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Editorial, opinion, point de vue, déclaration, paix, pertinente, monde, (...) > "Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation est d’y céder" ! Oscar (...)

"Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation est d’y céder" ! Oscar WILDE.




vendredi 28 août 2009
par synecdoque


Grand déballage au vide-greniers politique en cette fin d’été 2009 !

Je m’en vais relater les faits pour tous les estivants qui n’ont pas suivi l’actualité du 22 août 2009 et qui ont perdu beaucoup dans l’image qu’ils se font de la grandeur de la France !

En effet, un rappel s’impose pour les absents aux « Agapes » malgré que la presse ait médiatisé l’événement . Ainsi avons nous pu voir côte à côte Christiane TAUBIRA (Groupe Socialiste, Radical, citoyen et divers gauche), Marielle de SARNEZ (MoDem), Daniel COHN BENDIT (Europe Ecologie), Robert HUE (Parti Communiste) et Vincent PEILLON (Parti Socialiste) !

Tous étaient flamboyants, Marielle de SARNEZ embrassant Daniel COHN BENDIT ! Dans son élan elle lança, je la cite : « Mes chers amis, ce que nous avons à construire ensemble est plus grand que ce que nous sommes. Soyons généreux. Soyons altruistes. Nous sommes différents. Mais nous pouvons construire ensemble. S’ouvrir à d’autres. Pour redonner de l’espoir, renouer avec un idéal. C’est comme cela que j’aime la politique Merci de m’avoir invitée. »

Cela nous ramène à la phrase de Françoise GIROUD : « Il ne faut pas rencontrer ses ennemis, on risque de tomber sous leurs charmes » !

Et les voilà, qui entrent dans l’« Action » ! L’Alliance se prépare entre le PS, le MODEM, le Parti Europe Ecologie : tous ensemble !

Cela nous renvoie à BADEN POWEL, le mouvement scout, la pédagogie de l’imaginaire, la discipline, l’héroïsme des chevaliers, et « les faucons rouges » ! Vite, embrassons pêle-mêle ! La grandeur ou la candeur romanesques ! La Sainte Curie ! Bref, Nourrissons nos rêves ! Cette assemblée était certes, exquise, utile, logique et ne manquait pas de panache ! Ah oui vraiment, je ne regrette pas d’être restée sur Paris, à travailler tout l’été ! Et je m’en vais conclure avec Michel AUDIARD qui disait : « Bienheureux les fêlés, ils voient passer la lumière » !