POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > Les datas dans la lutte contre la corruption et l’utilité du journalisme en (...)

Les datas dans la lutte contre la corruption et l’utilité du journalisme en démocratie



Droits des données et vie privée au centre du discours public et politique.


samedi 22 juin 2019
par N.E. Tatem


De nouvelles armes existent désormais pour combattre la corruption dans le Monde et pour chaque nation. C’est l’exploitation des différentes données (datas) spécifiées comme, à titre d’exemple, celles afférentes au secteur banquier, peuvent servir dans de tels défis, d’assainissement des pratiques ayant à la gestion des affaires étatiques

Voir en ligne : Notre dossier Datas & Données

Pour ne citer que quelques exemples des fondements de "données ouvertes", il est question d’un nouvel outil qui permet au gouvernement d’être meilleur en répondant aux demandes de la population. Si tout le monde puisse accéder aux datas, afin de les utiliser et les partager, cela apporte aux citoyens la compréhension du travail de leurs dirigeants. Capter comment l’Etat achète des services, organise des élections et respecte ses engagements, est essentiel en démocratie...

- Facebook utilise les données pour 50 pays afin que les entreprises optimisent la pub. 21 mai 2019

De nouvelles armes existent désormais pour combattre la corruption dans le Monde et pour chaque nation. C’est l’exploitation des différentes données (datas) spécifiées comme celles afférentes au secteur banquier, à titre d’exemple. Elles peuvent servir dans de nombreux défis, dont l’assainissement des pratiques ayant trait à la gestion des affaires étatiques qui influent le développement.

PDF - 364.7 ko
NOTE D’INTRODUCTION AUX PRINCIPES DE DONNÉES OUVERTES ANTI-CORRUPTION G20.
En 2014, le groupe de travail du G20 sur la lutte contre la corruption (GTCA) a considéré les données ouvertes méritent une attention particulière, dans la promotion de la transparence du secteur public.

Il faudra peut-être patienter pour que la disponibilité, surtout des indications clairement élaborées bien les choses, soient libérées. Plusieurs actions sont faites pour que les institutions donnent les informations dont elles disposent. D’abord les structurer, afin d’en extraire les pires cas de corruption, est aussi laborieux. Mais d’emblée, il faut qu’elles soient collectées par même les gestionnaires des sociétés, ce qui est la lacune de nombreux Etats.

Mais aussi leur traitement, afin d’en tirer l’information judicieuse pour l’intérêt commun, pour cela il y a de nouvelles compétences. Pour en faire des révélations selon une éthique d’investigation relevant du journalisme, ce sont des méthodes de plus en plus vulgarisées, d’assemblage des données ainsi que de la manière de les exposer à une lecture limpide et assimilable.

L’enthousiasme que suscite la mise à bon niveau d’intégrité morale, applicables aux personnels des services publics, connait désormais divers projets. L’ouverture des données expliquerait, en partie non-négligeable, de certains secrets et malversations, au sein de la gestion de la société et des besoins communs. Et à ce sujet de transparence, indéniablement nous vivons l’époque des cachettes qui refusent de rendre les données accessibles.

- Du bon usage des données selon les lois et la finalité des modes d’utilisation 27 mars 2019

Cependant des professionnels, comme ceux du data-journalisme, songent dores et déjà aux moyens et voie pour rendre public les données. D’ores et déjà, il faut multiplier les démarches pour les appareils ramassent ces éléments d’information. Ceux qui arrivent à trouver les datas, ils les analysent selon le dessein et les montrent dans le cadre de l’exercice de leur métier. Alors que le journalisme devient donc dangereux à cause de fléaux illégaux.

L’une des dernières proclamations en matière de libération des données, que d’habitude les journalistes fuitent depuis des sources calfeutrées dans leur silence, est un document de 600 pages. Il pour intitulé : « L’état des données ouvertes - Histoires et horizons » et correspond à l’initiation sur l’usage des données dans plusieurs domaines. ARGOTHEME, l’éditeur de Populi-Scoop compte le traduire de l’anglais pour ses lecteurs.

Nous avons souvent utilisé des données pour inspirations, matières et composantes de nos sujets diffusés avec Populi-Scoop. Et nous réfléchissons à la manière dont il faut traiter les données les plus intéressantes et sensibles dans l’amélioration de la vie des gens. Celles plus souvent publiques, doivent être fournies par une source fiable ou confidentielle, que nous protégeons conformément à la loi qui permet de protéger ceux qui les donnent.

Ce qu’il faut admettre est que le journalisme est fondamental en démocratie. Ce métier améliore son travail s’il trouve de l’ouverture parmi les acteurs sociaux. L’érosion de l’accès aux nouvelles locales et à l’information locale a fait l’objet de l’un de nos récents articles. Nous considérons que le civisme joue un rôle important pour percevoir les datas selon les innovations qu’elles génèrent…

Répondre à cet article