POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La gauche française face à un assaut ultralibéral annoncé !



La France n’est pas pauvre, le séduisant populisme identitaire se joue des richesses


lundi 5 décembre 2016
par jaco


L’alternative que doit présenter la gauche au peuple français en 2017, quand l’apaisement et le déterminisme se font sentir à droite, s’ébauche comme un défi. Le challenge pour désigner un candidat, qui à moindre mal sera au second tour du prochain vote présidentiel, est au meilleur de sa pertinence. Le personnage potentiellement apte à faire fonctionner le logiciel social local et plus largement influencer les paramètres de l’Union Européenne et même optimiser la présence française au niveau internationale, arrive à son étape cruciale. L’heure d’un dialogue entre principalement Jean-Luc Mélenchon, soutenu par les communistes, et les socialistes ainsi que les nuancées familles qui risquent de perdre le pouvoir, apostrophe une compétition d’augure aléatoire. Il invite à une convention d’évitement du gouffre d’une disparition au 1er tour du 23 avril…

Voir en ligne : Notre dossier : FRANCE

Pourquoi le réduire à néant, le débat de la gauche française est en train de reconsidérer l’alliance populaire qui a le contexte international comme familiarité première. Aux USA, la rupture avec l’imprévisible Donald Trump, le Brexit, la rupture toute fraîche en Italie qui a débouché sur la démission de Matéo Rinzi ainsi que la défaite de la droite en Autriche qui est l’un des pays les plus riche du continent, sont des données qui ne façonnent le pays politique français, mais forcément l’influence. Pas délirant et encore moins nouveau, calmer la chicane idéologique est une illusion, la sommation à gauche est sifflée comme par un arbitre en début de parie.


- 19 mars en France : la mémoire interrompue ! 20 mars 2016

Pris à contre-pieds, les médias et les politiciens français qui donnaient François Hollande candidat pour 2017, acquiescent une objection qui ridiculise leurs présomptions inopinées. BHL ou bien l’éditorialiste de l’Express n’avaient pas idée des caractères et de la conscience de l’humain qui n’impose pas ses droits de sortant, désistant un naturel en refoulant un second mandat. Plus largement, bien plusieurs présomptions de caciques démineurs connus pour analystes, se faisant passer pour faiseurs d’opinions, sont tombées en désuétude.

Voilà une métamorphose dans les us de la classe politique française, elle redessine la sinuosité du cheminement de la sélection du candidat de la gauche dispersée et en stress-test lors des 5 prochains mois. L’ayant-droit n’endossera pas la fatalité de la défaite, François Hollande a redressé les comptes de la sécurité sociale que cela n’échappe pas, comme son retrait. Il a entamé l’âge de la retraite contradictoirement avec les perspectives réelles que cela soit une source négligée d’emplois pour rajeunir le salariat, auquel l’émigration déferlante prescrit un débat social qui a caractère populiste en matière d’identité.


- Les certitudes de la réforme du "Code du Travail" coincent en France 3 mars 2016

Dès lors la pléthore des prétendants socialistes est inéluctablement reconsidérée, alors que Valls se place à la cime de la pyramide interpellée à aider l’unité. Pour rallonge, cette volte-face est maintenant le geste politique le plus insolite sous la 5ème république. Sa singularité rebat le paquet de cartes et réfère une lucidité perdue, de trouver un projet unitaire. Tombant au bon moment, du 1er jour où les premières candidatures aux primaires ont commencé, le repli du président en exercice de briguer un second mandat réforme silencieusement le vote à gauche.

Pour les 22 et 29 janvier prochains les responsables des formations alliées autour du PS seront-ils conviés à une primaire à toute la famille ou bien étroitement à celle de la rue Solferino ? Les candidats socialistes sont maintenant clairement aiguillonnés par leur leader de trouver une alternative fortement rassemblée pour démentir la victoire, déjà hâtivement annoncée aussi, du candidat des républicains.


- Le printemps français n’a pas que la loi du travail à corriger 9 mars 2016

Alors comment se dessine cette échéance, quand l’hégémonie du PS est largement entamée ? Avec un quinquennat calamiteux dont l’éviction du président charmeur pendant et détrousseur par son virage à son 180° après son installation à l’Elysée, le parti dirigé par Cambadélis est poussé à puiser dans la défaite de Ségolène Royal face à Nicolas Sarkozy une autre inspiration que de la domination.

Et en quoi la conjoncture internationale questionne la famille qui a pour référence le front populaire et les acquis sociaux du modèle français ? Simplement parce les communistes qui ont un certain ancrage dans l’opinion socialiste et l’électorat de gauche et la pauvreté mensongère d’un pays qui a la solidité de ne pas céder aux affabulations xénophobes et rétrogrades, l’enjeu d’un engagement pour freiner le retour de la droite aux affaires apparaît comme une montée de la crise chez les opposants naturels...


- #NuitDebout peu implantée dans les "QP" (Quariers Populaires)... 13 avril 2016


2017 « Soyons la France insoumise » - Jean-Luc... par argotheme

Répondre à cet article