POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Plusieurs dizaines de femmes et d’enfants tués à Daquq en Irak, les responsables impunis



Aux yeux du Monde, les victimes des crimes de guerre selon la géographie des natioalités


mardi 25 octobre 2016
par Azouz Benhocine


Est-il encore utile de croire à la justice des tribunaux et cours internationaux qui ont l’air d’être exclusivement réservés aux Africains ? Est-il possible de prendre au sérieux les actions des humanitaires qui défendent les islamo-terroristes, soi-diant persécutés par les services de sécurité et la justice qui les poursuivent, qui font tapage et sont timides pour leurs victimes ? La coalition, des forces atlantistes, pilotée par les Etats-Unis a tué, dit-on accidentellement, quelques militaires syriens qui luttent pourtant contre les criminels de Daesh. Wikileaks a gagné sa renommée avec les révélations sur les tueries de civils en Afghanistan. Mais ailleurs, sans de tels lanceurs d’alertes, que de non-dits !

Voir en ligne : Notre dossier : IRAK

La présidence du conseil de sécurité tournante, est mensuelle entre les membres dans l’ordre alphabétique en anglais. Elle revient lors de ce mois d’octobre 2016 à la Russie qui a convoqué une réunion pour une bavure, que nous avons utile de vous la relater. Parce qu’elle est qualifiée, aussi bien sans justification aucune, pour son déroulement dans une zone peu concernée, mais néanmoins d’Irak. Et aussi pour le nombre de morts, dont la communauté et la localité à laquelle ils appartiennent ne voient aucune reconnaissance de leur malheur. Et comme c’est la Russie qui en parle et les victimes ne sont pas occidentales...


- Des ONG exigent du conseil de sécurité de sévir contre Israël pour ses colonies en Cisjordanie 19 octobre 2016

Ce n’est pas l’armée de Bashar Al-Assad, ni un bombardement de celle de Russie, pourtant c’est bien un crime de guerre qu’on peut attribué à la coalition internationale guidée par les Etats-Unis en Irak. Le 21 octobre, la ville de Daquq chef lieu de District du même, située à 44 kilomètres de Kirkouk, la frappe visant un lieu sanctuarisé a causé la mort de 28 civils (25 femmes et 3 enfants) de l’ethnie turkmène.

Au même moment, dans la capitale de la région (Kirkouk) environ une centaine personnes sont mortes et plus que le double ont été blessées, dans des combats visant les djihadistes d’ISIS qui ont fait une grande manœuvre de diversion, pour occuper ou ralentir l’assaut pour l’inexorable libération de Mossoul. A se demander donc que sont venus commettre ces avions dans une zone peu concernée par la guerre menée actuellement pour déloger les terroristes de la 2ème ville irakienne.


- 1/2 milliard pour "Bell Pottinger" dans la propagande de guerre en Irak 4 octobre 2016

Nous vous présentons dans cette carte, afin de mesurer les distances entre les points de combats en cette période. Il convient de préciser que l’AFP, citant des responsables et des médecins locaux, dit que le nombre de victimes est seulement 15 femmes et rajoutant 50 autres blessés, concernant cette inexplicable bavure des sauveurs de l’humanité et des donneurs de leçons de démocratie ainsi des droits humains.

Deux avions de la coalition ont visé un rassemblement funéraire, alors que cette localité était connue sans la présence des terroristes depuis quelques semaines voire des mois. Souvent, les mariages, les funérailles, les hôpitaux, les postes de police et les convois humanitaires sont touchés par les avions de combat de la coalition, mais très peu de réactivité des organismes humanitaire ne fasse la dénonciation nécessaire.


- Le rapport Chilcot accable Tony Blair mais pas l’illégalité de la guerre en Irak 7 juillet 2016

Il convient de préciser que ce sont les médias et les officiels russes qui rapporté ce fait de Daquq, alors qu’en répondant à des contacts d’enquêteurs parmi les journalistes indépendants les services de communication en charge de l’opération internationale anti-ISIS en Irak et en Syrie, disent simplement qu’il n’a pas de preuve que les jets de l’alliance aient réalisée la grève aérienne en question sur Daquq.

Quelques responsables irakiens ont de leur côté soulevé cette attaque injustifiée, en se demandant, qui est responsable de la tragédie est susceptible de rester impunie ? Un membre du Conseil de sécurité pour la province d eBagdad, Saad al Mutlabi, a estimé publiquement que le raid aérien sur Daquq est un acte délibéré car Daquq est loin de Kirkouk et n’a rien à voir avec ISIS, comme elle n’a point d’antécédents en matière de terrorisme. Mais qui l’entendrait ?


- 1,5 million de victimes en Irak depuis 2003 26 novembre 2013

Les observateurs russes, agissant cette région qui couve un conflit où sont mêlés les forces occidentales et les islamistes armés qui par le passé ont opéré en Afghanistan pour déloger un régime communiste, a apporté des précisions sur les opérations « Au cours des dernières 24 heures (de cette tragédie), la coalition internationale a mené 22 sorties à l’ aide de l’ aviation tactique et quatre véhicules volants sans pilote, qui ont effectué 19 frappes sur différents sites du territoire irakien. »

Répondre à cet article