POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Alep, sous les bombes, garde son prestige de la plus vieille ville de l’humanité



Continuellement habitée depuis plus 4000 ans, la cité se reconstituait de réfugiés...


mardi 11 octobre 2016
par Azouz Benhocine


Avant l’insurrection contre Bashar El-Assad, le président qui a fait la sourde oreille à une demande légitime de son peuple, Alep comptait quelque 2.3 millions d’habitants. Son centre a été classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 1986. Elle a perdu bien plus des 2/3 de ses citoyens depuis 2011. Cette ville, à l’instar du pays qui était sous des sanctions occidentales dont les responsables tentent de sauver les islamo-terroristes, a gardé son importance économique face à l’hostilité étrangère qui date des années 70. Ses usines et entreprises ont réussi à maintenir leurs nombreuses activités, jusqu’à la dernière guerre civile qui les a beaucoup réduites. Et surtout les emplois ont été préservés en dépit de l’adversité "atlantiste" toujours en cours. Maintenant le langage des bombes essaie de la sauver de plusieurs monstres qui veulent une guerre sans fin...

Voir en ligne : Notre dossier : Syrie

Nous avons publié plusieurs articles sur la Syrie du fait de la contestation du régime dynastique que le printemps des révoltes arabes a déclenché. Quelques uns de nos sur Alep, une ville mythique déjà par son passé et est devenue terriblement triste avec la guerre civile qui a commencé en 2011, insistaient, mais suffisamment c’est pour cela nous revenons à la valeur de cette cité, sur son importance afin de démontrer qu’elle représente l’avenir de la révolte.


- Syrie : catastrophique guerre civile pour les monuments 6 novembre 2013

Les sanguinaires islamistes amalgamés en djihadistes et salafistes, ont fait d’Alep en ce dernier trimestre d e2016, le mot le plus usité par les médias. Les premiers des délinquants venant du Monde entier et les seconds tenants de la théologie que l’Arabie Saoudite parraine réunis sous la bannière d’un combat disent-ils divin. Malgré qu’ils ont écrasé militairement l’opposition syrienne, les diplomaties atlantistes tiennent à les sauver avec l’argument de la chute de Bashar Al-Assad.

Cette ville est le creuset de la première urbanité connue sur Terre. Selon plusieurs études se référant aux éléments archéologiques datés avec rigueur, Alep est considérée la plus ancienne agglomération où les humains ont fondé une civilisation caractérisée par la diversité de ses habitants à travers des siècles. A travers des millénaires, elle fut le théâtre de plusieurs guerres et à chaque fois, elle reprenait sa place de prédilection. Avant sa récente destruction, c’était le centre de l’économie du pays.


- Quand l’ONU fait des négociations de honte en Europe pour la Syrie 4 mai 2016

La colonie appelée ’Halabu’ (Alep), se trouvant au milieu des anciennes routes commerciales égyptiennes et hittites, s’était, dans l’ancien temps, distinguée avec son industrie du savon. A laquelle s’est aussi rattachée, depuis toujours, la fabrication de vêtements et des tissus, d’où son importance dans le pourvoi de marchandises rattachées à la fabuleuse route de la soie. Quand les les Grecs, les Perses, les Romains, les Mongols, les Arabes et les Ottomans en ont élu de la joindre à leurs commerces, on pourrait faire valoir l’histoire d’Alep comme celle du monde.

Sa célébrité revient aussi, au développement des souks, qui sont les marchés en langue arabe. C’est en 637 que le général arabe Khalid ibn al-Walid conquit la Syrie face aux Byzantins, alors qu’Alep était depuis déjà plus de 3 millénaires la principale cité. Mais Alep est également connue pour être un foyer de trois grandes religions : le christianisme, le judaïsme et l’islam. Les premiers y habitent toujours et tentent de se maintenir. Les seconds ont eu une influente qui protégeait, pendant 600 ans, le « codex d’Alep », un manuscrit médiéval de la Torah. Et les derniers ont de nombreux vestiges.


- La bataille d’Alep : décisive pour la paix en Syrie... 15 avril 2016

Alep était un centre de résistance, contre la domination française à l’époque coloniale, qui s’est distingué par la non-violence. L’insurrection dirigée par Ibrahim Hanano, est le soulèvement qui commencé à Alep, après que l’armée française a occupé la ville. Puis elle a été prise en charge par les Syriens. En mai 1945, dix jours de manifestations, ininterrompues à travers le pays, ont marqué la nécessité du départ de la France dont le dernier soldat quitte le pays le 17 avril 1946.

Les Arméniens qui ont fui lé génocide en Turquie, sont arrivés en Syrie entre 1915 et 1916. Ils s’éparpillaient parmi les Arabes dans les différentes parties de l’empire ottoman, particulièrement Alep, comme au Liban, Palestine, Jordanie et Egypte, a été attractive à ces réfugiés. Ils y ont établi leurs propres entreprises, des journaux, des églises et des écoles.

Grande mosquée d’Alep construite en 717, XIIIé siècle. Son minaret, détruit dernièrement.

Image illustrative de l'article Grande Mosquée d'Alep
Par HeretiqTravail personnel, CC BY-SA 2.5, Lien

Panorama du désastre, depuis 2011, sur les vestiges historiques syriens

Syrie Palmyre avant Syrie Palmyre après des frappes

L’un des sites frappé d’obus, alors qu’il est déjà en état de vestiges du fait de son âge, est celui de Palmyre. Il est situé à plus de 210km au Nord-Ouest de Damas, des frappes d’obus marquent ses murailles. Selon la bible la construction revient au roi Salomon et les archéologues lui attribuent une existence datant de 41 siècles avant J-C, soit plus de 6000 ans à ce jour.

Syrie Krak des chevaliers Syrie Ktak des chevaliers touché par une frappe

Le Krak des Chevaliers, ou Krak de l’Hospital ou bien Qal`at al-Hosn (La forteresse imprenable, en langue arabe) ou Hisn al-Akrād (forteresse des Kurdes) est un château fort médiéval datant de l’époque des croisades, des plus importants du Monde. Il est situé dans l’ouest de la Syrie, sur les derniers contreforts du jabal Ansariya. Inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, il a servi pendant plus de 2 ans de refuge aux rebelles. L’armée de Bashar ne s’est pas donc empêchée de le frapper d’obus, le dernier bombardement date d’octobre 2013.

Syrie Souk d'Alep

Le souk médiéval d’Alep, classé aussi depuis 1986 par L’UNESCO dans le patrimoine mondial, est le plus grand marché couvert historique dans le monde. D’une longueur approximative de 13 kilomètres, la majeure partie de ce marché date du XIVe siècle. Il a été gravement brûlé et partiellement détruit dès que les combats ont commencé en Septembre 2012.

Syrie Mosquée Omar Syrie destruction du minaret de la mosquée Omar

La mosquée d’Omar, fondée au début du VIIIe siècle par le deuxième calife de l’islam, Omar, est l’une des plus anciennes mosquées du monde. Pendant les premiers jours de la guerre, il a servi comme un hôpital de campagne et un sanctuaire pour les manifestants. En 2013, son minaret a été détruit. Les deux parties allèguent que l’autre était responsable de sa destruction.

Syrie Mosquée Almoyed après destruction pendant guerre civile

Située dans la vieille ville d’Alep, la mosquée des Omeyyades est un autre des sites du patrimoine mondial de la Syrie. C’est aussi l’une des mosquées les plus anciennes et les plus importantes du monde. Le régime et les forces d’opposition se sont beaucoup battus pour le contrôle du bâtiment. Le minaret, qui a près de 1000 ans, a finalement été détruit début de l’année 2013. Les archéologues comparent son horrible dégradation, à une catastrophe qui toucherait l’acropole d’Athènes ou bien le Taj-Mahal d’Inde.

Vous aimez des articles dont les paragraphes sont tous illustrés, voici d’autres :
- De quelle sécurité l’Algérie a de vrais tracas ?
- Poches du terrorisme en Algérie, au centre et à l’Est modeste vigilance citoyenne

Répondre à cet article