POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’Arabie Saoudite derrière le terrorisme, Zaccarias Moussaoui rajoute une couche



C’est sous la houlette de la CIA que les musulmans ont combattu l’athéisme en Afghanistan


jeudi 5 février 2015
par Rebel Kazimir


L’allégation que l’Arabie Saoudite a financé le terrorisme et en l’occurrence les attentats du 11 septembre 2001, n’est en rien une révélation. C’est même le genre d’information où celui, des communs des terriens, qui l’intercepte est pris pour un idiot. Puisque par un moyen quelconque, la page de l’Histoire de l’humanité, concernant l’Afghanistan, restera une instigation des Etats-Unis via la Mecque de l’islam.

Voir en ligne : Notre dossier : Arabie Saoudite

La monarchie des Ibn-Saoud relevait d’un axe anticommuniste que la CIA a créé et présidé, pendant les années 70 et 80, pour un Afghanistan à affranchir de l’influence de l’Union soviétique. Si l’Arabie Saoudite a financé les camps d’entrainement pour combattants endoctrinés par l’islamisme, elle les a surtout gérés et initiés conjointement avec l’agence des services secrets américains.

Sur son propre territoire, au Soudan et à Peshawar au Pakistan, les musulmans et autres adeptes de l’extermination de l’athéisme, étaient dirigé au front afghan où les russes se faisaient déloger. L’incroyance attribuée strictement au communisme, selon le matraquage de l’islam actuel, alors que c’est une pratique datant des époques pré-monothéistes des religions, avait des musulmans à former par la CIA, puis envoyés au pays des Pashtouns.

Des membres de la famille royale saoudienne sont accusés d’avoir financé Al-Qaïda, cela n’est guère une primauté, tant que ce n’est pas Benladen qui le dit. Un certain Zacarias Moussaoui, français condamné à la prison à perpétuité pour son implication dans les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, l’affirme. Appelé aussi, le 22ème homme des attentats accuse des princes de la famille royale d’avoir été le trésor d’Al-Qaïda à la fin des années 1990.

Se souvenant des noms de Turki Al-Faisal, alors chef des renseignements saoudiens, du prince Bandar Bin Sultan, longtemps ambassadeur aux Etats-Unis et du prince milliardaire Al-Walid ben Talal, Zacarias Moussaoui dit avoir été chargé, en 1998-99, par Al-Qaïda de répertorier sur une base de données les générosités qui financent le combat des croyants.

Ces révélations sont obtenues dans le cadre d’une enquête ouverte par la justice américaine, pour une plainte collective de familles des victimes des attentats de 2011. Cette dernière désignait aussi la monarchie du Moyen-Orient d’avoir aidé financièrement et matériellement les terroristes. Sur plus d’une centaine de pages, les témoignages de Moussaoui sont peu crédibles mais s’insèrent dans l’idée que des mains quelconques derrière les nébuleuses de l’islamo-terrorisme.

Outre un projet d’attentat contre l’avion du président des Etats-Unis, Air Force One, à l’aide d’un missile Stinger, il a cité une de ses rencontres avec l’ambassadeur saoudien en Afghanistan.

Le rapport d’enquête des commissions du congrès et du sénat note, après avoir dit manquer de preuves de l’implication l’Arabie Saoudite dans les attentats du 11 septembre, cette parenthèses : « Cette conclusion n’exclut pas la probabilité que les organismes de bienfaisance et de significatifs parrainages du gouvernement saoudien, ont détourné des fonds au bénéfice d’Al-Qaïda » .

MSC 2014 AlSaud Mueller MSC2014.jpg
"MSC 2014 AlSaud Mueller MSC2014" by Mueller / MSC. Licensed under CC BY 3.0 de via Wikimedia Commons.

Répondre à cet article