POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La facture algérienne des médicaments importés encore en hausse



Les manquements industriels d’un pays qui peut faire mieux dans ce domaine


vendredi 19 décembre 2014
par Damien Djamel Bouch’Raf


Après les augmentations, annoncées en septembre, des lourdes notes des produits alimentaires, notamment le blé et le lait, le bilan des importations vient d’être connu. Cette hausse des dépenses des produits pharmaceutiques importés a été rendue publique par les services des douanes algériennes.

Voir en ligne : Notre dossier : médicament

La facture des produits pharmaceutiques provenant de l’étranger, compris les équipements médicaux et les produits paramédicaux, a fait un bond de l’ordre de 25%, selon l’APS (Algérie Presse Service). L’agence algérienne a reproduit, dans un article publié 19 décembre, les données du Centre national de traitement des données et des statistiques de la douane algérienne (CNIS).

POPULI-SCOOP recèle des sujets du même thème, de la situation économique algérienne, ci-après 3 mais les contenus sont plus diversifiés.
- Le pain algérien et la blancheur du blé français.
- L’Algérie se prépare à la récession sous les "Hourras" de la Banque Mondiale
- Algérie : le complexe économique du vin algérien

Malgré une production locale des entreprises publiques et privées, aussi en nette accroissement d’année en année, les dépenses ont atteint 2,07 milliards de dollars, au cours seulement les 10 premiers mois de 2014, contre 1,65 milliards au cours de la même période de 2013. Les capacités algériennes de paiement étaient jusqu’à là suffisantes. Mais…

… Avec un pétrole avoisinant les 100 dollars le baril, le pays n’avait aucune difficulté. Mais la plongée des tarifs de cet unique revenu, risque de compliquer la couverture médicale qu’attend une population qui est très regardante au soins, dont bénéficie le président Bouteflika dans les cliniques huppées de France.

Malgré la hausse de la somme déboursée pendant les 10 premiers de l’année 2014, les quantités globales de produits pharmaceutiques importés ont baissé. Elles ont totalisé 25 386 tonnes contre 26 471 tonnes au cours de la même période. La baisse du volume est donc de l’ordre de 4,1%.

La hausse des dépenses des importations est principalement due à une augmentation de plus de 25% pour les médicaments à usage humain. Alors que l’avancée est de 19% pour les produits parapharmaceutiques et de 16,5% pour les médicaments destinés à la médecine vétérinaire.

Les importations de médicaments à usage humain ont coûtés 1,98 milliards de $ contre 1,58 milliards au cours de la même période de 2013. La hausse est de 25,36%, malgré une baisse de 4,4% des quantités importées, a dit la même source douanière.

Dans les détails, les quantités importées de médicaments à usage humain ont atteint 23 857 tonnes, contre 24 955 tonnes au cours des 10 premiers mois de 2013, en baisse de 4,4%.

Mais les achats de produits parapharmaceutiques ont enregistré une élévation, en termes de valeur, de près de 19% par rapport à la même période en 2013. Le montant total de 56 810 000 dollars a servi pour 1067 tonnes, il était de 47,74 millions de dollars pour 983 tonnes.

Les achats à l’étranger de l’Algérie de médicaments vétérinaires ont augmenté de 16,53% en valeur, totalisant 29,6 millions $ ( pour 461 tonnes), contre 25,4 millions (pour 532 tonnes) au cours de la même période de référence. Cette année, deux catégories de cheptel algérien, volaille et bovin, ont été frappées d’épidémies, ce qui justifie cette hausse. Mais la pression démographique reste la plus lourde.

Répondre à cet article