POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Une équipe de foot accusée de tentative de renversement du gouvernement turc



Les islamistes turcs déploient un nouveau cycle de répression


mercredi 17 décembre 2014
par Rebel Kazimir


Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une équipe de football est accusée de fomenter un coup d’Etat pour destituer un gouvernement. L’accusation, devant une Cour criminelle de Turquie, vise 35 membres d’un groupe de supporteurs d’une équipe d’Istanbul. Elle est portée devant la justice, par les islamo-conservateurs d’Ankara.

Voir en ligne : Notre dossier : la TURQUIE dirigée par des islamistes

Les supporteurs du club Besiktas, de la 1ere division turque, surnommés « Carsi » qui se prononce « Charsi », sont déférés devant la justice pour constitution d’une « bande criminelle » ayant comme projet une « tentative de coup d’État ». L’appellation, du collectif des fans du club de foot, est une déclinaison du mot "marché". Elle fait référence au bazar, de la localité de Besiktas à Istanbul, l’un des plus reluisants du pays.

35 prévenus ont comparu libres, le 16 décembre. Le texte de l’accusation est formulé ainsi : « répandre une image d’événements, (la fronde de Gezi-Park, en mai 2013), similaires à ceux du printemps arabe, en fournissant à la presse étrangère des photos d’affrontements aux fins de renverser, par des moyens illégaux, le gouvernement légitime de la Turquie » .

Relavant de la gauche turque, le Carsi revendique aussi l’héritage laïc du fondateur de la République turque, Mustafa Kemal Atatürk, mais s’inscrit ouvertement dans le combat ouvrier contre le capitalisme ultralibéral. Dans une lettre ouverte publiée par ce groupe, il réitère son engagement politique de défense de toutes les classes opprimées.

A l’ouverture du grossier procès, dans une petite salle, une foule massive à laquelle ont pris part des représentants de la société civile et des députés de l’opposition, s’est agglutinée pour assister au jugement. Les juges ont été obligés de transférer cette instance dans une pièce plus large, afin d’accueillir l’auditoire. La cour a réclamé, contre ces jeunes supporters de ce club de foot, la prison à vie.

Toute l’opposition de place Taksime (Istanbul)

Deux jours auparavant, la police turque a arrêté, 24 autres personnes, dans 13 villes du pays, accusées entre autres de « former un gang pour tenter d’attenter à la souveraineté de l’Etat » ont été aussi appréhendées dans un large coup de filet.

En effet lors de ce dimanche, le rédacteur en chef, Ekrem Dumanli, du quotidien d’informations, Zaman qui est l’un des plus importants de Turquie, ainsi que le président de la chaîne de télévision Samanyolu, sont parmi les internés. Nombreux journalistes et intellectuels sont pris en chasse par le gouvernement, sous le même prétexte de renversement de l’autorité.

Cette vague d’arrestations ordonnée par le président Recep Tayyip Erdogan vise aussi l’entourage du prédicateur islamiste Fethullah Gülen. Ce dernier est un ancien allié des islamistes aujourd’hui réfugié aux Etats-Unis, dont le journal Zaman et la chaîne-TV Samanyolu sont proches. Par ailleurs, la chaîne de télévision TRT Haber a fait état de l’arrestation de deux anciens chefs de la police.

Depuis l’été dernier, après la contestation de la transformation de Gezi-Park en centre commercial, la répression islamiste s’est abattue sur l’opposition turque. Alors que des preuves de corruption. Ce scandale avait entraîné la démission de 3 ministres. Erdogan à procéder a depuis ordonné une répression toute contestation du régime obscurantiste, dont le rapprochement avec le Daesh ne cesse d’être vérifié.

Répondre à cet article