POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Victimes algériennes des essais nucléaires français au Sahara, 1ère réunion en 2015



Deux pays aux relations discutées par des nationalismes étroits.


mardi 9 décembre 2014
par N.E. Tatem


Pour la 1ère fois dans les agitées relations franco-algériennes, les victimes des essais nucléaires dans le Sahara, pendant l’occupation, fera l’objet de discussions. Les deux pays ont convenu de tenir une réunion au début de l’année 2015 sur d’éventuelles indemnisations.

Un communiqué conjoint publié à la fin de la fin du 2ème Comité de haut niveau intergouvernemental (CIHN) tenue jeudi, en France, le précise « Les deux parties ont convenu que le Groupe de travail mixte pour discuter les conditions de soumission des demandes d’indemnisation par les victimes algériennes des essais nucléaires français dans le Sahara se réunira avant la fin du premier trimestre de 2015. »

Côté algérien c’est le ministère algérien des anciens Moudjahidine qui représentera la partie des victimes, pour discuter avec ministère français de la Défense. Au cours du premier trimestre de 2015, les parties fixeront les modalités « afin de faciliter la recherche et l’échange d’informations qui peuvent aider à localiser les tombes des Algériens et des Français datant de l’époque de la guerre d’indépendance » de l’Algérie.

Les deux pays ont également œuvré depuis cette année de 2014 dans plusieurs actions d’apaisement de leurs relations, malgré leurs deux nationalismes, de l’extrême-droit française et des revanchards algériens.

Mais, cet épineux dossier, relevant de l’histoire commune, des essais nucléaires français au Sahara algérien, auxquels les autochtones ont été exposés, constituent un nouveau jalon dans une lecture clame et lucide de la colonisation interrompue en 1962.

La commémoration internationale des deux guerres mondiales, ou bien la participation de l’armée algérienne, à la barbe des nationalismes dévoyés, dans les cérémonies du 14 Juillet à Paris, ont été des occasions plus de satisfactions que de divergences.

Le centenaire de la Grande Guerre et le 15 Août, à Toulon, pour le soixante-dixième anniversaire du débarquement en Provence, ont été des gestes de la part de l’Algérie avec présence du Premier ministre algérien, qui a souligné «  le rôle des combattants algériens dans la libération de la France et de leur rendre hommage.  »

Et comme les indemnités données aux retraités des anciennes colonies qui ont servi dans l’armée française sont des plus modiques, plusieurs fois citées dans les médias, un autre dossier d’indemnisations d’anciens soldats sous-payés peut être bénéfique à des Algériens…

Répondre à cet article