POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La hargne d’Israël dans la spoliation colonialiste...



Netanyahou épuise l’impunité d’Israël.


jeudi 20 novembre 2014
par Hugo Mastréo


Les Palestiniens sont de plus en plus désabusés de la coopération internationale pour rétablir la sécurité, en l’absence de tout processus politique pour mettre fin à l’occupation. Les actes du combat de résistance palestinienne, à la spoliation de la Terre, se placent désormais dans le cadre religieux. Avec l’attaque d’une synagogue par 2 Palestiniens, qui s’est soldée par la mort de 4 rabbins et un policier, le relent religieux est palpable…

Voir en ligne : Notre dossier : CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

Aussi bien l’expansion des colonies que l’agression de Gaza pendant l’été, ont été des démonstrations d’allégeance aux extrémistes israéliens. Ces derniers ont compté sur Netanyahou pour déloger, en toute impunité, les musulmans de la mosquée d’El-Aqsa et de leurs substituer une emprise juive sans partage.

Tournant le dos au processus de paix, alors que les alliés de l’Etat hébreu sont mondialement entourés par la vraie communauté internationale qui adopte l’idée de la création d’un Etat Palestinien, l’entité sioniste tient à ses crimes colonialistes. La résistance palestinienne qui utilise les primaires armes qu’elle puisse en disposer, agit en désespoir de cause.

Alors que la perspective de paix avance avec lenteur, la pression ultra-sioniste redouble les razzias qui ont pour finalité la spoliation des Palestiniens de leur patrie. Les conjonctures s’y prêtent toujours pour qu’Israël rejettent les enquêteurs de l’ONU pour crimes contre l’humanité ou bien se désengage du processus de paix.

Netanyahu a bâti sa carrière sur l’opposition à la création d’un Etat palestinien, il a tenu à la pression des États-Unis pour un compromis territorial et a construit une alarme sur les projets nucléaire iraniens. C’est en fait la fine fleur des faucons du sionisme qui a aussi alimenté le système d’occupation, la source des violences qui encouragent à des votes au bénéfice des ultra-sionistes.

Les Etats membres de l’Union européenne, ruminent des mesures économiques contre Israël, si aucun progrès vers une paix négociée n’a lieu dans les prochains mois. Aux derniers mois de l’année 2014, l’isolement diplomatique croissant d’Israël est peu susceptible d’être renversé. Et une nouvelle campagne militaire en représailles pour les meurtres de la synagogue, est de loin le bon-mauvais carnage auquel le glacis des soutiens puisse tenir.

Après avoir été mis à l’écart sans ménagement par la communauté internationale sur l’Iran, Netanyahu est maintenant confrontée à une crise de la sécurité intérieure. Le leader de la droite israélienne qui est aux affaires, ne rêve plus de frappes des installations nucléaires entre les mains des Mollahs. Un compromis est toujours souhaitable pour la Maison Blanche et les négociations avec l’Europe et les puissances au nom de la communauté internationale est sur le point d’être pondu.

Le chef du gouvernement de l’Etat hébreu n’offre délibérément pas de solution politique, face à des positions qui ne cessent de serrer. Il n’a mis fin à l’occupation alors que l’Etat palestinien est à l’ordre du jour de certaines assemblées représentantes des peuples Européens. Netanyahou a réussi à mettre hors-jeu les efforts américains pour bloquer le processus de paix, il ne propose pas d’alternative au-delà du statu quo...

Répondre à cet article