POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Deux journalistes tunisiens entre les mains des milices libyennes



Comme échangés entre deux milices, deux reporters : ni anglais et ni américains !


jeudi 30 octobre 2014
par N.E. Tatem


Deux journalistes tunisiens sont actuellement détenus par les milices islamo-terroristes en Libye, depuis plus de 10 semaines. Dans une certaine indifférence de leurs collègues locaux et le manque d’échange d’informations au Maghreb à leur sujet, leur sort devient inquiétant. Et avec les collusion-connivences de certains cercles arabes et des complicités ouvertes de certains régimes, partis et Etats présidés par des islamistes, avec le terrorisme, l’exigence de leur libération n’est pas aussi médiatisée...

Voir en ligne : TOUS NOS ARTICLES SUR Tunisie et Libye

C’est l’un des premiers dossiers sur lequel doivent plancher les nouvelles autorités de Tunisie, voire de renforcer leur maîtrise de leur frontière sud. Le gouvernement sortant a déployé toutes les actions pour trouver solution à la situation de ces deux journalistes enlevés depuis presque deux mois, mais en vain.

Sofien Chourabi et Nadhir Ktari, sont portés disparus depuis le 8 septembre 2014 alors qu’ils était en mission sur le territoire libyen. Ils avaient été enlevés le 4 du même mois, puis relâchés, par une autre milice reconnue comme proche du gouvernement. Puis ils sont tombés entre les mains, 4 jours plus tard, d’un second groupe qui les détient depuis.

Ce qui laisse croire à la douteuse façon dont le second enlèvement, des deux journalistes tunisiens, s’est déroulé et pouvant être l’œuvre de terroristes ayant été aiguillonnés de leur présence par des contacts au niveau de la 1ère milice.

Lors du précédent le chargé enlèvement, le chargé des affaires libyennes a été pressé de donner des explications. D’où ils ont été relâché assez rapidement. Puis un second groupe les a repris dans un nouveau kidnapping, comme une suite assez douteuse pour sa préparation et son déroulement.

Le 1er est l’animateur et producteur de l’émission hebdomadaire "Dossiyates" sur la chaîne de télévision tunisienne privée First TV , et Ktari, est un cameraman de la même chaîne. Ils sont entrés en Libye le 3 Septembre pour couvrir la ville orientale d’Ajdabiya, selon les éléments recomposant leur itinéraire.

À ce jour très peu d’informations sont données quant à leur état de santé ou bien l’endroit où ils pourraient être retenus. Plusieurs fois, ces derniers jours, des membre de leurs familles sont intervenus sur plusieurs médias tunisiens, pour alerter les opinions des deux voisins du Maghreb ainsi les autorités. L’hypothèse que des religieux extrémistes, opérant en Libye soient derrière ce kidnapping laisse croire à un éventuel malheur.

L’attention du monde ne s’intéresse pas beaucoup à la Libye, mais d’autres points chauds du Moyen-Orient. Cependant cet enlèvement de journalistes montrent aussi, comme ailleurs en Irak ou en Syrie, à quel point il est dangereux de couvrir les combats entre les nombreuses milices qui opèrent dans l’est-maghrébin et particulièrement dans ce pays.

Le ministère tunisien des Affaires étrangères avait contacté son homologue libyen lors du 1er enlèvement, qui a justifié leur détention puis qu’ils effectuaient leur travail journalistique en Libye sans autorisation officielle. Par la suite, cela a engendré leur libération.

Les familles des deux journalistes ont dit, au début, qu’ils ont eu des informations sur la bonne santé des deux otages, cependant ils n’ont aucune idée sur les auteurs de cet enlèvement, ni sur leur motivations. Mais cela fait longtemps qu’ils n’ont désormais aucune nouvelle.

Répondre à cet article