POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Arrestation de 2 présumés assassins du jeune député vénézuélien



Une élimination signée par les forces droitières antirévolutionnaires.


mardi 14 octobre 2014
par Azouz Benhocine


La cour suprême du Venezuela a déclaré que deux personnes ont été arrêtées, comme soupçonnées d’avoir tué Robert Serra, le jeune député du parti PSUV au pouvoir. Il a été assassiné le 1er octobre 2014 (à 27 ans) à Caracas. Son corps et celui de son épouse, Maria Herrera, ont été trouvés sans vie, ce mercredi, dans sa résidence située dans la paroisse La Pastora de la municipalité Liberador de la capitale, selon le ministre de l’Intérieur, de la Justice et de la Paix, Miguel Rodriguez Torres.

Voir en ligne : Tous nos articles : VENEZUELA - Hugo Chavez

Ce crime odieux, commis avec une cruauté sans pareille, porte la signature des groupes paramilitaires qui agissent au Venezuela en toute complicité avec la droite la plus extrême. Dès les premiers pas de l’enquête, les indices indiquent qu’il s’agit d’un acte prémédité et planifié. Le ministre a précisé que c’est « ... un homicide intentionnel et exécuté avec une grande précision. »

Ce jeune député socialiste de l’Assemblée nationale et son partenaire ont été poignardés (avec une arme tranchante) à mort, dans un laps de temps de 15 et 20 minutes. Le pays d’ Hugo Chavez est classé par l’organisation des Nations Unies au 2ème rang pour son taux de criminalité, alors que le Venezuela est en époque paix. M. Serra était une étoile montante dans le parti et connu pour ses discours enflammés qui s’en prenaient souvent à la délinquance.

Diplômé de l’Université catholique Andrés Bello, il s’est spécialisé en criminologie. Robert Serra s’est engagé très jeune dans la vie politique. Avant d’être conseiller municipal et d’accéder à la présidence du même conseil du district de Libertador, il a été dirigeant estudiantin. Sa première apparition sur l’échiquier national, fut sa participation au débat étudiant qui a eu lieu à l’Assemblée nationale le 7 juin 2007. Depuis son discours, il a fait partie de la commission Présidentielle, créée par le Commandant Hugo Chavez cette année-là, associant les étudiants.

Par la suite, il a été nommé responsable de la jeunesse au Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV). Lors des élections du 26 septembre 2010, il est élu député à l’Assemblée nationale du Venezuela représentant d’un des 5 districts de la capitale.

Défilé à Caracas Dans son communiqué, la Cour suprême a désigné les suspects répondants aux noms d’Eduwin Torres et de Carlos Garcia, sans donner plus de détails sur leurs identités ni sur leur motivation possible pour ce crime. La juridiction du tribunal n’a pas précisé si les suspects nient les allégations ou reconnaissent leur forfait. S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à 30 ans de prison.

Le gouvernement précise que des preuves montrent que l’assassinat était bien préparé et n’a d’aucune façon été commis tel un vol qui a mal tourné. Le président Nicolas Maduro a ouvertement accusé les groupes d’opposition au Venezuela et des éléments venus de la Colombie voisine comme étant à l’origine de cet assassinat. Le chef de l’Etat vénézuélien a indiqué aussi que « ... des groupes paramilitaires colombiens sont derrière des agitations pour créer la violence dans notre pays. » Il a rajouté «  ... tôt ou tard et quelque soi le temps que cela prendra, nous allons découvrir la vérité...  »

Malgré une série de mesures prises depuis des années par le gouvernement pour lutter contre la criminalité, le sentiment d’insécurité chez les citoyens vénézuéliens reste élevé. Au début de l’année une série de manifestations anti-gouvernementales, donc de l’opposition de droite, qui étaient très massives ont exigé une sécurité accrue ainsi que des mesures pour améliorer l’économie.

Robert Serra à l’assemblée nationale du Venezuela

Répondre à cet article