POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Obama devant un isolement des USA à cause d’Israël



Les victoires diplomatiques des palestiniens deviennent des exigences


mardi 4 mars 2014
par Rebel Kazimir


L’avertissement d’Obama au 1er ministre israélien est 1er du genre dans les annales de l’infaillible soutien des USA à Israël. Le ton utilisé sort des habitudes, dans l’interview donnée à Bloomberg View (UNE EXCLUSIVITE) et publiée dimanche soir. Vous trouverez un lien vers l’interview en fin de ce sujet.

Voir en ligne : Notre Dossier : Israël et Obama

Mais les colons et la droite israélienne resteront sourds tant que le processus d’isolement diplomatique actuel ne devienne plus concret, avec l’adhésion des USA et sa suite atlantiste des pays occidentaux.

Les Etats-Unis n’encadre pas Israël comme un négociateur sincère, dans les pourparlers de paix. Les américains commencent à voire qu’ils seront un jour incapable d’aider leur protégé, quand les réussites diplomatiques des palestiniens avancent inexorablement. Ce qui peut aussi emporter leur protecteur dans une inconfortable position...

À la veille de la visite de Netanyahu prévue le lundi, aujourd’hui à la Maison Blanche, le président américain a averti sur les pourparlers de paix qui auront lieu en juillet prochain sous la conduite du secrétaire d’Etat John Kerry.

Obama a averti que si les négociations de paix, en cours avec les Palestiniens, tombent dans l’impasse, les États-Unis ne peut pas être en mesure de protéger son allié de longue date des conséquences. Notamment l’accélération de la construction des colonies ces deux dernières, augure que le recul et ni démantèlement des occupations nées au-delà des frontières de 1967, est inimaginable.

Tant l’arrogance de l’Etat hébreu est causée par l’impunité assurée par la protection et le soutien des Etats-Unis, les propos du Président américain ressemblent à une parodie de la réalité. Qui elle, montre que la première puissance mondiale est devant sa vérité, veut-elle la paix ?

Dans l’interview Obama paraît insistant : « ... La création de colonies a été plus agressive au cours des deux dernières années, que ce que nous avons vu depuis de longues années... » C’est-à-dire que l’encouragement à l’expansion colonialiste est dû principalement à sa personnelle responsabilité.

« Si les Palestiniens croiront que la possibilité d’un Etat palestinien souverain contiguë n’est plus à portée de main, alors notre capacité à gérer les retombées international va être limitée. » A pour la 1ère fois osé dire un président des Etats-Unis.

Ce qui échappe au USA : la Cour pénale internationale de l’Organisation des Nations Unies peut statuer et définir l’ensemble des colonies israéliennes comme un crime de guerre !

Depuis 1967 Israël a construit plus de 200 agglomérations dont certaines sont de véritables villes, sur les terres qu’il ont gardées et les considère conquises à partir de la guerre des Six Jours de 1967. Netanyahu a annoncé à plusieurs reprises de nouvelles constructions, pour bien déterminer la responsabilité.

350.000 habitants juifs sont installés sur 40% de la Cisjordanie et la bande de Gaza, or c’est ce qui ferait l’Etat palestinien, tel que l’imaginaire et la légalité internationale le fixent. Les modérés des deux côtés voient en cela comme la source au conflit. Alors que les colonialistes israéliens espèrent qu’après le départ d’Obama, à l’issue de son second mandat, changera les choses.

Le Boycott des entreprises israéliennes, notamment celles produisant dans les colonies illégales ne cesse faire unanimité, y compris en Europe. Pour nombreux pays dans le Monde, c’est l’Etat hébreu lui-même qui est irrecevable auprès des chancelleries.

Les colons ont répliqué à Obama avec quelques mots bien choisis. « Incroyable » ", a déclaré le chef des colons Dani Dayan dans un poste Twitter, le jour de la visite de Netanyahou à la Maison Blanche. Le colon a rajouté : « avec ce que nous voyons de massacres et d’invasions à travers le monde, Obama a réservé le terme« agressive » pour décrire la construction de maisons. »

L’interview d’Obama à Bloomberg View, exclusivité.

Répondre à cet article