POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Algérie : réseau d’envoi de lycéens Djihadistes pour la Syrie



Les disparus algériens rejoignent le terrorisme, alors qu’ils sont dits liquidations de l’armée.


mercredi 19 février 2014
par Hugo Mastréo


C’est grâce à une collaboration entre les services de sécurité tunisiens, français et algériens qu’une dizaine de recruteurs pour le Djihad en Syrie ont été arrêtés dans l’est-algérien. Les révélations continuent d’être exploitées par la gendarmerie et la justice à El Khroub à Constantine et à Bir El Ater, de Tébessa.

Voir en ligne : Notre dossier : les Algériens

Le réseau découvert dans l’est algérien est plus disséminé au niveau international. Il s’étale à plusieurs pays dont la Belgique, la Tunisie, la France, l’Espagne et bien sûr l’Algérie. Où Les enquêteurs et la justice ont saisi Interpol, afin d’appréhender les autres personnes impliquées et se trouvant à l’étranger.

De L’Khroub à Constantine...

Dernièrement dans plusieurs villes et villages algériens, des disparitions de jeunes, des deux sexes, et généralement des lycéens, ont été signalées notamment par des familles. Les disparus algériens, rejoignant l’islamo-terrorisme local et international, sont généralement imputés à des liquidations par les « démocratistes » en connivence cette criminalité

Les liens avec les réseaux islamistes, dits actuellement salafistes, ont constitué les premières indications qui ont permis d’aboutir à cette criminalité, dont les islamo-terroristes algériens sont passés maîtres depuis des décennies.

Lycéens d'Algérie envoyés en Syrie Les investigations concernant cette affaire ont d’abord permis l’arrestation d’un tôlier pour véhicules, âgé d’une trentaine d’année, à El-Khroub. La section de recherches de la gendarmerie à Constantine, lors de la perquisition de son domicile, est tombée sur l’essentiel des indications concernant ce réseau.

Puis lors de son interrogatoire, qui a été délicat du fait de la réticence du mis en cause, il a dénoncé son 1er acolyte, lui âgé de 29 ans. Ce dernier n’a été interpellé, dans la même localité d’El Khroub, qu’après une longue et une patiente filature. Elle a permis de cerner plus de détails, notamment ce qui est intéressant, comme la composition et la structuration de ce groupe. Au moins 5 autres personnes ont été arrêtées en conséquence.

... A Bir El-Ater à Tébessa.

Les enquêteurs de Constantine ont travaillé pendant longtemps, presque 4 mois selon un des participants à ces recherches. Plusieurs données des wilayas de l’est-algérien ont été passées au peigne fin. C’est ainsi qu’est apparu la seconde filière de Tébessa.

C’est un repris de justice notoire de Bir El-Aâter qui se trouve à l’origine de la confection et la fourniture des pièces d’identités, particulièrement les passeports, à ces jeunes Djihadistes algériens qui partent en Syrie.

Dans son domicile les enquêteurs ont découvert, outre les documents permettant de voyager à l’international, une importante somme d’argent. Ce qui laisse supposer qu’il est l’un des éléments clés de ce réseau chargé d’acheminer les jeunes Djihadistes algériens en Syrie.

Nous avons publié dernièrement un article qui pour titre : Ce que l’islamiste algérien fait en Syrie ? - / - Dernier bilan des algériens impliqués dans le terrorisme en Syrie.

Répondre à cet article