POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Cisjordanie : le vandalisme des colons, un dessein d’Israël

Cisjordanie : le vandalisme des colons, un dessein d’Israël



Agressions physiques, incendies et graffitis pour déloger les colonisés


mercredi 15 janvier 2014
par jaco


Les agressions des colons israéliens à l’encontre des palestiniens sont quasi quotidiennes. Celles de Tsahal sont présentées comme des ripostes à la lutte et la résistance des colonisés qui se font voler leur patrie. Tel est le dernier et seul colonialisme encore existant sur la planète Terre.

Voir en ligne : Dossier : Israël et Palestine

Ces derniers mois et semaines, une série d’actes de vandalisme comme des incendies criminels et des écritures de graffitis sur les maisons appartenant aux palestiniens, ont été commis. Apparemment ils sont perpétrés par des colons juifs qui ne cessent de déferler dans des villages occupés, suscitant des tensions.

Selon une dépêche de l’agence Reuter, datant d’aujourd’hui, une mosquée a été partiellement incendiée, dans la matinée du mercredi 15 janvier, dans le village de Deir Istiya en Cisjordanie.

Les résidents palestiniens de cette petite bourgade, témoignent que c’est une attaque des colons juifs vivants à proximité. Ces derniers ne cessent d’étaler leur occupation sur des terres environnantes enlevées à leurs propriétaires.

La porte principale de la mosquée dans le village de Deir Istiya, et une partie de la moquette à l’intérieur, ont été carbonisées par les flammes. Des graffitis en hébreu, mentionnent «  La vengeance pour le sang versé  » et « Arabes dehors », ont été griffonnés sur les murs extérieurs et la porte de l’édifice.

Ces slogans sont trop fréquemment inscrits ces derniers temps, sur des propriétés palestiniennes. Les colons sont à l’origine de ces atteintes, la police se refuse de procéder à la moindre intervention. Un déploiement de soldats israéliens dans le village de Deir Istiya, après cette attaque, a été montré comme une recherche des suspects pour cet acte. Or c’est pour mieux protéger les auteurs de ce vandalisme.

L’incident survient à un moment délicat, les pourparlers de paix israélo-palestiniennes, qui ont été relancées l’an dernier sont devant l’échéance de leur reprise en Avril prochain. Les États-Unis tentent de leur côté, sans grand succès évident, à réduire les écarts entre les deux parties. Et ne condamnent pas un tel acte, qui n’est guère le seul ou le 1er.

Jon Kerry a été pris formellement dénigré par le ministre de la défense israélien dans la matinée de cette attaque, après que Joe Biden, le vice-président des USA, a été le seul à assister aux funérailles du criminel de guerre, Ariel Sharone.

Le secrétaire d’Etat américain présume arriver à un accord de paix, avec un projet de pourparlers en avril prochain. La réaction de la Maison Blanche ne s’est pas faite attendre, mais les chefs israéliens, y compris le 1er Ministre Netanyahou, persistent à rejeter les efforts américains.

Le ministère israélien de la Défense a parlé d’une répression contre les vandales de colons. Il les a qualifiés en équivalents des terroristes à l’origine de violence sectaire. Mais loin s’en faut, il rejette les efforts de paix notamment du principal allié les Etats-Unis.

Israël cite très souvent des revendications bibliques et historiques en convoitises de la Cisjordanie. Mais les Nations Unies jugent ses colonies illégales. Et la plupart des puissances mondiales disent qu’ils sont un obstacle à la paix.

Les Palestiniens veulent récupérer la Cisjordanie occupée et Jérusalem-Est. Accaparés par Israël lors de la guerre des Six Jours 1967, ces régions font légalement partie du futur Etat palestinien. Les palestiniens envisagent un retrait complet des soldats et des colons israéliens de ces zones désignées par la légalité internationale.

Répondre à cet article