POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


L’islamisme fait malheurs et exactions au Bengladesh



Pas un jour où les violences ne tuent pas des hindous !


mardi 14 janvier 2014
par Rebel Kazimir


Là où passent les islamistes la désolation et la haine s’installent. En Afghanistan puis en Algérie, l’éclatement du terrorisme de ces religieux politiquement mal-au-points, a précédé. par le nombre en dizaine de milliers d’endoctrinés. Et il continue avec la catastrophe qu’ils mènent actuellement en Syrie. Ceux qui pleurent l’islamophobie, sont plus les islamistes, à l’instar d’intégristes d’autres confessions qui pérorent la victimisation…

Voir en ligne : Notre précédent sujet sur L’ISLAMISME au Bengladesh.

Rares les pays et les peuples qui ne combattent pas, puis qu’exposés aux violences et musulmans surtout, les tenants de la « politico-théocratie » islamiste. Depuis l’Iran jusqu’à dans les pays occidentaux, peuples et institutions, constatent l’islamisme comme le précis incontournable dans ce qui est le « clash des civilisations ». Les islamistes enfantent naturellement des passages au militantisme virulent et « jusqu’au-boutiste ».

Les tenants de l’islam politique engendrent la lutte armée. Et que ce soit pour prendre le pouvoir et (ou) pour imposer la tradition, tirée de la pseudo-idéologique de la charia, ils accouchent du « Djihad ». Le modèle sociétal approximatif issu de l’archaïsme plus préislamique que religieux, fait monter les clivages partout il existe. Et s’il s’exprime selon des rapports controversés avec la démocratie, comme en Turquie, il est est l’oppression incarnée !

Le 13 décembre, des dizaines de militants du plus grand parti islamiste « Jamaat-e-Islami (JI) », au Bangladesh, ont commis des crimes dans des maisons où vivaient depuis des générations des familles hindoues. A chaque fois que quelque chose se passe dans le pays, comme des élections, ou bien simplement des manifestations sociales, les hindous se font attaquer au Bangladesh, par ce parti assez criminel pour prétendre à la politique.

Au moins 13 personnes sont mortes et quelque 200 bureaux de vote ont été attaqués, samedi 4 et dimanche 5 janvier au Bangladesh, à l’occasion de législatives boycottées par l’opposition après des mois de grèves et de violences, les plus graves depuis l’indépendance. Les islamistes sont ouvertement les auteurs et dans une inqualifiable impunité.

district de Satkhira

Dans le district de Satkhira, situé aux confins avec le Bengale indien, les islamistes mènent des razzias pour provoquer l’exil des non-musulmans. Ici l’enjeu économique du foncier est à l’origine des exactions dont est victime la communauté de confession « hindouiste », faire abandonner les Terre à leurs propriétaires. Et l’habillage islamiste fait pleinement ces injustices.

Les islamistes tuent les enfants pour s’accaparer les terres !

La géographie influe cette option criminelle des islamistes. Avec une population de plus de 160 millions entassés dans moins de 148 000 km ², le Bangladesh est l’un des pays les plus densément peuplés au monde. Pour aggraver les choses, presque tout le pays se trouve dans une plaine inondable, avec des vies, des fermes et des cultures suspendus en permanence, les convoitises des terres cultivables est énorme.

Chef -JI- (Jamaâ Islami) condamné à mort Beaucoup d’enfants hindous, ne peuvent plus aller à l’école de peur de se faire égorger. Parcourir les petites routes rurales, seul pour un enfant particulièrement, la crainte d’attaques des islamistes est devenue un enfer. Des bourgades entières sont inaccessibles à la police et ni à autre service de sécurité, les islamistes règnent selon l’insécurité qu’ils instituée et imposée à tous !

Dans ce pays s’il y a un racisme perceptible, il est plus religieux et l’islam est écorné. Les islamistes en sont principalement les scélérats de l’obscurantisme, sans égal au regard du contexte du Bengladesh.

Répondre à cet article