POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Dieudonné à la dramaturgie jugée nauséabonde !



Le cercle tracé aux craies d’une censure on ne plus légale !


samedi 11 janvier 2014
par Hugo Mastréo


Quand le journal satirique Charlie-Hebdo publie ses caricatures ridiculisant l’islam et transformant son prophète en monstre pervers, c’est la liberté d’expression qui prend le dessus. Et quand c’est la presse qui sacralise le dogme de la faculté et du droit intangible au journaliste ou au dessinateur de s’adresser simplement à son auditoire, on peut tout dire. Quand un discours discutable et faisant carrément l’apologie de la civilisation dominante, sur l’esclavage ou la négritude, s’affiche sur la place publique, c’est aussi le droit à la parole…

Voir en ligne : Notre dernier sur Dieudonné et la Quenelle : La quenelle de Dieudonné attend sa qualification par la justice ! Provocation au système empêtré dans l’hégémonie communautaire.

Mais quand c’est la Shoah qui est soumise à la satire d’une scène du 4è art, de la part d’un artiste qui s’est révélé être un extrémiste poussé à des retranchements par l’exclusion, c’est la république et ses pouvoirs discrétionnaires qui se mettent en branle.

Le théâtre est subversif, il a une essence de penser à haute voix. Déjà traiter dans un tel article du cas Dieudonné M’Bala M’Bala, c’est la lourde polémique qui fait l’épaisse ombre à la dramaturgie. Des expériences parlantes ont déjà fait du théâtre la tribune du récit inadmissible par la doxa officielle.

L’Eglise ne sentait pas l’art scénique en odeur de sainteté. Sain-Augustin, le sauveur du christianisme après que Jésus fut monté au ciel pour certains, redoutait le rayonnement du comédien dans la société. Le prince n’était que le bon croyant à cette époque, et n’avait pas hésité à faire le bûcher avec les planches du spectacle et à liquider ou emprisonner des acteurs.

Molière était indésirable à Paris, jusqu’à ce qu’un Roi le réhabilite et lui remit les clés du théâtre, du Chatelet, Chaillot. Les Tartuffes avaient dressé contre lui toute l’administration et la justice lui promettait la geôle s’il ne se soumettait à l’ordre convenu pour la paix sociale.

Expression physique en quenelle et réplique verbal d’un acteur qui rejoint le cercle des maudits !

Le dramaturge Allemand Berthold Brecht a survécu toutes les censures en prenant les sentiers de l’éloignement. Son œuvre mirifique le place comme celui qui a sauvé le théâtre, face au cinéma qui faisait son époque et même contre la domestication du petit écran inondant les foyers de l’humanité.

Chassé de son pays par le Nazisme parce que communiste, l’auteur de la « Comédie à Qat’ sous » a été aussi censuré et traqué par le Maccartisme aux USA où il s’est réfugié auparavant. Charlot aussi a été persécuté pour ce dernier cas de démocratie modèle, qu’est le pays de qui la 1ère « Black List » s’est faite expérimenter pour le reste du Monde.

Ces artistes étaient aussi « Insupportables », le vocable de la probité morale qui fait tous les spots actuellement ! Dans le Monde, le cas d’une Quenelle gestuelle n’est pas passé inaperçu dans les médias, l’artiste est présenté comme « controversé ». Un autre terme qualifiant l’œuvre par la fenêtre universelle. Les controversés, comme Edward Snowden ou bien Julian Assange, ne manquent pas !

En France, la jurisprudence l’a particularisé d’être plus antisémite qu’antisystème. Ce qui suscite une forme de collusion des particules, l’une n’est-elle pas l’autre finalement ? Système et communauté, jadis victime de la Shoah, ont main dans la main.

Parti MDL Belgique Dieudonné était en désuétude avec les médias, cela ne lui a pas valu le tarissement. Voilà des années qu’il est interdit des plateaux. Mais d’autres cieux, peut-être suisses ou iraniens, ainsi que d’autres univers, comme Internet présentement, lui sont déjà solidairement cléments.

Dieudonné doit désormais chercher un pays d’accueil où il aura à faire sa guerre contre Paris. Mais déjà avec le Web comme patrie non encore disqualifiée, il improvise chaque jour une tirade ! Et là un autre théâtre, que l’humoriste a perverti va longtemps continuer. Et même relégué et ghettoïsé, il a tranché avec le discours de donner un point de vue clivé.

B. Brecht dit : « Celui qui ne sait pas est un imbécile, celui qui fait semblant est un criminel » . Car la vérité s’en passe de la morale, elle est comme la science froide devant et avec la vérité ! Une fois encore, il est question d’un théâtre qui fait le rebrousse-poil. Il ne fait pas unanimité et la Shoah est bien protégée par de nouveaux soldats qui vous diront que le criminel de guerre Ariel Sharone est l’ange revenant aux cieux.

La France recèle l’Hégémonie communautaire. Elle répond à un théâtre qui miroitera ses indécences ! En France les censures, faites au nom d’Israël et sous l’accusation d’antisémitisme, ne cessent de s’allonger. Et jusqu’à quel échéance cela va-t-il continuer ?

SUR TWITTER suivez POPULI-SCOOP

SUR TWITTER suivez POPULI-SCOOP

SUR TWITTER suivez POPULI-SCOOP

SUR TWITTER suivez POPULI-SCOOP

SUR TWITTER suivez POPULI-SCOOP

SUR TWITTER suivez POPULI-SCOOP

Répondre à cet article