POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Alkarama dans le financement d’Al-Qaïda



Les islamo-terroristes algériens au cœur de la criminalité internationale


vendredi 10 janvier 2014
par Rebel Kazimir


La justice algérienne désespère de rapatrier les islamo-terroristes qui ont causé des dizaines de milliers de crimes pendant la décennie noire (des années 90 du dernier millénaire). Voilà qu’un fait nouveau vient de prouver l’implication de nombreux islamistes algériens dans le terrorisme international, donc le rapatriement des terroristes poursuivis par les tribunaux peut regagner sa solvabilité.

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie et islamo-terrorisme

L’association AlKarama, une fondation internationale largement implantée dans le Monde arabe et basée à Genève, fondée par des Algériens de l’ex parti FIS avec le financement des pires parrains de l’islamo-terrorisme international, vient de tomber en désuétude. Elle jouissait, depuis plus de deux décennies d’un prestige dans les milieux islamistes algériens et d’un rang inégalé dans une pseudo-défense des droits de l’Homme.

Au point que nombreux « démocratistes » algériens, complices activant parmi les partis politiques y compris l’ex parti unique qui usurpe le sigle « FLN », lui vouaient une vénération et une considération jamais atteinte par d’autres officines politico-sociales.

Comme une organisation qui dénonce « la junte » de l’ANP (Armée Nationale Populaire), AlKarama-Algérie était prétendument montrée contre une dictature, comme maintenant l’Egypte, conduite par les généraux. L’un des acteurs algériens dans ce réseau est Mourad Dhina, voici son dossier POPULI-SCOOP.

Qu’un homme accusé de financer Al-Qaïda soit à la tête d’une organisation de défense des droits de l’homme reflète la tendance préoccupante. Sur laquelle les autorités, et les démocrates algériens, ont souvent exprimé leur inquiétude. Une information du Trésor américain jette la suspicion sur les activités de l’ONG Alkarama. Des Qataris et des ex du Front islamique du salut (FIS) basés à Genève (Suisse) font partie de cette fondation de défense des droits de l’homme.

Dans le passé, organisation d’Al-Naimi, avec Alkarama, a étroitement travaillé avec le Center for Constitutional Rights (CCR) ainsi qu’avec le Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies, pour justement le cas des accusations contre l’armée algérienne qui sauvait le pays de la descente définitive en enfer.

Mais voilà que tombe finalement la décision du Département du Trésor américain de qualifier Dr Abd al-Rahman Alnaimi, président d’AlKarama, comme « terroriste international spécialement désigné ». Le 20 décembre dernier, le Qatari Abd al-Rahman bin Umayr al-Nu’aymi (alias Nu’aymi et Naimi) a démissionné de son poste de président du Conseil d’Alkarama, après que le département du Trésor américain ait fait état de ses liens avec AlQaïda.

Abd al-Rahman bin 'Umayr al-Nu'aymi Le président d’Alkarama a été déclaré et pris en chasse par le trésor américain dès le 18 décembre dernier. Voici le communiqué du trésor américain. ICI - cliquez.

L’organisme activant en Suisse qui se déclare faire des œuvres de charité et de défense des droits de l’homme dans le monde musulman, n’est en fait qu’un relaie de la criminalité liée à l’International Islamiste et son bras armé Al-Qaïda. Le président d’AlKarama est un associé du leader et chef spirituel du réseau des Frères Musulmans Youssef Qaradawi, il est accusé d’être l’un des principaux financiers d’Al-Qaïda.

PDF - 624.9 ko
Communiqué d’Alkarama
Communiqué d’Al-Karama à propos des poursuites du trésor américain

Selon le communiqué américain, Nuaimi a transféré en 2013 quelque 600 000 dollars à des organisations liées à Al-Qaïda-Irak via la Syrie. Comme il a servi d’intermédiaire entre nombreux donateurs qatari, dont la liste est encore en élaboration, et des leaders irakiens d’Al-Qaïda.

Il a supervisé d’une manière active en 2003-2004, durant toute la période d’activité d’Al-Qaïda en Irak, le transfert de 2 million de dollars par mois en Irak vers les mêmes destinataires. Comme il a aussi fourni un appui financier à une organisation charitable qui finançait Al-Qaïda dans la péninsule Arabique.

NOTRE DOSSIER : Al-Qaïda

A suivre, cet article sera suivi d’autre sujets, puisqu’il l’affaire vient juste d’éclater.

Répondre à cet article