POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La militante syrienne Razan Zaitouneh enlevée !



Figure de la lutte pour les libertés citoyennes au pays de Bashar.


jeudi 12 décembre 2013
par N.E. Tatem


L’avocate et militante des droits de l’Homme en Syrie, Razan Zaitouneh a été enlevée le mardi 10 décembre 2013 par des inconnus. Les islamo-terroristes internationaux, dont le nombre peut atteindre 4 000 hommes selon des expertises avisées, sont accusés l’avoir enlevée. La phalange nommée "ISIS" est soupçonnée d’être derrière ce kidnapping, mais le pouvoir aussi la traquait depuis 2011.

Voir en ligne : Notre dossier : guerre civile en SYRIE

Visage de proue de l’opposition syrienne, au point d’avoir été souvent comparée à Mandela, Razan Zaitouneh, naît le 29 Avril 1977, est l’une des plus actives personnalités de l’opposition syrienne qui a déclenché les manifestations paisibles en 2011. C’est une avocate avec des années de défense des droits de l’homme.

Elle était dans l’initiative syrienne dans le contexte des soulèvements du « Printemps Arabe ». Celle-ci a viré à la lutte armée, quand la dictature a naturellement choisi la répression. Et où Al-Qaïda, soutenue par les islamistes de Turquie et des monarchies arabes réactionnaires, a pris place sur le front contre la dictature.

A l’époque, cette activiste, très impliquée dans le soulèvement syrien, a dû se cacher, après avoir été accusée par le gouvernement d’être un agent étranger. Elle est membre de l’équipe d’avocats pour la défense des prisonniers politiques depuis 2001, et s’est consacrée à soutenir les familles de cette catégorie de détenus.

Fondateurs de l’Association des droits de l’homme en Syrie (HRAS), en 2005, Razan Zaitouneh a aussi créé le "shrIL" (le réseau d’informations sur les droits de l’homme en Syrie), à ​​travers lequel elle signala plusieurs cas de violation dans le pays.

En 2011 avec 3 militants du printemps arabe, Razan Zaitouneh obtient le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit. Celui qui a distingué la jeune pakistanaise Malala Yucefzaï en 2013

Au total 4 importants militants syriens ont été enlevés avec elle, près de Damas par des assaillants inconnus. L’information a été rapportée par les Comités locaux de coordination [LCC], le principal groupe de l’opposition. Ils s’agit de Razan Zaitouneh, Waël Hamada, Samira Khalil et Nazem el-Hamadi, les deux premiers sont mariés. La militante est l’épouse de Waël Hamada qui est aussi un activiste de vieille date.

L’enlèvement a eu lieu dans la province de Damas, non loin de la capitale, dans un secteur contrôlé par les rebelles, mais assiégé par les troupes du régime. A l’instar de l’opposition révolutionnaire et laïque syrienne, cette militante fustigeait aussi les pays... «  qui habituellement parlent au nom de la communauté internationale concernant la Syrie, qui désarment le régime et affament la population...  »

2 journalistes espagnols enlevés en Syrie Le même jour les familles de deux journalistes espagnols, Javier Espinosa et Ricardo Garcia Vilanova, ont averti l’opinion publique internationale de l’enlèvement qui date du le 16 Septembre, lors d’une conférence de presse tenue à Beyrouth. Après que des négociations avec les preneurs d’otages, identifiés comme étant les islamistes des phalanges liées à Al-Qaïda, "ISIS", ont été déclarés sans issues.

ISIS « الدولة الاسلامية في العراق والشام » (ISIS in Wikipedia) est devenu le creuset des « Djihadistes » en Syrie, avec à lui-seul (sur 4 000 islamistes armés) quelques 2 500 hommes. Ses membres viennent d’autres pays du Maghreb, du Pakistan, de Tchétchénie et même des pays européens. Un des plus grands succès du groupe est la prise de la ville de Raqqa.

De là est partie la terreur d’ISIS, avec des démonstrations d’horreur et de cruauté. Des formes de résistance civile, comme portait Razan Zaitouneh luttent aussi contre la nouvelle dictature des islamistes. D’ailleurs ce sont les militants les plus usés. Ils sont assassinés, enlevés ou bien ont fui le pays. L’Exil de survie !

Répondre à cet article