POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les USA accuse Abu-Khattala de l’attentat de Benghazi



Le 11 septembre dans l’air Libyen.


jeudi 8 août 2013
par Gros Emile


En moins d’un an de l’attaque du consulat de Benghazi en Libye, le 11 septembre 2012, la désignation des auteurs de cet acte terroriste est arrivée à terme en ce début août. Un chef rebelle, dirigeant d’une milice islamiste Ansar Ech-Charia, a été inculpé mardi par le ministère de la Justice américain.

Voir en ligne : Notre dossier : Libye.

Cet attentat provoque à ce jour un grand-remue-ménage à la Maison Blanche et des débats houleux au sénat, accusant les démocrates au pouvoir derrière Obama d’avoir agi sans vigilance pour la protection des représentations américaines dans le contexte du « Printemps Arabe ». L’attaque a fait quatre morts, dont l’ambassadeur des Etats-Unis, Christopher Stevens.

Christopher Stevens Pas à pas, la justice américaine a travaillé sur ce dossier épineux de l’attentat de Benghazi. Ahmed Abou-Khattala, l’un des chefs du groupe « Ansar Ech-Charia » est soupçonné d’être le cerveau de cette attaque, alors qu’il a nié dès 2012 sa participation, quand il a été contacté et interrogé par certains médias. Une plainte a été déposée à Washington auprès de la Court District contre un nombre indéterminé de personnes, dont ce chef de milice encore très active en Libye.

Depuis, il vit caché et introuvable laissant la poursuite de l’enquête et la vérification de sa présence dans ce crime sans réponses. Il a été inculpé mardi, a annoncé le ministère de la Justice libyen. D’autres personnes sont aussi indiquées avoir pris part.

Pour rappel, l’attaque du consulat de Benghazi, alors l’ambassadeur américain y séjournait, est survenue suite à la diffusion du film islamophobe «  L’Innocence des musulmans » qui, sans jamais avoir existé comme œuvre accomplie, avait suscité nombreuses manifestations dans les pays musulmans.

Outre que la date de son déroulement est un 11 septembre, se rapportant obligatoirement à 2001, où contre le Wall Trade Center, à New York, deux avions effondré les Twin Towers. Même si l’enquête semble évoluer, de nombreuses zones d’ombre persistent dans ce dossier.

Logo Ansar Ech-Charia Libya L’opposition républicaine s’est emparée de l’affaire depuis. Elle ne cesse, à ce jour encore, de tacler l’administration de Barack Obama. En pleine campagne pour briguer un second mandat à la tête du pays, elle était parmi les arguments les plus brandis contre l’actuel locataire de la Maison Blanche.

Le 16 octobre 2012, Obama a assumé toutes ses responsabilités lors d’un débat télévisé l’opposant à son rival, Mitt Romney. La veille, l’ex-secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, s’était également excusée sur CNN : « J’assume la responsabilité de ce qui s’est passé le 11 septembre en Libye » . Même si l’enquête semble évoluer, de nombreuses zones d’ombre persistent dans ce dossier.

Abu Khattala, considéré comme un leader du groupe islamiste « Ansar al-charia », est toujours en fuite, selon le New York Times de mercredi. Anonymement des responsables américains assurent que sa traque est désormais ouverte, d’après un article du huffingtonpost.com. CNN, NBC Nouvelles et The Wall Street Journal ont aussi rapporté cette accusation.