POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Profil d’un(e) minable



Par : Djamal Benmerad -JOURNALISTE ALGERIEN-


mercredi 6 mars 2013
par Djamal Benmerad


Chez un individu, le syndrome du minable se confond souvent avec celui du larbin, dont la pathologie dont le comportement vise invariablement la défense des casses les plus favorisées au détriment de la classe dont il (ou elle) est issu(e). Ce syndrome diminue les capacités du (ou de la) minable et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir contre ses propres intérêts au profit des nantis qu’il croit sincèrement être élus de Dieu.

Les articles de Djamal Benmerad sur POPULI-SCOOP

LETTRE D’UN POETE BERBERE AUX POETES DU MONDE 15 décembre 2012,

AL JAZEERA, ARME DE DESTRUCTION MASSIVE 22 mai 2012,

ADRESSE A BERNARD HENRI-LEVY ou LETTRE A UNE DANSEUSE DU VENTRE 3 août 2012,

ALGERIE : Mémoire de militant 21 octobre 2012,

Un épouvantail nommé Ben Laden 8 décembre 2010,

RETOUR SUR L’AFFAIRE MERAH ou CHRONIQUE D’UNE MANIPULATION 16 juillet 2012,

A l’origine des syndicats 4 janvier 2013,


Voir en ligne : Dernier livre de Djamal Benmerad : nouvelle biographie du Che.

Les symptômes On peut expliquer la raison d’être des minables, ou du moins tenter de le faire, par deux théories : 1 – La thèse génétique 2 – La pathologie mentale.

1 – La thèse génétique

Après des siècles d’esclavagisme et de féodalité, les minables pourraient être le produit d’une sélection artificielle des soumis à leurs maîtres. La transmission génétique de leurs caractères aurait favorisé la sélection d’une souche particulièrement vivace : l’homo minabilus. Cette thèse nous semble cependant, à nous a-scientifiques et plutôt littéraire, quelque peu farfelue, voire pire : plutôt raciste.

2 - Il en est tout autre de ce que nous supposons relever de la pathologie mentale. Dans ce cas, il s’agirait d’une pathologie qui se développerait vers l’adolescence. Le processus s’aggrave à l’âge adulte lorsque le (ou la) minable prend conscience de sa condition. A partir de le (ou la minable) développe, subconsciemment, des stratégies visant à l’instauration hypothétique, d’un équilibre, tout aussi hypothétique, équilibre mental et/ ou public visant à justifier l’acception de sa subordination. Le (ou la) minable finit ainsi par s’identifier, dans son imaginaire, appartenir au corps social qui le domine.

Le (ou la minable) ne choisit pas son idéologie, puisque il en a une toute prête : l’idéologie dominante, même s’il admire en secret l’idéologie nazie, car c’est la plus proche du capitalisme et qu’elle symbolise la force.

Le crédo des minables est « Paraître ». Pour cela, la minable se parfume en s’inondant de Dior alors qu’elle pue intérieurement. Le minable, lui, exhibe des faux Havane lorsqu’il est en présence de personne qu’il veut impressionner. La minable est son semblable masculin vouent un culte immodéré à leur carte Visa, symbole pour eux de la réussite, alors qu’il suffirait d’avoir quelques centaines d’euros ou de dollars sur son compte pour en avoir une.

Quelques exemples pris au hasard

La caractéristique des minables est de reprendre les propos du maître est toujours de reprendre le discours du maître : Lorsque vous parlez de justice sociale, c’est-à-dire de son intérêt, il voit en vous un bolchevik au couteau entre les dents. Sauf qu’il ne connaît rien de l’histoire des bolchéviks.

Ils parlent de « tirage vers le bas » alors qu’ils sont en bas.

Les minables n’ont aucune prise sur la réalité. Ils la copient sur d’autre minable qui s’abreuvent aux sources du capitalisme.

Lorsque vous dites que c’est l’Union soviétique qui a écrasé le nazisme, les larbins vous « rappellent » que la libération de l’Europe ne survint que grâce aux « alliés », à partir de la Normandie. Ensuite ils discourent sur ce qu’on leur a racontent sur la Stasi, la possession par la Corée du Nord de la bombe atomique, alors que ces minables ignorent que c’est le dernier pays à avoir acquis cette bombe, bien avant les USA et d’autres pays comme Israël.

Le (ou la) minable est persuadé(e) que l’Espagne fut conquise par les Arabes, alors qu’elle le fut pas les Berbères, d’une part. D’autre part, ce ne fut pas une conquête : le général berbère Tarik Ibn Ziad a répondu à l’appel des espagnols le suppliant de les délivrer des conquérants Wisigoths. Par ailleurs, là où étaient installés les Berbères (essentiellement en Andalousie), les juifs étaient protégés des persécutions antisémites qui sévissaient en Espagne comme dans toute l’Europe chrétienne.

Le (ou la minable) hurle avec les loups, pour ressembler à la majorité : il a applaudi des fesses l’agression de la Libye et le lynchage de Kadhafi, comme il a applaudi l’invasion néo-coloniale française du Mali. En cela, les minables sont conséquents : ils ont bien relayé, avec forte conviction, la version bushienne des évènements du 11 septembre. Un capitaliste ne peut mentir !

Et lorsque vous leur rappelez que la France n’a JAMAIS gagné une guerre, sauf une bataille, celle de Trafalgar, il vous déclare bon pour l’asile psychiatrique. Enfin, et c’est peut-être le pire, c’est surtout dans les contingents des minables que recrute l’extrême droite. Chez les minables, le racisme ethnique n’est qu’accessoire. En effet, les minables font dans le racisme social : ils haïssent leur propre classe et tout ce qui leur rappelle leur classe, tant qu’ ils ‘s’identifient à leurs maîtres.

Enfin, lorsque le minable constate en vous un millimètre au-dessus de son niveau intellectuel, et qu’en plus vous vous situez dans le camp anticapitaliste, il décide que vous êtes un ennemi. Alors il vous dénigre et/ ou vous diffame. Dans une discussion, le minable est aussi intéressant qu’une télévision éteinte le soir d’un grand match, tandis que la minable tient des propos propres à débander l’étalon le plus fougueux. Et au moment de faire l’amour, le (ou la) minable prétexte une course urgente à faire, car il (ou elle) considère que faire l’amour n’est pas économiquement rentable.

Voici ce que sont les minables, voilà ce que nous risquons d’être.

Les articles de Djamal Benmerad sur POPULI-SCOOP

LETTRE D’UN POETE BERBERE AUX POETES DU MONDE 15 décembre 2012,

AL JAZEERA, ARME DE DESTRUCTION MASSIVE 22 mai 2012,

ADRESSE A BERNARD HENRI-LEVY ou LETTRE A UNE DANSEUSE DU VENTRE 3 août 2012,

ALGERIE : Mémoire de militant 21 octobre 2012,

Un épouvantail nommé Ben Laden 8 décembre 2010,

RETOUR SUR L’AFFAIRE MERAH ou CHRONIQUE D’UNE MANIPULATION 16 juillet 2012,

A l’origine des syndicats 4 janvier 2013,