POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Algérie, la plus grande escroquerie vient coiffer la Kleptomanie qui gouverne depuis l’indépendance.



Pas la moindre trace de rente aurifère, et pourtant 100 millions de dollars volatilisés !


vendredi 28 octobre 2011
par N.E. Tatem


Les escrocs devinent où frapper. En visant puis se mettant sous les regards des vulnérables et crédules, ils passent à l’acte quand ils charment. En 2007, une rumeur a été lancée en Algérie, disant « la découverte d’un filon d’or au Tassili-Nager ». Vite la fièvre du métal jaune est devenue endémique. La combine vaut son pesant d’or, dans la "MEDIOCRATIE" OFFICIELLE et l’instinct prédateur des rentiers !

Voir en ligne : L’élément remettant l’histoire devant l’opinion algérienne en 2011, un bureaucrate DU SERAIL prédateur qui espère présider l’ALGERIE !

La sonde a percé dans les hautes sphères, talonnant l’uranium pour l’effacer de cette vaste région du plus grand désert du monde : le Sahara. Et non des moindres, Bouteflika avalisa un projet imaginaire et simplement mirage de connaisseurs de la niaiserie qui est le sport national avec le poids de l’irrationnel. Les cadres de la « médiocratie » officielle, fondée sur le népotisme des despotes en perpétuelle succession, se sont est précipités dans le piège, tendu par une pseudo-mission russe qui savait organiser ses parades.

L’avidité de la rente, des richesses naturelles, a longtemps produit en Algérie une bureaucratie parasitaire. Entraînant dans son sillage, et en symbiose la société du fait du populisme ambiant, toute la communauté nationale. La gouvernance digne de la truanderie maffieuse dure depuis 1962. Le nationalisme qui gouverne à vue, en de la rente nationale, son nerf de guerre un.

Peu intéressés par le labeur de son peuple, les aigrefins qui sont au cœur des importantes décisions du pays, adoptent le comportement de compter sur les valeurs prises simplement du sol. Le pays est riche disent-ils, quand la jeunesse prend les mers au péril des vies désespérées. Les escrocs ont mis la puce à l’oreille, et la machinerie s’est toute seule ébranlée. « Le plus grand filon d’or en Afrique », atteignit vite et grands échos non des moindres des hiérarchies, le président lui-même n’écarta pas le miroir aux alouettes

En haut-lieu, l’incarnation du nationalisme programmant l’incompétence comme mode gouvernance, on a cogité et renoué avec la malédiction du pétrole. Allah ne manquerait pas de sa générosité pour faire don... L’inconscient tellement ancré dans les mœurs, pour que le nom du « plus grand gisement d’or à ciel ouvert d’Afrique » devienne l’ânerie attestée. Les médias et la presse se sont plongés à reproduire le faux génie qui a récompensé le peuple algérien, inintelligemment dirigée par des savants es.KLEPTOCRATIE !

Le résultat de cette escroquerie a coûté 100milllions de dollars au pays, volatilisés par on ne sait quelle fenêtre des montages banquiers… Une société du nom de Gma resources a vu ses comptes explosés. Et elle a disparu dans le virtuel obérant sur la planète entière.

L’orchestration est due à certain Monsieur Douglas Perkins PDG de cette « Gma resources », avec comme diva principale à conduire l’escroquerie, la main algérienne derrière le coup, une compagnie créée de toutes pièces à l’étranger, l’Enor. Une entreprise nationale dont le nom évoque, en langue arabe, l’éclat étincelant que la lumière peut produire. Pourtant l’opacité dans les affaires du pays est légendaire.

En octobre 2011 l’affaire revient à la surface. Les éléments de l’affaire se contredisent, citant le président qui a volé une 3ème mandature. Des ministres et des hauts fonctionnaires se chamaillent...

Entre oui le formidable filon d’or existe ! Non, c’est une affabulation ! Et enfin oui mais seulement la mine peut produire simplement 800 quintaux et non 3500, sans que vraiment le record mondial, ou bien du continent, ne soit vraiment établi. Mais on continue encore de spéculer, les comptes suisses, tentés que la combine vaut de l’or, restent demandeurs !