POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La téléréalité au secours de la paix israélo-palestinienne.

Israël - Palestine : Place aux jeunes pour une solution finale !

jeudi 10 juin 2010
par N.E. Tatem


Alors que le processus de paix du conflit du Proche-Orient patauge et se fait court-circuité quand Israël crée des crises pour reporter à en vain toutes perspectives de discussions, les résistances se consolident et les initiatives se multiplient.

Entre autres et parmi les louables initiatives, Azilah Productions donne le ton pour dépasser les blocages. La vogue de la téléréalité, avec son impact dû principalement à l’engouement du public, devient un moyen à large spectre où se conjuguent, la participation des téléspectateurs avides de destins radieux dans le monde du Show-biz avec la spontanéité des amateurs, de leurs talents pour l’improvisation.

Par le fait du cloître où sont enfermés les protagonistes d’une thématique quelconque, la plus souvent préconisée est celle des dérapages sexuels et des accouplements virtuels emportés sur le tas du ponctuel, on parle de « Loft ». Ce dernier est plus un lieu architectural, un espace d’habitat démuni de cloisonnements et agencé avec une amplitude aérée.

Le projet d’Azilah Productions est d’une originalité qui ne peut laisser indifférents nombreux critiques des médias et des politicards de tous bords, ceux qui préconisent qu’il faut applaudir et même faire l’apologie, des derniers fiefs du colonialisme et ceux qui pensent que le combat de la violence est la seule voie. Or dans ce conflit du Proche-Orient, les palestiniens ont déjà opté à de nouvelles formes de résistance qui ont déjà été expérimentées ailleurs et par le passé.

Pendant le mois de septembre prochain (2010), 6 filles et 6 garçons tous âgés de 18 ans, respectivement venant de Palestine et d’Israël vivront 3 semaines dans un Loft situé près de Marseille, à l’archipel du Frioul. Sur ce point du site choisi, il faut remarquer la neutralité du lieu et la symbolique qu’offre cette région française qui a été longtemps parcourue par nombreuses civilisations à travers les siècles.

Installer dans une mitoyenneté des êtres qui ne respiraient que les violences d’une guerre qui a d’énormes répercussions sur la face la Terre entière, va faire visser tous les regards des autres citoyens du Monde, dont ceux qui subissent les conséquences malgré leur éloignement. Ensuite mettre sur la table des négociations les frêles méninges que l’innocence n’a pas encore délaissée, constitue un réel exercice qui mêle la création et la prospective sur les intentions des générations futures. Ce qui a laissé dire au producteur que c’est bien « Une expérience scientifique ».

Intitulée « Les Accords de Marseille », cette tentative à première vue est une louable idée pour désamorcer le piège du tourner-en-rond auquel la paix ne cesse d’être exposée. Malgré l’improvisation que recommande ce genre de démarches médiatiques et artistiques, le contenu est scénarisé avec une conduite dûment fixée par le producteur, Mohamed Ulad qui est le compagnon de Mazarine Pingeot, la fille de François Mitterrand, et la contribution et la philosophe franco-israélienne Sophie Nordmann.

Il s’agit de documentaires qui sont consacrés à deux sujets essentiels. L’un est réservé aux activités sportives et culturelles. Et l’autre présentera des négociations de paix qui porteront sur le statut de Jérusalem, les réfugiés palestiniens, les frontières, etc. Deux tuteurs adultes, l’un israélien et l’autre palestinien, encadreront ces derniers travaux qui sont plus significatifs. Ces derniers intervenants n’interféreront pas dans les discussions et se contenteront de fournir aux jeunes diplomates les repères historiques et politiques.

Aussi sur le plan qualitatif, une distance est prise du direct. C’est-à-dire pas de caméras H-24 ou des prise de vue au niveau des chambres pour éviter les bestiales vulgarités auxquelles nous trop habitués, à la limite d’offusqués, les téléréalités pléthoriques et visibles sur plusieurs canaux.

Le tournage commencera avant septembre prochain, et une plage de diffusion d’une dizaine d’épisodes de 26 minutes est prévue sur France 5.