POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Sport : Le corps et l’esprit. > 1 - Balle au pieds, LE FOOT et tous les stades. > Coupe du monde de Football 2010, place à une guerre virtuelle et bien imagée (...)

Coupe du monde de Football 2010, place à une guerre virtuelle et bien imagée dans les stades.



Le spectacle sportif le plus populaire manipulé par les politiques.


samedi 21 novembre 2009
par Rebel Kazimir


Plusieurs philosophes en ont soulevé cette interprétation de ce sport bien populaire et attractif pour la jeunesse qui ne veut, ou ne peut, s’accrocher au vrai savoir prodigué par l’éducation.

Et a déjà porté de bien tristes images et comportements dont le racisme. Le foot accoste souvent et désormais, au regard de récentes actualités, à des rapports conflictuels entre les Etats et les peuples.


On avait entendu des supporteurs algériens crier : « Allah Akbar et Tahia (Vive) Bouteflika » aussi bien comme réaction à l’agression du Bus qu’après la victoire. Ces cris n’étaient pas généralisés mais bien hystériques, bien aussi redistillés par le lourd média télévisuel. Il se peut que ça soit les (ou le) mêmes qui ont scandé...

Le foot est devenu la nouvelle guerre (virtuelle via le Web sur la pelouse) au regard des retombées de plusieurs faits et compétitions. Les faits vécus en cette année 2009 dans le monde, malgré aussi des retenues et compressions des principaux acteurs comme l’acte qui a été reproché à Diego Maradona, la montée en puissance de la manipulation politique a trouvé son meilleur terrain de jeu.

Déjà plusieurs philosophes en ont soulevé cette interprétation de ce sport bien populaire et attractif pour la jeunesse qui ne veut, ou ne peut, s’accrocher au vrai savoir prodigué par l’éducation. Même si l’ancienneté du constat de la dangerosité du spectacle footballistique dans les rapports et la communion entre les peuples, à quelques semaines du coup d’envoi de la coupe du monde en Afrique du Sud de réels signes, des événements récents s’agitent comme des signaux alertant de la recrudescence des rivalités exacerbées.

Le football a déjà porté de bien tristes images et comportements dont le racisme.

Les guerres, certaines quasi secrètes et insoupçonnées, génèrent les haines et qui durent souvent des décennies. Le foot accoste souvent et désormais, au regard de récentes actualités, à des rapports conflictuels entre les Etats et les peuples. Et ce ne sont pas les batailles rangées entre supporters qui le démentissent avec les poussées de violences entre individus et sur les biens.

La main tricheuse du capitaine de l’équipe de France pour le seul but contre l’Irlande, lors du match retour, a même mobilisé nombreux politiques des 2 pays. Les officiels de plus hautes fonctions à l’instar de Mr. Sarkozy, n’ont manque de s’exprimer. Et comme pour le match Algérie/Egypte, l’ombre d’un incident diplomatique a plané. La haine est encore naissante, nous verrons sur quel avenir va-t-elle déboucher.

Ce spectacle, le plus populaire de notre ère, n’est pas comme le théâtre jadis à ses heures de gloire. Ce dernier peut être mobilisateur, éducateur et encore mieux distractif. Le football est plus l’arène où s’agglutine, comme jadis pour la cruauté des gladiateurs, les foules avides de violence. L’instinct primaire de l’humain, prédateur (chasseur) et mobilisé à imposer son règne aux espèces qui partagent la vie sur Terre, prend le dessus et avec une rivalité outrancière.

Le Théâtre pour qui le grand St-Augustin vouait une exaction inimaginable actuellement, parce que pensait-il cet art menaçait la puissance de son clergé, était né aux alentours des grands spectacles... Et convoitait l’espace et l’influence de l’église. Au temps de St-Augustin la religion était menacée par le désistement de ses adeptes, à la juste que Jésus n’était parmi les vivants.

Match Algérie/Egypte

A la sauvette, les comédiens du 4è art prenaient d’une manière clandestine du public parmi celui regroupé pour une exécution de sentence de justice ou bien un combat de gladiateurs. En effet la naissance de cet art, devenu scénique et même institutionnel avec des lieux publics de créations et de représentations, s’est faite aux alentours des regroupements de la population : marchés, enceintes de spectacles et autres réunions.

Et comme le théâtre n’a plus l’aura du passé, la place est occupée par les politiciens. Les plus véreux se verront plus facilement réhabilités et même glorifiés par la manipulation du football.