POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La Turquie et l’Etat Islamique : l’alliance religieuse !



Un coup de couteau dans le dos à la guerre contre le terrorisme.


mardi 24 novembre 2015
par Azouz Benhocine


Les relations entre la Turquie et l’Etat Islamique sont perfectionnées et dépassent l’harmonie des maîtres de l’hégémonie qui arme l’islamisme contre le second Assad de Syrie. Plaque-tournante dans le transfert des « djihadistes » internationaux vers l’Irak aussi, Ankara membre de l’OTAN partage avec certaines monarchies du Golf arabique la propagation de son islamisme soft et celui qui manie les armes…

Voir en ligne : Notre dossier : Turquie.


Avion russe abattu par la Turquie par argotheme

L’entrave à la guerre anti-terroriste que la Russie mène, surtout contre les Turkmènes et les Tchétchènes qui sont parmi les guides influents de l’Etat Islamique, avait été annoncé en viol de l’espace aérien. Les terroristes qui transitent par le Bosphore, comme les milliers de musulmans venant d’occident, est tel « un coup de poignard dans le dos », pour reprendre les mots de Poutine, dans la lutte mondiale contre le Daesh…

Nos sujets sur les relations de la Turquie avec le Desh.
- La Turquie : bureau de transit aux islamo-terroristes ... - 2è Partie -
- Les Etats-Unis face au jeu de l’Arabie Saoudite et la Turquie en Syrie
- TURQUIE : DOCTRINE DE L’ISLAMISME SOFT.

Nous avons soulevé sur Populi-Scoop cette situation, à lire ICI. elle mérite d’être plus expliquée à la lumière de l’évolution des faits. L’incident de l’avion est un élément qui met en évidence ce qui n’est plus supposé, l’implication des islamistes qui dirigent la Turquie dans le terrorisme.

Dans de récentes arrestations de survivants, parmi les terroristes qui opèrent en Irak, effectuées par les autorités et l’armée, ainsi que par les peshmergas, des documents administratifs turcs, passeports et cartes d’identités. Dans les zones libérées par Baghdad et les kurdes, les rescapés et les cadavres des criminels trouvés, en territoire libéré comme Sinjar dernièrement, portent de telles pièces d’identités, notamment les ressortissants d’Asie centrale : Turkménie et Tchétchénie.

Les passeport turcs pour les combattants du Daesh

Les négociations pour la libération de 70 personnes turques travaillant ou réfugiés dans le consulat turc de Mossoul et détenus pendant des mois, ont été menées dans une discrétion absolue entre l’Etat islamique et les autorités de Turquie. L’entremise des dirigeants de Turkménie a permis cette opération où la cagnotte de la rançon était de 1 à 2 millions de dollars par otage.

La Turquie est le premier acquéreur du pétrole vendu par les terroristes. La rumeur circule qu’un fils du président Erdogan, voici une page de Wikipedia qui en parle, déjà impliqué dans un trafic, détient la première entreprise de pétrole opérant dans la région en conflit. La contrebande d’antiquités, transite par les mêmes canaux d’où parviennent les armes aux combattants pour la Syrie, les dirigeants de cette tâche appartiennent au Daash.

>

Les estimations avance de plus de 3000 combattants des rangs du Daesh sont d’origine turque, 800 d’entre eux opèrent en Irak où ils sont connus par leur cruauté. Outre les missions suicides auxquelles ils se livrent, ils campent sur l’économie de l’Eta Islamique en président la contrebande.

La Turquie plonge droit dans les bras d’un allié destructeur qui sert dans une conspiration de l’hégémonie…

Répondre à cet article