POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Algériens, Libyens et Tunisiens dans le trafic des migrants vers l’Europe

Populations déracinées par les crises violentes conséquentes du sous-développement

vendredi 7 août 2015
par Azouz Benhocine


Deux Libyens, deux Algériens et un Tunisien, âgés de 21 à 24, ont été placés en état d’arrestation à Palerme (Italie), après leur interrogation sur le naufrage de l’embarcation qui transportait quelques 650 passagers, mercredi 5 août 2015. Plus de 200 personnes ont été noyées, après que le bateau de marchandises a pris le départ d’un port libyen et a coulé à une trentaine de kilomètres de la côte d’Afrique du nord.

Relativement jeunes, ces trafiquants d’êtres humains ont été accablés par les émigrants clandestins, dont la majorité est d’origine syrienne, selon les sources italiennes. Policières, ces dernières ont rajouté que les accusés ont facturé les passagers entre 1,200 et 1,800 $ ( 776 £ et 1165 £) pour le voyage. Selon l’endroit où ils seraient placés, sur le pont du bateau ou bien la cale, les prix variaient. Ceux dans la soute ont payé environ la moitié du tarif de celui appliqué à celui du dessus.

Sur les migrants, quelques sujets :
- Parmi les migrants qui déferlent en Europe, plausible que des terroristes...
- L’Immigration : problématiques et défis
- Des sociétés privées traquent les émigrants clandestins avec des atrocités inhumaines

La plupart des morts ont été enfermés dans la cale du bateau dont la vétusté était des plus dégradée. Il a commencé à prendre l’eau, alors qu’il était dans un port libyen qui n’a pas été désigné. Et aux premiers kilomètres, il a coulé après que les 5 trafiquants ont forcé les passagers à dégager l’eau. Ces derniers ont cessé de le faire, du fait de la pénibilité de la corvée et leur travail ne pouvait pas aussi stopper le flux d’eau de mer.

Les migrants ont été repoussés avec des couteaux, des gourdins et des ceintures, quand ils ont voulu sortir de la cale. Les autres sur le pont ont reçu l’ordre de s’asseoir sur le couvercle de la trappe pour empêcher ceux d’en bas de s’extirper, alors que la quantité de liquide les asphyxiait.

Des scènes de torture ont été aussi décrites aux policiers italiens, citant des marquages à coups de couteau, qui ont été porté en particulier aux Africains et sub-sahariens. Les arabes, d’autre part, ont été surtout frappés à coups de ceintures.

Lorsque que le navire de la marine irlandaise s’est approché de l’embarcation, les occupants se sont mis tous du côté d’où il venait. Ce qui a fait chavirer le bateau et puis a été rapidement emporté vers les fonds, du fait des quantités d’eau qu’il contenait. D’autres navires italiens et d’autres nationalités, dont celui de médecins sans frontières, ont rejoint l’irlandais et ont sauvé plus de 400 migrants et récupéré 26 corps, dont trois enfants.

La police a arrêté les 5 hommes après avoir parlé aux survivants pendant la nuit, dès leur arrivée à Palerme. Les témoignages qui les ont mis en cause sont formels, ils disent que les cinq hommes font partie d’un réseau de trafic humain basé en Libye. 3 des trafiquants étaient chargés diriger le bateau, tandis que les deux autres surveillaient les migrants. Leur présence parmi les embarqués explique une partie du trafic.

Nous avons averti, dès le printemps sur POPULI-SCOOP, de l’explosion du nombre des embarcations de fortunes, pendant l’été 2015, transférant des populations d’Afrique vers l’Europe. Quand l’Europe du sud plus pauvre subit ces flux incontrôlables de populations, les instances internationales se disent offusqués des clandestins de Calais qui tentent de passer au Royaume-Uni.

Plus de 2.000 migrants et réfugiés sont morts jusqu’à présent cette année en essayant de rejoindre l’Europe par bateau, par rapport à 3279 au cours de l’ensemble de l’année dernière, est le bilan de l’ONU pour les migrations. 90 000 migrants ont rejoint par mer l’Italie jusqu’à présent cette année, alors qu’ils 170 000 en 2014. La Grèce est le second pays à accueillir ces passagers en provenance d’Afrique et du Proche-Orient.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute

ICI - MERCI

Répondre à cet article