POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le prédicateur saoudien El-Arifi se rend en Algérie : Alerte !

L’imam controversé, déjà emprisonné dans son pays, invité par la main intérieure...

vendredi 24 juillet 2015
par Damien Djamel Bouch’Raf


Une fois de plus l’Algérie est exposée à la déferlante des prédicateurs qui sèment la l’horrible "Fitna". L’insécurité que l’islam politique planifie, en véhiculant la théologie radicale, est exécutée en fin de parcours par les "djihadistes", afin que s’applique l’archaïque "Charia Islamique". Muhammad Al-Arifi prêcheur saoudien né le 15 juillet 1970, s’apprête à se rendre au pays des 1,5 de martyrs pour la libération du colonialisme et des 200 000 victimes du terrorisme, qui dure encore depuis plus de 25 années...

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Notre précédent article :
- La main intérieure à l’origine du terrorisme en Algérie

De triste mémoire, le discours d’un certain Imam Mohammed Al-Ghazali en Algérie furent "l’effet papillon", du frêle coup de l’aile de l’insecte est partie la tornade. Homonyme d’un autre théologien d’envergure aussi (Abou Ḥamid Moḥammed ibn Moḥammed al-Ghazālī ayant vécu de 1058 à 1111), le cheikh des années 80 préconisé par le parti unique pour contrer les mouvements des jeunes progressistes liés aux communistes, fut programmé à l’heure de grande écoute (19 heures et quotidiennement) à l’unique chaîne TV.

C’était l’appel ouvert au "djihad" enrobé de "Djihad Enafss" (combat de l’âme). Il avait souhaité que le grand intellectuel algérien, Kateb Yacine, ne soit enterré en Algérie, parce qu’il a déclaré son athéisme. Al-Ghazali est en grande partie responsable de l’embrigadement des jeunes algériens qui ont pris les armes après l’évincement et l’interdiction du "FIS", en 1990.

Ironie de l’Histoire, Mohammed al-Ghazali al-Saqqa (1917-1996) était un vrai lanceur de "Fetwas". Et c’est le cas du saoudien qui s’apprête à se rendre en Algérie, à un moment crucial de son actualité urgente. Al-Ghazali est mort lors de sa participation à conférence sur Islam et les défis de l’époque le 09 mars 1996 à l’âge de 78 ans.

Son corps est enterré à Medine, en Arabie Saoudite. Parce qu’il a été condamné à 15 ans de prison par la justice de son pays, l’Egypte, pour terrorisme, alors qu’il a officié en Algérie pendant 8 ans. Le tueur du philosophe Ferag Foda que la police a réussi à appréhender, a révélé au tribunal qu’il a obéi à l’appel de mise à mort de l’imam...

Maintenant, l’élément emblématique de la discorde sociale : la "FITNA".

De son nom complet Mohamad Ibn Abderahmane Ibn Malhi Ibn Mohamad Al-Arifi, cet imam saoudien prétend descendre du compagnon du prophète Khalid Ibn Alwalid, de quoi voir un autre charlatan en généalogie. Contrairement à Al-Ghazali qui avait une centaine, aucuns livres n’est connu d’Al-Arifi, malgré l’annonce faite sur ses sites-Web et ceux des islamistes qui lui font de la promotion.

L’imam est habitué d’arriver, sans s’annoncer dans des pays et discourir devant les parterres où les racontars de jadis se mêlent, sans gêne, à l’actualité. En novembre 2014, alors que la Tunisie préparait l’éviction de l’emprise d’Enahdha sur les rouages de l’Etat, il a débarqué sur invitation, bien sûr de la main intérieure. Rien que sa présence était controversée, les médias du pays ont dressé le constat.

Il vient de faire un passage au début du mois juillet en Jordanie, suscitant aussi la levée de boucliers des mouvements citoyens lançant des alertes contre l’obscurantisme où la femme est un sous-être !

Le projet d’effectuer un voyage en Algérie a été partagé sur sur Facebook, mais il faisait la même chose dans une totale discrétion. Puisque sur le plan officiel, les réseaux islamistes sont impénétrables. Son habitude est de débarquer sans prévenir aussi.

Les moyens financiers dont dispose cet imam, connu pour ses discours haineux sur la femme et la sexualité, sont sujet d’inquiétudes pour nombreux services et observateurs. Ses dépenses de voyage sont carrément de l’ordre de 1 à 3 déplacements par mois, vers différentes destinations.

Les moyens qui lui permettent de se produire dans des mosquées de nombreux pays à travers le Monde, en empruntant les canaux attribués au "Fikh" (théologie) sont soupçonnés provenir du Qatar, dès lors qu’il est considéré agitateur dans son pays, l’Arabie Saoudite. Où, dans la monarchie saoudienne, pas moins de 430 personnes ont été arrêtées sur des soupçons d’être un réseau du Daesh...

En Tanzanie, un tourisme de prosélytisme. Dans un forum en France.

Mohammed Al-Arefe.jpg
«  Mohammed Al-Arefe  » par إدارة الثقافة الإسلامية وزارة الأوقاف الكويت — originally posted to Flickr as صور محاضرة الشيخ محمد العريفي ألقاها في ثانوية الأحمدي26/10/2009 ونظمتها إدارة الثقافة الإسلامية وقد حضر المحاضرة طلاب الثانوية والأساتذة والإداريين. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Répondre à cet article