POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Nouvelle communication des militaires algériens face au terrorisme



Surenchère de rumeur avec l’AQMI sur le nombre de victimes à Ain-Defla !


lundi 20 juillet 2015
par Damien Djamel Bouch’Raf


Quand les premières sources informelles ont commencé à émettre leur pressentiment, à propos du douloureux attentat de Laïd en Algérie, il était question de 11 soldats tués par les hordes qui depuis 1990 s’attaquent à l’armée. Ensuite il a été revu à la hausse acceptable, le jour même avec 13 victimes, par les mêmes réseaux intéressés par la politique sécuritaire. Par la suite l’AQMI s’empare de la revendication en déclarant que ses combattants ont fait 14 morts.

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

C’est enfin au communiqué officiel du MDN (Ministère de la Défense Nationale), de trancher le lendemain. 9 militaires ayant perdu la vie et deux autres ont été blessés dans une embuscade déroulée « ... dans la localité de Djbel Elouh à Souk El Attaf, wilaya d’Aïn Defla, 1ère Région Militaire » . C’est le genre de communiqué à tomber en retard pour ne pas annoncer des données erronées.

Nos importants dossiers :
- AQMI
- Al-Qaïda

Le ministère de la défense algérien a mis la sonde en place, le fait était connu sans que les rouages concernés ne s’expriment. Le communiqué émis tardivement montrait le signe d’une communication de mise-au-point. La rumeur partie, il fallait constater la manière dont l’opinion algérienne l’accueillerait, la traiterait, la suivrait sur les réseaux et la commenterait. Les avis furent unanimes, un jour de Laïd c’est aussi la cruauté inacceptable et choquante d’un jour dédié à la fête de la fin du mois de jeûne.

En effet, la note du ministère de la défense a aussi pris soin, pour la première fois, de préciser dans la conclusion du texte que « … détermination des éléments de l’Armée Nationale Populaire à neutraliser les résidus de ces criminels. » Si la démarche de la communication des militaires algériens a été au ralenti, épiant les réactions, des habitants, des acteurs de l’information, des politiciens et des analystes, elle a pris lecture des premières appréhensions de professionnels et d’avis généraux précipités sur le BUZZ du jour.

La malheureuse communication qui disait que les soldats ne sont pas bien équipés.

Pour une fois le mot « résidus », attribué à la première apparition d’Ouyahia comme premier ministre, est transcrit sur cette déclaration. Laquelle a précisé « … grande opération de ratissage pour débusquer ces criminels et les abattre. » La zone est comme bouclée dit le communiqué rédigé après qu’un dispositif sécuritaire de contrôles routiers et d’alerte a été enclenché, d’où le nécessaire et tout relatif retard de la communication...

La revendication de l’AQMI devait aussi être l’une des raisons primordiales, pour que l’armée algérienne ait refusé toute précipitation, avant de savoir la succursale, pour divulguer la vérité qui est la seule à pouvoir établir. Ramenant le nombre de soldats tués à 14, l’AQMI qui est en principe l’un des prolongements attitrés aux islamistes de la « Djazaâra » (algérianité), se dit maintenant implantée à la place du Daesh, notamment en Algérie. Al-Qaïda du Maghreb Islamique…

En effet, le groupe dissident de l’AQMI ayant rejoint l’État islamique en Algérie, est connu sous le nom des « soldats du califat » (Djound El-Khilafa). Il a été décimé lors de l’opération de sécurité, que POPULI-SCOOP a rapportée. C’était des terroristes qui communiquaient aussi et à visage comme nous l’avons relaté ICI. ils avaient décapité un touriste français, Hervé Gourdel, en fin d’année dernière.

L’AQMI, héritière du mouvement terroriste issu du parti islamiste algérien dissout le "FIS", recrute en Afrique du nord et se replie en Libye.

L’AQMI, depuis les années 2000, s’est déployée au sud. Mais elle est restée toujours active dans les poches du pays, principalement dans les zones montagneuses reculées. Après avoir eu son implantation au Mali et semait la terreur dans les populations, elle a perdu beaucoup de ses hommes lors de l’intervention des armées africaines soutenue par celle de France.

L’organisation est dirigée actuellement par le vétéran Abdelmalek Droukdel, certainement conjointement avec Mokhtar Belmokhtar qui dispose de son groupe les « moudjahidin bidem » ayant en partie perdu ses combattants à Tiguentourine. Les combattants islamistes algériens sont rivaux et se divisent pour déclarer leur fidélité à l’Etat islamique ou Al-Qaïda.

L’armée algérienne dit avoir exterminé les terroristes qui se sont proclamés filière de l’Etat Islamique. Et veut souligner que le groupe d’AQMI qui a commis l’attentat de Laïd au sud d’Aïn-Defla n’ira pas loin, comme aussi il est le dernier, voir le seul, connu à avoir porté ce terrible coup…

Voici un type de partage sur Facebook, avant que l’armée diffuse son communiqué. Est-il toxique ou préjudiciable ?

Les martyrs de cette semaine en #Algérie.13 #soldats tués dans une embuscade du centre du pays.Pourquoi les...

Posted by Nacer-Eddine Boukhari on samedi 18 juillet 2015

La wilaya de Aïn Defla, est une wilaya algérienne située au nord du pays.
- Superficie : 4 897 km²
- Population : 771 890 (2008) SOURCE : Wikipédia.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Répondre à cet article