POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


#CartoCrise : localités françaises déshéritées de festivals culturels



Manifestations artistiques devant une politique économique aveugle


jeudi 23 avril 2015
par Gros Emile


D’un point de vue politique, c’est suite à des changements des majorités au niveau des assemblées et conseils locaux que ces assèchements des espaces artistiques, se manifestent. Ils se conjuguent à une volonté des décideurs acculés par l’urgence de penser à fermer, qu’à de valoriser, les pratiques culturelles qui se sont ancrées dans le tourisme du profond pays et animaient les manifestations culturelles où gravitent des formations et des créateurs...

Voir en ligne : Notre dossier : FRANCE

Vous pouvez consulter la carte interactive des religions dans le monde : cet article.

Cliquer un élément pour consulter les références, sur cette #CartoCrise.

Voir en plein écran

Vous pouvez rajouter un événement annulé en envoyant émail à : cartocrise@openmailbox.org

Le vide culturel rampant dans le modèle libéral qui rend les arts peu opportuns d’exister en temps de crise, et tout en restant à portée des élites économiques, la France est en plein glissement. Le scandale que les politiques de droite considèrent la culture, voir aussi les journalistes, dans le camp adverse, n’est plus à lui seul danger pour les programmes culturels incombant à l’Etat de les soutenir.

En France, le désengagement du gouvernement de gauche envers les collectivités locales a pour conséquence le rognage des dotations financières. Et les premières à être déshéritées des budgets sont les activités de gestion (ou de mangement) socioculturelle. C’est ainsi qu’une centaine de festivals locaux sont déprogrammés comme le montre la carte interactive ci-dessous.

Vous pouvez consulter la carte interactive des religions dans le monde : cet article

Cette version de l’avancée de l’austérité, réduisant les dépenses publiques pour équilibrer les grands comptes de l’Etat, que redoute une gauche préoccupée de l’importance des territoires est d’abord une politique gouvernementale, se mettant au pas des exigences des eurocrates. Mais c’est un autre débat. Cependant aussi bas, dans les villes et villages, ces désistements sont un désastre.

Autres sujets de France :

- SDRIF AU COEUR DU DEVELOPPEMENT DE L’ILE-DE-FRANCE Les mondanités d’en haut et le SDRIF d’en bas... LES RAVAGES DE LA "BIPOLISATION" .

- Radio-France : longue grève pour préserver un outil public

Les structures qui ferment la porte et les associations qui disparaissent sont en régions. Les expériences qu’elles ont acquises au fil des ans et la tradition culturelle qu’elles ont animée à travers les festivals maintenant annulés, faute de renouvellement de subventions, augurent qu’une autre aridité s’attaque à des agglomérations plus importantes qui ne sont pas des bourgades où il n’y a plus de médecin et l’agence postale, voire même la seule boutique d’épicerie, affiche faillite...

La confection de la carte qui illustre (cet article) l’évacuation des manifestations artistiques contribue à clarifier la répartition qui touche tout le territoire. Aussi les données qui ont été traitées pour son établissement, par une Médiatrice culturelle au Boulon (Valenciennes), démontre que diverses disciplines sont touchées : cinéma, danse, musique, théâtre, arts plastiques, arts de la rue…

Répondre à cet article