POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Monuments culturels et félonies islamistes…



Qui du terroriste (Ansar Edine) ou de son commanditaire (les cheikhs), Tombouctou craint-elle le vandale ?


dimanche 1er juillet 2012
par Damien Djamel Bouch’Raf


Si le mot « terrorisme » s’apparente à la violence faite aux personnes pour les soumettre, généralement à un projet politique, par la peur. S’attaquer à des monuments, sont des actes intitulés en « saccages ». La démolition de plusieurs mausolées de Tombouctou par les islamistes, interpelle encore une fois sur les autres actes que les démocraties détournées par l’islamisme, avec le Printemps Arabe, nous ont fait goûter ?

Ces œuvres culturelles maliennes que les fanatiques s’acharnent à détruire, sont des bâtiments entretenus pendant des siècles. D’une autre nature, mais politiquement islamiste, les précédents faits tunisiens sont des harcèlements judiciaires contre une chaîne de TV. Ils sont aussi justifiés pareillement par le non-respect de préceptes religieux. La félonie fait ses démonstrations d’inquisitions venues des ténèbres, celle pensée par de pseudos sages...

Nombreux pans des arts, de la culture et des médias, dont les hommes de lettres et les journalistes algériens tués pendant la grande déferlante criminelle des années 90, sont victimes de brimades signées et dictées par l’islamisme dans sa globalité.

Parmi les créateurs artistiques, la Star Lady Gaga a été obligé d’annuler les concerts qu’elle devait donner pendant les mois de mai et juin 2012 en Indonésie. Suite à des réprimandes venant de cercles religieusement croyants, ces actes sont politiquement exécutés.

Cette destruction, attribuée au groupuscule « Ansar Edine », du mausolée de Sidi Mahmoud au Mali, rappelle le sort d’autres ouvrages du patrimoine mondial, dont les Bouddhas de Bamyan. Situés dans le centre de l’Afghanistan, ils ont été détruits en mars 2001 par les talibans et leurs alliés d’Al-Qaïda.

Fondée entre le XIe et le XIIe siècles par des tribus touareg, et surnommée notamment "la cité des 333 saints", Tombouctou a été un grand centre intellectuel de l’islam et une ancienne cité marchande prospère des caravanes.

Dans l’ignominie des actes du Mali il y’a une inqualifiable barbarie, leur exécution après une semaine que l’UNESCO les a qualifié relevant du patrimoine de l’humanité. D’ailleurs c’était pour les protéger, car édifices s’étaient exposés à l’obscurantisme politique… D’une même matrice acceptée, en Egypte dernièrement.

C’était au regard de ce que représentent les troubles politiques au Mali, après le coup d’état et l’arrivée des hordes fanatiques à la tête des institutions locales, que l’UNESCO s’est alarmé.

Cette terreur est facultativement dénoncée… Car des mutismes de cheikhs, de faqihs, de diverses nébuleuses islamistes et des cercles du « fascislamisme », sont des discrétions de complicités à la fois théologiques et politiques. Les dirigeants islamistes de Turquie, d’Arabie Saoudite, d’Iran, de Libye voire du Qatar… incarnent tous une menace disparate… Prétendant à être une idéologie, une nouvelle dictature islamiste qui censure gravement les humains aussi.

Est-ce vraiment une autre histoire ?